Monde

Les «lone soldiers» de l'armée israélienne

Slate.fr, mis à jour le 31.03.2010 à 10 h 58

Ils parlent anglais, russe, parfois français ou encore espagnol et ont tous en commun d'être engagés dans les rangs de Tsahal, l'armée israélienne. Ces jeunes soldats récemment arrivés en Israël pour faire leur alyah se retrouvent à l'heure des célébrations de Pessah, la Pâque juive, seuls, sans famille chez qui passer les fêtes. On les appelles les «lone soldiers», les soldats solitaires.

Ces soldats sont originaires de près de trente pays dans le monde entier.  Parmi eux, 1400 sont nés dans l'ancienne Union Soviétique tandis que 500 autres viennent des Etats-Unis.  A un moment où le gros des troupes retourne dans sa famille, ces soldats se retrouvent dans des rassemblements spécialement organisés par l'armée pour ne pas être seuls. Le temps de discuter de leur intégration dans la société israélienne. «Je ne suis pas vraiment sioniste explique Eli de la Cruz, originaire de San Francisco en Californie, mais quand on grandit on a besoin de se rattacher à quelque chose, l'armée a joué ce rôle pour moi».

[Lire l'article sur Haaretz]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: soldats israéliens à Hébron pendant Pessah, 2007. REUTERS/Ronen Zvulun

Slate.fr
Slate.fr (9124 articles)
arméeHaaretzIsraëljuifspessah
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte