Santé / Société

Enfin un traitement efficace contre l'insomnie

Temps de lecture : 2 min

Le programme Sleepio a permis à des insomniaques de dormir en moyenne six heures de plus par semaine.

Sleepio peut jouer un rôle clé pour combattre les inégalités face au traitement contre l'insomnie. | Pexels via Pixabay
Sleepio peut jouer un rôle clé pour combattre les inégalités face au traitement contre l'insomnie. | Pexels via Pixabay

Une étude supervisée par le réseau universitaire des sciences de la santé d'Oxford a testé l'utilisation d'un traitement numérique contre l'insomnie. Développé par l'entreprise Big Health, Sleepio est un programme d'auto-assistance en ligne qui se déroule sur six semaines. L'étude a porté sur 7.078 individus souffrant d'insomnie et les résultats ont été probants, rapporte un article du Guardian.

Ce programme a permis aux insomniaques de dormir près de six heures de plus par semaine, de réduire leur consommation de somnifères, le nombre de consultations chez un médecin généraliste et le nombre d'absences au travail. Sleepio a également contribué à réduire l'anxiété et la dépression qui sous-tendent l'insomnie de nombreuses personnes qui en souffrent.

Il s'est même révélé plus efficace qu'une thérapie classique. Sleepio a aidé 56% des volontaires à vaincre leur insomnie, tandis que le taux de réussite au sein du programme du système de santé britannique n'est que de 50%. «L'expérience a été un très grand succès. L'utilisation de Sleepio a eu un impact significatif», déclare Tracey Marriott, directrice de l'innovation clinique du réseau universitaire d'Oxford.

«L'étude a démontré qu'en moyenne, les patients utilisant le traitement en ligne Sleepio dormaient 35,3 heures par semaine avant de commencer à l'utiliser, contre une moyenne de 41,2 heures par semaine après», ajoute la directrice. Soit une amélioration moyenne du sommeil de six heures par semaine. Quatre participant·es sur cinq ont déclaré recommander le programme à d'autres personnes ayant des problèmes pour dormir.

Après accomplissement du traitement, les individus étaient 70% de moins qu'avant à déclarer souffrir d'anxiété, 72% de moins en ce qui concerne la dépression, et le recours aux médicaments sur ordonnance pour soigner l'insomnie avait baissé de 56%. Une diminution de 21% des arrêts maladie a par ailleurs été constatée.

Un meilleur accès au traitement

Des millions de Britanniques souffrent d'insomnie, souvent causée par le stress, l'anxiété ou la dépression. À l'heure actuelle, de nombreuses personnes font face à de longues attentes pour obtenir un rendez-vous avec des thérapeutes du sommeil. Sleepio pourrait mettre fin à cela s'il était déployé à l'échelle nationale, en procurant une assistance en ligne continue et instantanée.

Dans un nouveau rapport à propos de l'étude, Big Health souligne que la forte demande de thérapie comportementale et cognitive (TCC) pour traiter l'insomnie signifie que seul un petit nombre d'insomniaques peuvent se permettre de consulter des thérapeutes spécialistes du sommeil. L'entreprise affirme que Sleepio peut jouer un rôle clé pour combattre «les inégalités d'accès au traitement contre l'insomnie, [qui sont] coûteuses et dangereuses».

Newsletters

Il faut isoler plus rapidement les personnes contagieuses pour mieux lutter contre le Covid-19

Il faut isoler plus rapidement les personnes contagieuses pour mieux lutter contre le Covid-19

Confiner toute la société est une mesure efficace pour faire baisser le nombre d'infections par le coronavirus. C'est aussi une des plus coûteuse, or d'autres solutions existent.

Les greffes d'organes de porc pourraient guérir bien des maladies humaines

Les greffes d'organes de porc pourraient guérir bien des maladies humaines

Si les essais cliniques démontraient l'efficacité de la xénogreffe de rein, des dizaines de milliers de vies seraient sauvées chaque année dans le monde.

Pourquoi le Téléthon pose problème

Pourquoi le Téléthon pose problème

Solidement ancré dans le paysage télévisuel français, l'événement permet de récolter des dizaines de millions d'euros pour la recherche en trente heures de direct. À quelques jours de sa 34​​​​​​​e édition, cette collecte ne fait plus l'unanimité.

Newsletters