Égalités / Société

Le syndrome de l'imposteur touche les femmes, et plus encore celles racisées

Temps de lecture : 2 min

Les stéréotypes négatifs, la culture d'entreprise et le manque de modèles ne favorisent pas leur intégration professionnelle.

Bien souvent, la culture d'entreprise n'aide pas les femmes à trouver leur place. | Christina@wocintechchat.com via Unsplash
Bien souvent, la culture d'entreprise n'aide pas les femmes à trouver leur place. | [email protected] via Unsplash

Vous ne le voyez peut-être pas autour de vous, mais le syndrome de l'imposteur est bien présent sur les lieux de travail. Cette tendance à douter de ses capacités et compétences, pourtant bien réelles, et à se dévaloriser entrave les individus dans leur carrière.

Mais si tout le monde peut se remettre en question à un moment ou un autre de son parcours professionnel, le syndrome de l'imposteur a un effet démesuré sur certains groupes sociaux, relève la BBC.

Une culture d'entreprise

«Les femmes, celles de couleur et en particulier les femmes noires, ainsi que la communauté LGBT+ sont les plus concernées», déclare Brian Daniel Norton, psychothérapeute et coach exécutif à New York. «Lorsque vous vivez une oppression systémique ou que l'on vous a asséné directement ou indirectement toute votre vie que vous ne méritez pas le succès, et que vous commencez à accomplir des choses d'une manière qui va à l'encontre des idées reçues, alors le syndrome de l'imposteur est susceptible d'apparaître», détaille-t-il.

La culture d'entreprise exacerbe ce syndrome, en particulier pour les femmes. Selon Lean In, une organisation américaine qui soutient les carrières féminines, les femmes sont moins susceptibles d'être embauchées et promues à des postes de direction.

Ses recherches de 2019 montrent que pour 100 hommes recrutés dans des équipes et promus à des postes de direction, seules 72 femmes ont bénéficié de promotions équivalentes. Les hommes occupent 62% des postes d'encadrement, les femmes seulement 38%. Et bien qu'un tiers des entreprises interrogées dans le cadre de cette enquête se soient fixé des objectifs de parité pour les postes de cadres de premier niveau, 41% d'entre elles n'ont pas fait de même pour les postes de cadres supérieur·es.

En manque de modèles

Le manque de modèles pour les communautés minorisées a un impact crucial sur leur sentiment de non-appartenance ou d'inaptitude au milieu de l'entreprise. Sans cette représentation, il n'y a pas de «signal de possibilité d'avancement», explique Thema Bryant-Davis, psychologue noire et professeure de psychologie à l'université de Pepperdine en Californie. Ni de possibilité de prendre exemple sur quelqu'un·e pour «gérer les réalités des stéréotypes, de la stigmatisation et de l'oppression, afin de progresser», poursuit-elle.

Autre facteur qui favorise grandement l'émergence du syndrome de l'imposteur: les stéréotypes racistes et sexistes –«les femmes ne sont pas de bons leaders parce qu'elles sont trop émotives», «les Noirs sont paresseux»– qui conduisent les personnes minorisées à douter d'elles-mêmes, explique Thema Bryant-Davis.

Newsletters

Jusqu'au siècle dernier, les femmes qui riaient étaient dangereuses

Jusqu'au siècle dernier, les femmes qui riaient étaient dangereuses

Pour la gent féminine, s'esclaffer a longtemps été encadré, contrôlé et craint: ce n'est qu'au XXe siècle qu'elles ont pu se permettre de rire à gorge déployée.

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

Où sont les vieilles? Comment apprivoiser le vieillissement si mon corps à venir n'existe nulle part?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Aux États-Unis, l'emploi du mot «femme» est de plus en plus controversé. Mais suivre la logique de certains activistes s'avère périlleux.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio