Sciences / Société

La NASA supprime ses appellations jugées «indélicates» et «offensantes»

Temps de lecture : 2 min

Certains surnoms donnés par l'agence spatiale américaine à ses découvertes scientifiques et faisant référence à des termes coloniaux ou racistes ne seront plus utilisés.

Les sobriquets des objets célestes «peuvent avoir des connotations historiques ou culturelles qui sont répréhensibles ou peu accueillantes». | WikiImages via Pixabay
Les sobriquets des objets célestes «peuvent avoir des connotations historiques ou culturelles qui sont répréhensibles ou peu accueillantes». | WikiImages via Pixabay

La NASA ne veut plus de noms à connotation raciste et coloniale, rapporte le Science Times. En parallèle de leurs désignations officielles, les objets célestes reçoivent souvent des «surnoms non officiels» de la part de la communauté scientifique. Problème, ceux-ci résonnent parfois avec un passé colonialiste ou ont une signification à dimension raciste.

L'agence spatiale américaine a annoncé vouloir se débarrasser de ces appellations et souhaite réexaminer la «terminologie non officielle pour les objets cosmiques dans le cadre de son engagement en faveur de la diversité, de l'équité et de l'inclusion».

«Ces surnoms et termes peuvent avoir des connotations historiques ou culturelles qui sont répréhensibles ou peu accueillantes, et la NASA est fermement résolue à y remédier. La science dépend de contributions diverses et profite à tout le monde, c'est pourquoi nous devons la rendre inclusive», a déclaré Stephen T. Shih, responsable de la diversité et de l'égalité des chances au siège de la NASA, dans un communiqué de presse.

«Nébuleuse eskimo»

Parmi les surnoms appelés à disparaître, celui de «nébuleuse eskimo», utilisé pour désigner la nébuleuse NGC 2392, également connue sous le nom de Caldwell 39. Il s'agit d'une nébuleuse constituée d'une double enveloppe et dont l'apparence est assimilée à une tête humaine entourée d'une parka, d'où le sobriquet.

Le mot «eskimo» est largement admis comme étant un «terme colonial avec une histoire raciste, imposé aux peuples indigènes des régions arctiques», aussi la NASA affirme-t-elle que la plupart des documents officiels au sujet de cette nébuleuse n'utilisent déjà plus cette expression.

Il existe un autre exemple, celui de la «galaxie des jumelles siamoises», faisant référence au couple de galaxies spirales NGC 4567 et NGC 4568, aussi appelées «galaxies papillon».

Le communiqué de la NASA indique qu'elle n'utilisera plus que les désignations officielles de l'Union astronomique internationale (UAI) dans les cas où les noms alternatifs seraient inappropriés.

L'agence américaine précise qu'elle continuera à utiliser les appellations qui ne posent pas problème et sont «plus accessibles pour le public» que les noms officiels. Ainsi de l'étoile Fomalhaut, entourée d'un disque de débris ayant conduit à la surnommer «l'œil de Sauron», d'après le personnage du Seigneur des anneaux inventé par J.R.R. Tolkien.

La NASA a en outre annoncé qu'elle travaillera à l'avenir avec un comité de spécialistes de la diversité dans les sciences astronomiques, afin de la guider dans le choix de ses prochains surnoms.

Newsletters

Les bienfaits de la lecture à haute voix

Les bienfaits de la lecture à haute voix

Vous pouvez commencer par les articles de Slate.

Mieux vaut prendre des notes à la main que sur ordinateur

Mieux vaut prendre des notes à la main que sur ordinateur

Malgré la rapidité des doigts sur le clavier, plusieurs raisons poussent à privilégier un stylo et un bon vieux carnet.

Déforestation: la forêt amazonienne proche du point de non-retour

Déforestation: la forêt amazonienne proche du point de non-retour

Si ce point de basculement est atteint, l'immense forêt ne pourra plus se régénérer et se transformera en savane.

Newsletters