Tech & internet / Monde

Pendant le confinement, les Britanniques ont passé 40% de leur temps éveillé devant un écran

Temps de lecture : 2 min

Outre-Manche, 12 millions de personnes se sont inscrites à un service de streaming dans les premiers mois de la pandémie.

En avril, les Britanniques ont consacré 6 heures et 25 minutes par jour à regarder leur télé, leur smartphone, leur tablette ou leur ordi. | Fancycrave1 via Pixabay
En avril, les Britanniques ont consacré 6 heures et 25 minutes par jour à regarder leur télé, leur smartphone, leur tablette ou leur ordi. | Fancycrave1 via Pixabay

Avec le confinement, les habitudes de consommation des médias ont été chamboulées. Pour tuer le temps, s'informer ou se détendre pendant cette période, le recours aux écrans a connu une nette hausse, révèle le rapport Media Nations 2020 de l'Ofcom, l'autorité de régulation des télécommunications au Royaume-Uni.

Selon cette étude, le temps d'écran global chez les adultes britanniques a crû de 31% au mois d'avril par rapport à 2019, faisant grimper la part d'heures d'éveil passées devant un écran à 40%.

Au moment où les mesures de restriction ont été les plus strictes, les Britanniques ont en effet consacré 6 heures et 25 minutes par jour à regarder leur télévision, consulter des vidéos sur internet ou jouer aux jeux vidéo, contre 4 heures et 53 minutes en moyenne l'an passé.

Ruée sur le streaming

Le changement de comportement pendant la pandémie a notamment profité aux services de streaming. Avec 1 heure et 11 minutes quotidiennes, la durée de visionnage de programmes sur ces plateformes a augmenté de 37 minutes par rapport à 2019.

Durant le confinement, quelque 12 millions de personnes se sont inscrites à un service de SVOD qu'elles n'utilisaient pas auparavant, dont 3 millions pour lesquelles il s'agissait du premier. Netflix et Amazon Prime Video ont enregistré la majorité des nouveaux abonnements, suivis par Disney+, Now TV et Apple TV+.

Les plateformes de streaming semblent même avoir conquis le public plus âgé, qui se tourne habituellement plus volontiers vers la télévision: un tiers des 55 à 64 ans et 15% des plus de 65 ans ont eu recours à ce type de services dans les premières semaines du confinement.

Selon le rapport de l'Ofcom, cette tendance devrait se poursuivre bien au-delà de la pandémie, puisque 55% des Britanniques disposant d'un nouvel abonnement ont affirmé avoir l'intention de le conserver et d'allouer le même temps à regarder des vidéos en streaming à l'avenir.

Dans l'ensemble, les services de streaming ont été marqués par une hausse d'utilisation de 71% par rapport à la même période l'année dernière. Ce pourcentage englobe la consommation accrue de contenus sur YouTube ou sur les sites de jeux.

Autre enseignement du rapport: malgré l'augmentation des services de streaming, les chaînes audiovisuelles publiques ont atteint en mars leur part d'audience la plus élevée depuis six ans (59% en combiné). Le public leur a accordé sa confiance pour suivre l'évolution de la crise sanitaire: au début du confinement, plus de huit Britanniques sur dix ont cité la BBC, ITV et Channel 4 comme étant des sources fiables d'actualités et d'information.

Newsletters

Des hackers révèlent les données personnelles d'un millier d'officiers biélorusses

Des hackers révèlent les données personnelles d'un millier d'officiers biélorusses

Les militant·es anti-Lukashenko estiment que les forces de l'ordre ne doivent plus être anonymes.

L'ambassadeur de Chine au Royaume-Uni «like» un tweet porno, une enquête est demandée

L'ambassadeur de Chine au Royaume-Uni «like» un tweet porno, une enquête est demandée

L'ambassade parle d'une «attaque vicieuse» de pirates informatiques.

Les visioconférences sont plus fatigantes que les vraies réunions

Les visioconférences sont plus fatigantes que les vraies réunions

L'impression d'être observé·e et l'absence de frontières entre la sphère privée et le travail induisent un niveau d'anxiété plus important qu'à l'accoutumée.

Newsletters