Santé / Monde

En juin, un quart des jeunes adultes américains a pensé au suicide à la suite du coronavirus

Temps de lecture : 2 min

Un rapport du Centers for Disease Control and Prevention montre l'impact majeur de la pandémie sur la santé mentale des jeunes générations.

Plus de 5.000 personnes ont participé à cette enquête en ligne. | Aliyah Jamous via Unsplash
Plus de 5.000 personnes ont participé à cette enquête en ligne. | Aliyah Jamous via Unsplash

Alors que la pandémie bat encore son plein aux États-Unis, avec 1.424 décès dus au Covid-19 le mercredi 12 août, plusieurs études montrent les conséquences psychiatriques désastreuses de cette crise sur la population américaine.

L'une de ces études, présentée par le Centers for Disease Control and Prevention, la principale agence fédérale des États-Unis en matière de protection de la santé publique, rapporte un chiffre accablant: un quart des jeunes adultes américain·es âgés·es de 18 à 24 ans ont déclaré avoir envisagé de se suicider au cours des 30 derniers jours, selon une enquête menée par Qualtrics fin juin 2020.

Parmi les 5.412 personnes ayant participé à cette enquête en ligne, les jeunes présentaient le plus de signes d'anxiété, de dépression, d'envies suicidaires et de toxicomanie que tout autre groupe d'âge étudié, ajoute le média Quartz. Par ailleurs, les effets de la pandémie sur la santé mentale de la population observée semblent diminuer avec l'âge.

Au total, près d'un tiers de la population des États-Unis a déclaré avoir eu des symptômes d'anxiété ou de dépression entre avril et juin 2020, avec toutefois de fortes disparités selon les groupes étudiés, ajoute le média américain. Ainsi, les Américain·es noir·es et hispaniques, les travailleur·euses essentiel·les et les soignant·es non rémunéré·es souffrent particulièrement de troubles de santé mentale en raison de la crise sanitaire.

Cette enquête présente cependant une limite: les participant·es ont autodéclaré les symptômes ressentis et n'ont pas fait l'objet d'une consultation médicale. Toutefois, elle éclaire sur un phénomène bien réel, qui pourrait avoir des répercussions sur les années à venir, celui des conséquences psychologiques de la pandémie sur la population mondiale.

Stress, chomage et isolement

Plusieurs facteurs pourraient expliquer les différents troubles mentaux observés, notamment chez les jeunes. Le stress, l'isolement social, les difficultés économiques, les perspectives d'une insertion professionnelle difficile et l'augmentation du chômage en font, entre autres, partie. La période de confinement aurait également créé ou amplifié les troubles psychologiques et psychiatriques de certaines personnes.

Une enquête similaire à celle des États-Unis a été effectuée dans l'Hexagone, réalisée en ligne auprès de plus de 3.700 personnes par les universités de Nîmes et d’Aix-Marseille. Au total, 15,1 % des participant·es ont déclaré avoir un niveau d'anxiété pathologique et 26,5 % un niveau de dépression pathologique -des chiffres bien plus élevés que la normale, explique Usbek & Rica.

Les personnes ayant été infectées par le Covid-19 sont par ailleurs particulièrement sujettes à des troubles mentaux. Selon une étude italienne, plus de la moitié des personnes qui ont reçu un traitement hospitalier pour Covid-19 ont souffert d'un trouble psychiatrique un mois plus tard.

Newsletters

Le couvre-feu à 18h: trop, c'est trop

Le couvre-feu à 18h: trop, c'est trop

Même en classe de quatrième, j'avais le droit de rentrer à la maison plus tard que ça.

Grâce au Covid, je peux enfin déprimer tranquillement

Grâce au Covid, je peux enfin déprimer tranquillement

[BLOG You Will Never Hate Alone] La dépression est devenue tendance. Quiconque n'en souffre pas est désormais considéré comme suspect.

Un homme s'est injecté du thé aux champignons hallucinogènes dans les veines et ils ont continué à pousser en lui

Un homme s'est injecté du thé aux champignons hallucinogènes dans les veines et ils ont continué à pousser en lui

Il espérait soulager ses symptômes de trouble bipolaire, ainsi que sa dépendance aux opiacés.

Newsletters