Monde

Un citoyen chinois condamné à tort libéré après vingt-sept ans de prison

Temps de lecture : 2 min

Le cas de Zhang Yuhuan, incarcéré pour homicides volontaires malgré son innocence, est loin d'être isolé en Chine.

Les erreurs judiciaires des tribunaux chinois tiennent à la fois à des fautes techniques et à des pressions politiques. | Ichigo121212 via Pixabay
Les erreurs judiciaires des tribunaux chinois tiennent à la fois à des fautes techniques et à des pressions politiques. | Ichigo121212 via Pixabay

Le Chinois Zhang Yuhuan est sorti de prison après y avoir passé la moitié de sa vie pour un crime qu'il n'avait pas commis, rapporte Vice. L'homme avait été arrêté en 1993 puis jugé en 1995 pour le meurtre de deux petits garçons. Condamné à mort pour homicides volontaires, il avait vu sa peine commuée en réclusion à perpétuité en 1997.

La Cour populaire suprême de la province du Jiangxi, où se sont déroulés les faits, a rouvert le dossier de l'affaire en mars 2019, après que l'avocat de Zhang a affirmé que les preuves retrouvées sur les lieux du crime étaient insuffisantes pour aboutir à une condamnation.

Le procureur a également noté des incohérences entre les différents aveux formulés par le prévenu. Le 4 août, le tribunal a donc annoncé qu'il n'était «pas coupable» en raison d'un manque de preuves.

Aujourd'hui âgé de 53 ans, Zhang Yuhuan en avait 26 au moment de son incarcération; il était alors marié, père de deux enfants en bas âge. Son ex-femme s'est depuis remariée, et ses enfants sont désormais eux aussi en couple.

Bien que Zhang soit en droit de réclamer un dédommagement, il a déclaré que «l'indemnisation pourra difficilement compenser le préjudice causé par cette condamnation injustifiée à ma famille et moi-même».

Système judiciaire défaillant

Zhang Yuhuan n'est pas le seul à avoir été victime d'une condamnation arbitraire en Chine. Comme le dénonce Amnesty International, le système judiciaire chinois a recours à la torture pour obtenir des aveux et les procès sont réputés inéquitables. En 2013, le taux de condamnation dans le pays était d'ailleurs de 99,9%.

Ces dernières années, les cas médiatisés d'incarcérations et de condamnations à mort injustifiées ont contraint la Chine à mettre en place un certain nombre de réformes pour pallier ses manquements, parmi lesquelles la réduction du nombre de crimes passibles de la peine de mort et la fin de l'utilisation des taux de condamnation comme indicateur de la bonne application de la loi.

Xu Jianhua, chef du département de sociologie à l'université de Macao, souligne néanmoins la pression politique s'exerçant sur la police chinoise, qui est évaluée en fonction du taux d'affaires résolues.

La gestion de la criminalité est également un levier important pour maintenir l'autorité et la crédibilité du Parti communiste chinois.

Dans un article de recherche publié en 2018 et intitulé «La politique des condamnations injustifiées en Chine», les spécialistes de la justice pénale Lena Zhong et Mengliang Dai relèvent que les erreurs techniques contribuent certes aux condamnations abusives, mais que les facteurs politiques sous-jacents –comme le maintien de la stabilité sociale– jouent eux aussi un rôle important.

Selon Jiang Jue, chercheur en droit pénal à l'université chinoise de Hong Kong, le nœud du problème réside dans le «manque d'indépendance judiciaire» des tribunaux chinois.

Newsletters

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

L'université de Californie du Sud a suspendu un professeur de management qui a prononcé un mot en chinois - «ne-ga» - jugé trop proche du mot nègre en anglais.

La Barbade ne veut plus de la reine d’Angleterre comme cheffe d'État

La Barbade ne veut plus de la reine d’Angleterre comme cheffe d'État

Le mouvement Black Lives Matter relance le débat sur l’héritage du colonialisme. D’autres pays caribéens pourraient suivre l’exemple.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 12 au 18 septembre 2020

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 12 au 18 septembre 2020

Guérisson du chef de l'opposition russe Alexei Navalny, visite nudiste à Paris, manifestations de migrant·es plus démuni·es que jamais à Lesbos… La semaine du 12 au 18 septembre 2020 en images. 

Newsletters