Société / Monde

Les ventes de poupées sexuelles ont explosé pendant le confinement

Temps de lecture : 2 min

Si les entreprises du secteur se portent aussi bien, c'est aussi que leur clientèle s'est diversifiée.

Un nombre croissant de femmes investit dans les poupées sexuelles. | Joël Saget / AFP
Un nombre croissant de femmes investit dans les poupées sexuelles. | Joël Saget / AFP

Pendant les quelques mois de confinement, la solitude a parfois été dure à supporter. Sans personne à câliner, certain·es se sont tourné·es vers un choix original: les poupées sexuelles.

En Australie, des entreprises du secteur affirment n'avoir jamais été aussi prospères que depuis le début de l'épidémie de Covid-19. «Nous avons doublé les ventes de nos Cherry Doll depuis mars. Aujourd'hui, nous en vendons quatre à cinq par semaine», indique Matt, qui travaille pour le boutique en ligne Cherry Banana, au site américain de Vice.

Le constat est partagé par d'autres enseignes: «Depuis la période de restrictions strictes en Australie, nous avons remarqué une augmentation des ventes de 30% à 40%», développe Andrew, de Sex Doll Australia.

Que ce soit pour assouvir des désirs sexuels freinés par le Covid-19 ou simplement pour combler un besoin de contact physique, les poupées «se vendent comme des petits pains», se réjouit Ryan, employé du site Southern Treasures.

Achat de couple

Les ventes ont décollé grâce au confinement, mais aussi en raison de l'apparition de nouveaux profils de consommateurs... et consommatrices. Adieu le stéréotype du célibataire endurci, bonjour aux couples qui s'achètent une poupée à deux pour pimenter leur vie sexuelle.

«Nous avons beaucoup de maris achetant une poupée femme avec leur épouse, pour eux, et des couples mariés achetant des poupées ensemble, une pour chacun», observe Andrew. Les femmes célibataires sont également de plus en plus nombreuses à être tentées par ce type d'article.

Si la clientèle change, les demandes évoluent également –et de façon parfois surprenante. Au cours des derniers mois, Cherry Banana a reçu des commandes pour une poupée sans organes génitaux, avec une queue animale, trois seins ou encore un visage personnalisé.

Tout n'est pas rose pour autant: si le trafic sur les boutiques en ligne de poupées sexuelles et les demandes de renseignements sont en nette hausse, les perturbations en matière de transports et d'envois postaux causées par la crise sanitaire ont eu un impact important sur l'expédition et la livraison des produits.

«Il n'a pas été inhabituel que des poupées attendent jusqu'à une semaine entre deux vols, là où cela aurait d'ordinaire pris quelques jours tout au plus», souligne Kirk, de Pleasure Dolls Australia.

Newsletters

L'Europe et le dilemme des valeurs

L'Europe et le dilemme des valeurs

[TRIBUNE] Les valeurs sont l'identité de l'Europe mais la recherche du compromis est aussi sa caractéristique et son savoir-faire.

Les vegans, les antispécistes, les animalistes et nous

Les vegans, les antispécistes, les animalistes et nous

Des termes comme «véganisme» ou «antispécisme» ont fait une entrée remarquée dans les discussions des Français ces dernières années. Consensuel jusqu'à peu, le sujet des animaux et de leur place à nos côtés est devenu politique, clivant. Dans cet...

Pourquoi les chiffres des agressions sexuelles dans l'Église sortent maintenant

Pourquoi les chiffres des agressions sexuelles dans l'Église sortent maintenant

Le président de la commission indépendante dédiée estime à 10.000 le nombre de victimes. Les évêques de France, redoutant certaines conclusions dérangeantes du rapport à venir, tentent de prendre des mesures pour le devancer.

Newsletters