Culture

Les deux Gauguin exposés à Boston et Washington sont-ils des faux?

Temps de lecture : 2 min

Ces œuvres seraient injustement attribuées au peintre. Les musées concernés ont décidé d'ouvrir une enquête.

Les deux tableaux de Gauguin concernés par les accusations de faux de Fabrice Fourmanoir sont The Invocation (1903) du National Gallery of Art de Washington, et Women and a White Horse (1903) du Museum of Fine Arts de Boston. | StockSnap via Pixabay
Les deux tableaux de Gauguin concernés par les accusations de faux de Fabrice Fourmanoir sont The Invocation (1903) du National Gallery of Art de Washington, et Women and a White Horse (1903) du Museum of Fine Arts de Boston. | StockSnap via Pixabay

Deux œuvres de Gauguin exposées dans deux musées américains seraient en fait des fausses, selon The Art Newspaper.

Fabrice Fourmanoir a encore frappé. En janvier dernier, ce passionné, collectionneur d'art et fin connaisseur de l'œuvre de Gauguin avait aidé le Getty Museum à expertiser la sculpture Head with Horns (Tête à cornes). Le musée avait finalement admis que l'œuvre, achetée pour environ 4 millions de dollars en 2002, n'était pas un authentique Gauguin.

Plusieurs incohérences décelées

Les tableaux de Gauguin dans le viseur de Fabrice Fourmanoir sont L'invocation (1903), exposé au National Gallery of Art de Washington, et Femmes et cheval blanc (1903), au Museum of Fine Arts de Boston. Les deux sont actuellement considérés par les musées comme authentiques et sont supposés avoir été peints aux îles Marquises, quelques mois seulement avant la mort de l'artiste.

Fabrice Fourmanoir a relevé plusieurs incohérences sur les deux tableaux qui l'ont amené à déclarer qu'il s'agit de faux. Pour ce qui est de L'invocation, il s'interroge sur la présence d'une croix par l'artiste dans le cimetière en arrière-plan, car celui-ci était alors en mauvais termes avec l'évêque catholique, et sur la représentation de la femme, peinte avec des poils pubiens, ce que n'aurait jamais fait l'artiste selon lui. Dans Femmes et cheval blanc, il estime que la végétation en arrière-plan est plus typique de Tahiti que des Marquises.

Investigations en cours

La découverte des deux peintures remonte à environ 1908, mais on ne sait pas comment elles sont arrivées en Europe après la mort de Gauguin, survenue cinq ans plus tôt. Femmes et cheval blanc a été légué au Museum of Fine Arts en 1948 et L'invocation a été donné à la National Gallery of Art en 1976.

Les deux musées discutent actuellement des examens de leurs peintures. Une porte-parole de la National Gallery of Art a décrit ces investigations: «Nous prenons très au sérieux les questions d'attribution et de provenance et nous avons examiné attentivement L'invocation, en discutant avec des universitaires et en l'incluant dans des projets de recherche. Les derniers travaux de Gauguin présentent des défis particuliers, il était souvent malade et vivait aux Marquises, et il existe peu de documents fiables concernant sa production là-bas.» Elle ajoute que les deux musées ont «discuté des possibilités d'analyse scientifique».

Newsletters

À force de s'indigner de tout et de rien, on rend l'humour infréquentable

À force de s'indigner de tout et de rien, on rend l'humour infréquentable

[BLOG You Will Never Hate Alone] De nos jours, pour ne pas froisser les victimes d'actes ignominieux, on voudrait réduire au silence l'humour et ceux qui en usent.

Celui où Anaïs et Marie rejouent le meilleur épisode de la série (et testent leur amitié)

Celui où Anaïs et Marie rejouent le meilleur épisode de la série (et testent leur amitié)

Dans ce huitième épisode d'AMIES, Anaïs et Marie regardent la première moitié de la saison 4 de Friends. Les deux amies reviennent sur l'épisode «The One with the Embryos» («Celui qui gagnait les paris») classé comme l'un des meilleurs de la série...

«Le Coup d'état d'urgence», ou comment la France a fait du citoyen un «sujet virus»

«Le Coup d'état d'urgence», ou comment la France a fait du citoyen un «sujet virus»

Nous publions les bonnes feuilles du nouvel ouvrage de l'avocat pénaliste Arié Alimi, qui revient sur le premier état d'urgence sanitaire de l'histoire de France.

Newsletters