Santé

La méditation peut aussi être dangereuse

Temps de lecture : 2 min

Une étude montre que chez certaines personnes, méditer peut aggraver la dépression et l'anxiété.

Dans l'étude, près d'une personne sur douze a ressenti des effets indésirables en essayant la méditation. | Erik Brolin via Unsplash
Dans l'étude, près d'une personne sur douze a ressenti des effets indésirables en essayant la méditation. | Erik Brolin via Unsplash

Amélioration de la concentration et des performances cognitives, réduction du stress, sensation de bien-être: la méditation est davantage connue pour ses multiples vertus pour le corps et l'esprit que pour ses effets néfastes.

Pourtant, méditer ne serait pas bénéfique pour tout le monde et pourrait même s'avérer dangereux pour certaines personnes, avance une étude publiée dans la revue Acta Psychiatrisa Scandinavica et réalisée par plusieurs scientifiques, notamment de l'Université de Coventry au Royaume-Uni.

En analysant 55 études reconnues par le milieu scientifique sur la méditation, notamment la méditation de pleine conscience, l'équipe a calculé la moyenne des personnes ayant subi des effets indésirables à la suite de cette pratique, en adaptant l'équation à la taille de chaque étude correspondante.

Résultat, 8% (soit une personne sur douze) des personnes qui ont essayé la méditation ont ressenti des effets indésirables, allant de crises de panique à l'aggravation de la dépression ou de l'anxiété, voire même l'apparition de ces symptômes pour la première fois.

Effet inverse

L'étude ne remet pas en question les bienfaits de la méditation et appelle plutôt à la pratiquer dans de bonnes conditions, accompagné·e par une personne compétente. Dans un article de New Scientist, l'un des scientifiques à l'origine de ce travail, Miguel Farias, précise que «pour la plupart des gens, [la méditation] fonctionne bien, mais c'est sans aucun doute surfait et elle n'est pas universellement bienveillante».

Comment expliquer que certaines personnes ont une expérience néfaste de cette pratique? Pour le magazine scientifique, qui a interrogé Katie Sparks, psychologue agréée et membre de la british Psychological Society, cela peut s'expliquer par la difficulté chez certain·es de réussir à contrôler leur esprit et leurs pensées. L'effet inverse attendu se produit alors, comme un retour de bâton.

Une autre étude avait déjà pointé du doigt ce phénomène. Dans un sondage en ligne datant de 2019 et réalisé par l’Université Collège de Londres au Royaume-Uni, auquel 1.232 personnes ont répondu, un quart des participant·es de l’enquête qui méditaient régulièrement ont déclaré avoir connu une expérience psychologique «particulièrement désagréable» liée à la méditation, y compris des sentiments de peur et des émotions déformées.

Les hommes étaient par ailleurs plus sujets que les femmes à exprimer un ressenti négatif sur leur expérience personnelle de la pratique.

Newsletters

Ceci n'est pas un marronnier

Ceci n'est pas un marronnier

Le sexe écoresponsable, ça ressemble à quoi?

Le sexe écoresponsable, ça ressemble à quoi?

Les produits durables tels que les préservatifs végétaliens et les contraceptifs sans déchets sont très recherchés sur la Toile depuis quelques années.

Bientôt les antipils

Bientôt les antipils

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio