Santé

Le confinement a peut-être modifié votre personnalité

Temps de lecture : 2 min

Nos caractères sont façonnés par nos expériences et nos interactions sociales.

Les outils de communication numériques ont permis de diminuer les effets négatifs du confinement. | Noah Silliman via Unsplash
Les outils de communication numériques ont permis de diminuer les effets négatifs du confinement. | Noah Silliman via Unsplash

Quelle que soit la manière dont le confinement s'est déroulé pour chacun·e, quasiment tout le monde a vécu cette expérience au cours des derniers mois: il a brusquement perturbé nos routines quotidiennes et nos conditions de vie, d'une façon inédite.

Les recherches menées en psychologie ces dernières décennies ont permis d'aboutir à un consensus, selon lequel les traits de personnalité, s'ils restent relativement stables, ne sont pas complètement figés. Au contraire, ils continuent d'évoluer au cours de la vie et en réponse aux grands événements que nous traversons.

En d'autres termes, d'un point de vue théorique, il est tout à fait possible qu'au moins certain·es d'entre nous aient été transformé·es par le confinement, expose la BBC.

Soutien et introspection

Le confinement peut par exemple avoir amplifié un processus connu sous le nom de phénomène Michel-Ange, selon lequel nous sommes plus susceptibles de devenir le type de personne que nous souhaitons être si nous sommes en couple avec quelqu'un·e qui nous soutient et nous encourage à nous comporter conformément à nos aspirations.

Ce temps de réflexion lié à la quarantaine a également pu permettre un travail d'introspection, comme se pencher sur la cohérence de nos convictions et de nos objectifs dans la vie, détaille Wiebke Bleidorn au Personality Change Laboratory de l'université de Californie.

En revanche, pour les personnes enfermées pendant des mois dans une relation malheureuse ou harcelées par leurs enfants, les effets sur la personnalité ont pu être négatifs. «Par exemple, il est prouvé que le fait d'être dans un mariage malheureux (indépendamment du confinement) est associé à une baisse de l'estime de soi et du bonheur des conjoints», explique Wiebke Bleidorn.

Des effets négatifs tempérés

D'autres résultats préliminaires de chercheurs de l'université de Colombie-Britannique nuancent les effets négatifs de cette période d'enfermement. Leur étude sur les sentiments relatifs au lien social n'a révélé que peu d'effets négatifs. Cela est peut-être dû au fait que la technologie moderne nous offre désormais de nombreuses possibilités de rester en contact les un·es avec les autres.

Il convient également de rappeler que toute personne disposant d'un espace extérieur à la maison pouvait toujours profiter de l'air frais et de la lumière du soleil. Ces facteurs pourraient contribuer à expliquer pourquoi ces derniers mois ne semblent pas avoir eu certains des effets psychologiques les plus néfastes observés sur les personnes isolées dans des environnements extrêmes.

Pour avoir une idée plus précise de la façon dont la pandémie aurait pu nous changer, nous devons attendre que des études scientifiques plus approfondies soient réalisées.

Newsletters

La pandémie a changé notre façon de rêver

La pandémie a changé notre façon de rêver

Depuis l'apparition du Covid-19, nos songes ont été chamboulés.

Mise à jour

Mise à jour

Mes partenaires n'arrivent plus à me pénétrer et ça me gâche la vie

Mes partenaires n'arrivent plus à me pénétrer et ça me gâche la vie

Salma a un problème: ses partenaires n'arrivent plus à la pénétrer. Ça lui gâche la vie, et elle comprend pas pourquoi. Pour l'aider à y voir plus clair, nous avons rencontré le Dr Patrick Aristizabal, gynécologue. Voici ses...

Newsletters