Économie / Monde

JP Morgan, une banque anti-écologique?

Temps de lecture : 2 min

Le titre est assez explicite: «La guerre de JP Morgan contre la Nature». Selon le site Mother Jones, la célèbre banque américaine continuerait aujourd'hui de financer des entreprises minières responsables de la déforestation progressive de la région montagneuse des Appalaches aux Etats-Unis.

Au cours des dix-sept dernières années, la banque basée à New York aurait accordé une vingtaine de prêts pour un total de 8.500 milliards de dollars à plusieurs entreprises minières comme Massey Energy ou Arch Cole dans les Appalaches. Une pratique que la banque est la seule à exercer: Bank of America, le Crédit Suisse ou encore Wells Fargo ont successivement cessé de financer ce genre d'entreprises.

La déforestation des montagnes appalachiennes a pour corollaire le dynamitage de certaines zones.  Les gravats engendrés par cette activité sont déversées dans les rivières aux alentours, ce qui met en péril les écho-systèmes.  Entre 1992 et 2012, les entreprises minières auront par ailleurs détruit près de 7% du parc forestier des Appalaches.

Pour Scott Edwards, le directeur de l'organisation écologique Waterkeeper Alliance, la direction de la banque «refuse totalement d'assumer ses responsabilités dans cette industrie dévastatrice». De leur côté, les dirigeants de la banque n'ont pas souhaité répondre à la demande d'interview de Mother Jones.

[Lire l'article sur Mother Jones]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: la chaîne montagneuse des Appalaches dans le Tenessee, Wikimedia Common

Newsletters

La crise des sous-marins vue de Chine

La crise des sous-marins vue de Chine

Retour sur une affaire qui prend ses racines en 2016.

Les hommes PDG sont mieux payés lorsqu'ils ont des voix profondes et viriles, selon une étude

Les hommes PDG sont mieux payés lorsqu'ils ont des voix profondes et viriles, selon une étude

Les chercheurs ont utilisé une mesure de résonance qui ne varie pas avec l'âge ou les coachings vocaux.

La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

Pour Canberra, le dilemme était simple: se conduire en nation souveraine et respecter le contrat passé avec la France, ou privilégier sa sécurité et son lien de longue date avec Washington.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio