France

Joyandet a-t-il ouvert la boîte de Pandore?

Slate.fr, mis à jour le 30.03.2010 à 15 h 11

En pleine cure d'austérité,  Alain Joyandet a-t-il fait enfreint le régime sec prôné par le gouvernement? Epinglé lundi par Mediapart pour avoir utilisé un jet privé afin de se rendre à une conférence internationale en Martinique, le secrétaire d'Etat à la Coopération et à la Francophonie est désormais prié de fournir des explications sur un aller-retour de 36 heures à 116.500 euros.

S'il ne conteste pas le montant avancé par la presse, Alain Joyandet estime dans une interview au Parisien que «des contraintes de calendrier [l'ont empêché] de faire le déplacement avec un avion de ligne». Plaidant la bonne foi, le secrétaire d'Etat ne «pense pas être un ministre dépensier», et assure qu'il suit de près «les crédits de [son] cabinet».

Pourtant, dans un entretien au Parisien - toujours, le député apparenté socialiste René Dosière, qui traque le gaspillage financier des ministres,  soutient qu'Alain Joyandet est «un récidiviste [...] qui avait déjà fait le coup pour se rendre en Haïti». Selon le «comptable de la République», Joyandet est coupable de ne pas avoir fait appel à l'Etec (escadron de transport, d'entraînement et de calibration), l'unité de l'Armée de l'air dédiée au transport du président et du gouvernement. Selon ses calculs, le déplacement dans un jet de l'escadron aurait coûté «63.500 euros aller-retour, soit presque moitié moins...»

En novembre 2008, le député Dosière avait rédigé une question écrite à destination de l'Assemblée nationale, dans laquelle il pointait le décalage entre le coût global des déplacements ministériels et la facturation présentée. Quelques mois plus tard, le gouvernement avait exaucé son vœu de transparence en précisant le tarif horaire de chaque appareil. Si l'on s'en tient à cette grille tarifaire, on découvre ainsi que le voyage du secrétaire d'Etat à la Coopération a coûté le même prix que la location d'un Airbus A319 (capable d'accueillir plus de 150 passagers dans le civil). Avec ce nouvel incident budgétaire, René Dosière a donc logiquement décidé... de revenir à la charge, avec trois nouvelles questions. Et la liste de ses exigences est longue:

- Nombre et type des appareils de l'ETEC
- Nombre et grade des personnels affectés
- Coût global de leur rémunération
- Nombre d'heures de vol effectuées en 2008 et 2009, par type d'appareil.
- Tarifs horaires pour 2008 et 2009
- Coût horaire et nombre d'heures de vol des Airbus A310-300 et A340 de l'escadron Esterel à l'occasion des déplacements du Président de la République et du Premier ministre en 2008 et 2009

Dans l'attente d'une éventuelle réponse des législateurs, les déplacements ministériels promettent d'être scrutés à la loupe par l'attentif René Dosière.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Un Falcon 7X semblable à celui utilisé par Alain Joyandet / REUTERS, Pascal Rossignol

 

Slate.fr
Slate.fr (9124 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte