Politique / Monde

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 27 juillet au 2 août

Temps de lecture : 21 min

Plongée dans la logorrhée du président américain.

Donald Trump tient une réunion de préparation à l'arrivée de l'ouragan Isaias à Belleair (Floride), le 31 juillet 2020. | Saul Loeb / AFP
Donald Trump tient une réunion de préparation à l'arrivée de l'ouragan Isaias à Belleair (Floride), le 31 juillet 2020. | Saul Loeb / AFP

Avertissement: cette chronique non exhaustive se base sur les tweets de la semaine jugés les plus pertinents. L'homme le plus puissant du monde a une production si pléthorique que l'analyse de toutes ses productions numériques nécessiterait des jours et des nuits de décorticage et de labeur selon des conditions de travail dénoncées par les conventions de Genève.

Cette semaine, le président américain remonté tel un coucou tweete et retweete comme un dingue dans une envolée furax qui s'achève sur un cri de mort.

Lundi 27 juillet

Trump commence la semaine très remonté contre les anarchistes et les protestataires qui mettent le souk à Portland. Dans cette ville de l'Oregon où les manifestations ne cessent pas depuis deux mois, le maire lui-même a été gazé et un grand nombre de manifestant·es s'érigent contre l'envoi par le président de policiers fédéraux. Les scènes de chaos se succèdent et le gazage par la police de «mamans» venues manifester pacifiquement envoie un message peu propice à l'apaisement.

«Les Anarchistes, Agitateurs ou Manifestants qui vandalisent ou abîment notre Tribunal Fédéral à Portland, ou un quelconque Bâtiment Fédéral de nos Villes ou de nos États, seront poursuivis selon les termes de notre loi récemment re-promulguée sur les Statues et les Monuments. MINIMUM DIX ANS DE PRISON. Ne le faites pas! @DHSgov»

«Où est la JUSTICE?»

...se demande le président, qui ne devrait pas tarder à le savoir s'il n'est pas réélu en novembre et qu'il perd son immunité présidentielle. (Là, il se demande comment il est possible qu'Obama ne soit pas poursuivi alors qu'il a espionné sa campagne. C'est probablement parce que personne ne peut le prouver, mais je ne suis pas spécialiste.)

Mardi 28 juillet

Ce mardi, Trump est remonté contre l'injustice et le manque d'amour.

«Personne ne m'aime», s'est plaint Caliméro Trump lors d'une conférence de presse ce mardi. Alors que les gens aiment le Dr Fauci, ce qu'il ne s'explique pas. C'est vraiment trop injuste. Et sur Twitter? Pas mieux.

«Si dégoûtant de voir les prétendues “Tendances” de Twitter, avec teeeeeellement de tendances qui me concernent et qui ne sont jamais positives. Ils cherchent tout ce qu'ils peuvent trouver, le rendent aussi mauvais que possible et en font des caisses, en essayant d'en faire une tendance. Vraiment ridicule, illégal et, bien sûr, très injuste!»

(Pub)

«RENDEZ SA GRANDEUR À L'AMÉRIQUE!»

Si Trump aime beaucoup parler en slogans, il a aussi un certain talent de conteur apocalyptique. On note dans ce double tweet qu'il parvient à aborder bon nombre de sujets dans une seule et unique vision d'horreur: les médias, les manifestant·es, la super police, Joe Biden, les marchés en danger, le virus et enfin, la promesse de jours nouveaux.

«Les médias Fake News essaient de présenter les “manifestants” de Portland et de Seattle comme des gens merveilleux, gentils et innocents qui font juste une petite promenade. En réalité, ce sont des Anarchistes et des Agitateurs malades et dérangés que nos géniaux Policiers et Policières peuvent facilement maîtriser, mais qui détruiraient nos villes américaines, et pire encore, si Joe Biden l'endormi, le pantin de la Gauche, venait à gagner. Les marchés s'effondreraient et les villes brûleraient. Notre Pays souffrirait comme jamais. Nous vaincrons le Virus, bientôt, et passerons à l'Âge d'Or – mieux que jamais!»

Mais aujourd'hui, Trump est aussi remonté contre «Big Pharma», sans doute après avoir vu un spot critiquant l'augmentation des primes Medicare. Il se trouve aussi qu'il a invité des chefs d'entreprise de compagnies pharmaceutiques à la Maison-Blanche, et qu'ils ont décliné l'invitation. Voici l'ire présidentielle:

«Big Pharma diffuse des spots à la télé pour essayer de prouver que j'augmente le prix des médicaments sur ordonnance des seniors. Ce spot est mensonger! Ce que j'ai fait conduira à une RÉDUCTION de 50% des prix, au moins, & Big Pharma n'est pas content. Aucun autre président ne serait capable de produire comme moi. Alors quand vous voyez ces horribles spots de Big Pharma, souvenez-vous, leur seule raison d'être c'est les énormes RÉDUCTIONS DE PRIX que vous obtenez – c'est pas bon pour eux. En plus, je suis le seul président en 51 ans à avoir obtenu une réduction des Prescription D!» [Référence au Medicare Part D, une allocation pour les médicaments sur ordonnance mise en place en 2006 et destinée aux personnes âgées, ndlr.]

Mercredi 29 juillet

Aujourd'hui, c'est contre l'anarchie et le chaos que Donald Trump est remonté:

«LA LOI ET L'ORDRE!»

Mais aussi contre devinez qui:

«Joe Biden l'Endormi n'est qu'un Cheval de Troie pour le Programme de la Gauche radicale. Il fera tout ce qu'ils veulent!»

Contre Fox News, aussi (la relation «je t'aime moi non plus» qu'il entretient avec cette chaîne est digne des meilleurs épisodes de Dallas) :

«J'étais dans @AirForceOne_HQ direction le Grand État du Texas. C'est INCROYABLE en regardant @FoxNews [de voir] à quel point ils ont changé en quatre ans. Même pas regardable. Ils ont totalement oublié qui les avait conduits là où ils sont!»

Remonté contre le Congrès, qui prend sa part de volée de bois vert:

«Si le Congrès n'est pas juste avec les Big Tech, ce qu'il aurait dû être il y a des années, je le ferai moi-même à coups de Décrets. À Washington ça n'a été QUE DU BLABLA et ZÉRO ACTION pendant des années, et le peuple de notre pays en a plus que marre!»

Et soudain, un peu de douceur dans ce monde de brutes. Trump témoigne son affection aux familles qui veulent réaliser leur rêve américain de banlieusards moyens, et les rassure: grâce à lui, fini les Noir·es et les pauvres qui s'installent à côté de leur pavillon modèle.

«Je suis heureux d'informer tous ceux qui vivent leur Rêve de Vie en Banlieue que vous ne serez plus embêtés ou gênés financièrement à cause de la construction de logements bon marché dans votre quartier. Le prix de vos maisons va grimper en fonction du marché, et la criminalité descendre. J'ai abrogé le règlement AFFH Obama-Biden. Profitez-en bien!»

Mais ce moment rose est de courte durée (et cette journée est décidément bien longue). Trump, de nouveau remonté contre les compagnies pharmaceutiques et leurs vidéos pas sympas, en remet une couche:

«Les entreprises pharmaceutiques dépensent des millions de dollars dans des spots contre moi, uniquement parce que je fais baisser massivement le prix des médicaments, 50% et plus! Avec Biden, le prix des médicaments va quadrupler! Biden et Obama ont dit pendant huit ans qu'ils le feraient et ne l'ont jamais fait. Au bout de nombreuses années, la partie est enfin terminée pour Big Pharma et ça ne les rend PAS CONTENTS! Comprenez bien ça quand vous voyez leurs spots négatifs!»

Enfin, il est également remonté contre le maire de Portland et la gouverneure de l'Oregon:

«Si le Gouvernement fédéral et ses géniales Forces de l'Ordre (Homeland) n'étaient pas allés à Portland il y a une semaine, il n'y aurait plus de Portland – elle aurait été brûlée et anéantie. Si le maire et la Gouverneure n'arrêtent pas immédiatement la criminalité et la violence des Anarchistes et des Agitateurs, le Gouvernement Fédéral interviendra et fera le travail que la police locale était censée faire!»

Heureusement:

«C'est génial d'être au Texas!»

(Comme disait Monsieur Kennedy.)

Cet interminable mercredi, Trump est remonté contre le vote par correspondance, objet de toutes les fraudes électorales. S'il perd en novembre, ce sera à cause de ça, n'allez pas chercher plus loin:

«Le vote par Correspondance de New York est dans un état catastrophique. Des bulletins datant de plusieurs semaines manquent – c'est le bazar total. Ils n'ont aucune idée de ce qui se passe. Élections truquées. Je vous l'avais bien dit. La même chose adviendrait, mais à une échelle gigantesque, avec les USA. Les Fake News refusent d'en parler!»

Et L'Allemagne dans tout ça? se demande absolument personne. Eh bien l'Allemagne va voir plein de soldats américains quitter son sol, ça lui apprendra à pas payer sa quote-part à l'ONU, fulmine un Trump très remonté contre Merkel (qui a refusé sa proposition de convoquer le G7 à Washington pour cause de coronavirus, mais c'est forcément une coïncidence).

(Le saviez-vous? Le papy de Donald était allemand.) (Il géra aussi, un temps, un restaurant et un bordel au Canada, mais ça n'a rien à voir.)

«L'Allemagne paie des milliards de dollars par an à la Russie pour l'Énergie, et nous sommes censés protéger l'Allemagne de la Russie. C'est quoi cette histoire? Et puis, l'Allemagne paie très mal les 2% qu'elle doit à l'OTAN. Par conséquent nous retirons des soldats d'Allemagne!»

Jeudi 30 juillet

Aujourd'hui, Trump a épinglé quelques heures ce tweet qui propose une idée nouvelle: et pourquoi ne pas reporter les élections à plus tard? (Il n'en a pas le pouvoir, mais l'émotion a été vive à la suite de cette saillie.)

«Avec le Vote par Correspondance Universel (pas le Vote sur Demande, qui est bien), 2020 verra l'Élection la plus INEXACTE & FRAUDULEUSE de l'histoire. Une grande honte pour les USA. Reportez les Élections jusqu'à ce que les gens puissent voter correctement et en toute sécurité???»

Car aujourd'hui, c'est contre cette forme de vote qu'il est remonté, ça se confirme:

«Le Vote par Correspondance s'avère déjà une catastrophique catastrophe. Même les zones tests marchent très mal. Les Dems parlent d'influence étrangère pour le vote, mais ils savent que le Vote par Correspondance permet facilement aux pays étrangers d'entrer dans la course. Même au-delà de ça, il n'y a pas de compte exact!»

Puis, toujours dans la série «courant de conscience présidentiel», un tweet à la fois plein de rigueur et de sobriété.

«Grandes flambées de Virus Chinois dans plein de pays dont les Fake News prétendaient qu'ils s'en sortaient si bien. Certains sont désormais catastrophiques. Les Merdias ne veulent pas raconter ça. Et aussi, beaucoup d'autres pays citent des chiffres très inexacts!!! @WSJ»

Sinon, je vous ai dit que Trump était remonté contre la gouverneure de l'Oregon, les anarchistes et les agitateurs?

«Kate Brown, la Gouverneure de l'Oregon, ne fait pas son travail. Elle doit évacuer et parfois arrêter les Anarchistes & Agitateurs de Portland. Si elle n'en est pas capable, le Gouvernement Fédéral le fera à sa place. Nous ne partirons pas tant que la sécurité ne sera pas assurée!»

Quant à sa colère contre Big Pharma, «ça s'en va et ça revient», comme disait le poète:

«Les prix des médicaments vont bientôt diminuer massivement. Big Pharma (les entreprises pharmaceutiques) n'arrête pas de faire des pubs contre moi parce que des prix plus bas veulent dire moins de profit. Quand vous regardez un Faux Spot, pensez juste à des médicaments moins chers!»

Brusquement, pub. Mon tweet trumpien préféré de la semaine, c'est celui-ci:

«Soutenez Patio Pizza et son merveilleux propriétaire, Guy Caligiuri, à St. James, Long Island (N.Y.). Super Pizza!!! @Varneyco»

Pourquoi? Parce qu'il me rappelle ça:

Trump commence-t-il à être mal à l'aise avec l'idée qu'il pourrait perdre en novembre? Le sujet des élections est TRÈS PRÉSENT aujourd'hui:

«Je suis content d'avoir réussi à faire en sorte que les très malhonnêtes Merdias commencent enfin à parler des RISQUES du dangereux Vote par Correspondance Universel pour notre Démocratie (pas le Vote par Correspondance sur Demande que je soutiens à fond!)»

«Il faut connaître les résultats des Élections le soir des Élections, pas des jours, des mois ou même des années plus tard!»

«On va GAGNER les Élections de 2020, DRÔLEMENT! #MAGA»

Vendredi 31 juillet

Aujourd'hui, c'est contre les immigrants clandestins que Trump est remonté.

«À mesure que le Mur s'érige, le nombre de passages clandestins baisse. Cette semaine nous avons construit plus de 15 kilomètres de Mur à notre Frontière Sud. Nous avons désormais 411 kilomètres de NOUVEAU Mur et sommes sur le point d'avoir terminé 480 kilomètres d'ici à fin août!»

Il s'énerve aussi contre un député qui a, d'après lui, la comprenette bancale, parce qu'il pense que les malades du coronavirus sont imputables au coronavirus alors que c'est de la faute du dépistage s'ils sont si nombreux (c'est vrai qu'il doit en avoir assez de répéter tout le temps la même chose):

«Est-ce que quelqu'un peut expliquer au député Clyburn, qui ne pige rien, que le graphique qu'il a montré indiquant davantage de CAS aux US qu'en Europe, c'est parce que nous dépistons BEAUCOUP PLUS que n'importe quel autre pays du Monde. Sans dépistage ou avec de mauvais tests, nous n'afficherions que très peu de CAS. Notre capacité de dépistage massive, au lieu d'être applaudie, est utilisée par les Merdias et leur partenaire, les Démocrates Feignasses Radicaux de Gauche, comme objet de mépris. Ce dépistage, et ce que nous avons fait si vite, est utilisé comme une arme de Fake News. C'est triste!»

En cette fin juillet, l'Amérique est déchirée par un problème administratif et législatif qui a pour conséquence de priver de revenus des millions d'Américain·es. Les allocations versées chaque semaine par le gouvernement prennent fin ce vendredi et au Congrès, républicain·es et démocrates ne parviennent pas à se mettre d'accord sur son renouvellement. «Nous ne partageons pas les mêmes valeurs», a expliqué Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants. En gros, les républicain·es proposent une solution à court terme qui ne convient pas aux démocrates qui veulent des garanties à plus longue échéance et à plus grande échelle. Traduction par le président américain:

«Ça n'intéresse pas Pelosi & Schumer de conclure un accord qui soit bon pour notre Pays et notre Peuple. Tout ce qu'ils veulent c'est 1.000 milliards de dollars, et bien plus encore, pour leurs États Gouvernés par la Gauche Radicale, dont la plupart s'en sortent très mal. Ça s'appelle un SAUVETAGE FINANCIER pour de nombreuses années de mauvaise gestion démocrate!»

«Pelosi & Schumer ont bloqué des allocations chômage désespérément nécessaires, ce qui est vraiment affreux, surtout qu'ils comprennent très bien que ce n'est pas de la faute des travailleurs s'ils sont au chômage, c'est de la faute de la Chine!»

«Les démocrates retiennent les chèques de 1.200$ à 3.400$ (pour une famille de quatre personnes) qui étaient prêts à partir!»

Samedi 1er août

C'est le week-end, enfin. Pas de golf aujourd'hui, mais une petite réécriture de l'histoire, où l'on apprend que Trump, remonté contre Obama, l'a battu en 2016 (et moi je suis la reine d'Angleterre):

«On a battu Obama il y a 4 ans, il avait travaillé plus dur que Hillary l'Escroc, et on le refera!»

Sinon, on sait enfin pourquoi les États-Unis affichent plus de cas de coronavirus que les autres pays:

«On a plus de Cas parce qu'on dépiste plus. C'est de l'Or en Barre pour les Merdias!»

Trois heures après le premier tweet anti-Obama, Trump se souvient tout à coup que c'était la dame blonde, son adversaire il y a quatre ans:

«Obama a travaillé plus dur pour Hillary Clinton et la Campagne perdante de Clinton qu'elle n'a travaillé pour elle-même! Maintenant il bosse pour Joe Gros Dodo – le résultat sera le même. MAGA est énergisé comme jamais!»

Réaction énervée à un tweet de CBS relatant les propos du Dr Fauci, qui indique que l'Europe a moins de cas de contaminations par le Covid que les États-Unis, après avoir fermé son économie à 95% contre 50% outre-Atlantique:

«Faux! Nous avons davantage de cas parce que nous avons bien plus dépisté que n'importe quel autre pays, 60.000.000. Si nous dépistions moins, il y aurait moins de cas. Comment ont fait l'Italie, la France & l'Espagne? Malheureusement, il y a de nouvelles flambées en Europe. La plupart de nos gouverneurs ont travaillé dur & intelligemment. Nous reviendrons PLEINS DE FORCE!»

Point éco. Trump tient beaucoup à faire voter une réduction des charges salariales pour aider la population. Il n'a apparemment pas compris qu'une telle démarche ne favoriserait que celles et ceux qui travaillent encore (30 millions de personnes sont au chômage) et diminuerait encore davantage les revenus de l'État fédéral qui a déjà déboursé 3.000 milliards de dollars pour compenser les pertes de revenus liées aux conséquences du Covid.

«Des Réductions de Charges Salariales plus des Dollars!»

«“Biden augmentera les impôts de 3.000 Milliards de dollars.” En réalité ce sera bien plus que ça, dont une grande partie pour des absurdités. Les marchés et vos 401k vont s'effondrer! Les emplois disparaîtront!»

Et pendant ce temps, de l'autre côté de l'Atlantique:

«De grosses reprises [du virus] en Europe. Les Fake News des USA n'aiment pas en parler!»

Bref:

«RENDEZ SA GRANDEUR À L'AMÉRIQUE!»

Dimanche 2 août

Dimanche, jour du Seigneur (et on sait à quel point Trump est attaché aux valeurs chrétiennes), le président est remonté contre Djokhar Tsarnaïev, l'auteur de l'attentat du marathon de Boston d'avril 2013. On le serait à moins: trois morts et plus de 140 blessés. Or, une cour d'appel fédérale vient d'annuler la condamnation à mort du terroriste. Le président américain, qui n'a jamais caché son adhésion à la peine capitale, demande justice dans un tweet qui ressemble davantage à un appel à la vengeance aux relents de loi du talion. (Trump fait partie de ces Américains à la fois anti-avortement (sous le prétexte que cela revient à supprimer une vie humaine) et pro-peine de mort que cette dissonance cognitive n'empêche pas de dormir.)

«Peine de mort! Il a tué et terriblement blessé plein de gens. Justice!»

Comment résumer les valeurs d'un homme comme Donald Trump? Ce n'est pas toujours aisé mais heureusement, il laisse des indices dans ses tweets, tels les cailloux du Petit Poucet:

«J'étais dans le Super État du Texas cette semaine et j'ai expliqué que les Démocrates Feignasses de la Gauche Radicale, dirigés par leur grand chef, Joe Biden l'Endormi (qui ne quitte jamais son sous-sol) sont à fond contre “le Pétrole, le Gaz, les Armes & Dieu”. Ça doit être compliqué de gagner le Texas avec un programme pareil!»

C'est bientôt l'heure du golf, les doigts présidentiels tapent compulsivement quelques messages édifiants et remontés. Je ne peux m'empêcher de penser au passage du livre de Mary Trump, Too Much and Never Enough, où elle explique que pour le père de Trump, Fred, et pour son fils, dans la vie il ne peut y avoir qu'un seul gagnant et que tous les autres doivent perdre. Donc, si les contaminations augmentent dans les autres pays, ce ne peut être qu'une bonne nouvelle pour les États-Unis.

«Grosses éruptions du Virus Chinois dans le Monde entier, y compris dans des pays dont on pensait qu'ils s'en étaient super bien sortis. Les Fake News n'en parlent pas. Les USA seront plus forts que jamais, et bientôt!»

Enfin, un club dans une main et sa casquette dans l'autre, avant de partir sur le green en ce beau dimanche de pandémie/crise économique/bouleversements sociaux, le président écrit (le plus important est en très gros, pour les presbytes qui lui en savent gré):

«Quand vous voyez les Entreprises Pharmaceutiques qui font d'énormes campagnes de pub contre moi, oubliez ce qu'elles disent (qui est faux), VOUS SAVEZ QUE LES PRIX DES MÉDICAMENTS BAISSENT, BEAUCOUP. La Favored Nations Clause signifie que les USA paieront le prix le plus bas de tous les pays du monde. Ça n'a jamais été fait. Regardez!!!»

Ultime sursaut avant de finir le week-end, Donald Trump décide de démonter la démocratie américaine à coup de clubs de golf. Adieu la séparation des pouvoirs, adieu la neutralité de l'exécutif: la justice a pris une décision qui ne convient pas au président, il tient à le faire savoir dans un message glaçant qui appelle à tuer:

«Rarement quiconque a davantage mérité la peine de mort que le Boston Bomber, Djokhar Tsarnaïev. Le tribunal a affirmé que c'était “un des pires attentats terroristes du pays depuis les atrocités du 11-Septembre”. Pourtant la cour d'appel a rejeté la condamnation à mort. Tant de vies perdues et gâchées. Le Gouvernement Fédéral doit de nouveau demander la peine de mort dans une reprise de ce chapitre du procès d'origine. Notre Pays ne peut laisser la décision de la cour d'appel prévaloir. Et puis, c'est ridicule que ce processus dure si longtemps!»

Ce cri de mort, ça ne vous rappelle pas quelqu'un?

Retrouvez l'actualité de la campagne présidentielle américaine chaque mercredi soir dans Trump 2020, le podcast d'analyse et de décryptage de Slate.fr en collaboration avec l'Ifri et TTSO.

Qu'a tweeté Trump cette semaine?
Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 20 au 26 juillet

Épisode 4

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 20 au 26 juillet

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 10 au 16 août

Épisode 6

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 10 au 16 août

Newsletters

La Barbade ne veut plus de la reine d’Angleterre comme cheffe d'État

La Barbade ne veut plus de la reine d’Angleterre comme cheffe d'État

Le mouvement Black Lives Matter relance le débat sur l’héritage du colonialisme. D’autres pays caribéens pourraient suivre l’exemple.

Les enjeux des dernières législatives partielles du quinquennat Macron

Les enjeux des dernières législatives partielles du quinquennat Macron

Conséquence de la loi sur le cumul des mandats, du résultat des municipales et de l'intérêt moindre pour le mandat de député, six législatives partielles se déroulent les 20 et 27 septembre.

Face à la Chine et au reste du monde, l'Europe se réveille enfin

Face à la Chine et au reste du monde, l'Europe se réveille enfin

Ce mercredi 16 septembre, la présidente de la Commission européenne Ursula Von Der Leyen prononçait son premier discours sur l'état de l'Union européenne devant les eurodéputé·es réuni·es à Bruxelles. Écologie, droits des personnes LGBT+, fin des...

Newsletters