Tech & internet

Devez-vous supprimer Tinder?

Temps de lecture : 2 min

Près d'une décennie après la généralisation des applications de rencontre, il est encore possible de trouver l'amour dans le monde réel. Ou presque.

En dix ans la moitié des boîtes de nuit a fermé au Royaume-Uni. | 
Yogas Design via Unsplash.
En dix ans la moitié des boîtes de nuit a fermé au Royaume-Uni. |  Yogas Design via Unsplash.

Les applications de rencontre et les plateformes sont désormais les principaux lieux où se forment les couples américains. Mais pour beaucoup de personnes qui ont essayé, sans succès, de trouver le véritable amour grâce à ces outils numériques, le charme a disparu depuis longtemps, détaille la BBC.

Une récente étude postée dans le Journal of social and personal relationships, a conclu que les usagè·res frénétiques de ce genre d'applications peuvent finir par se sentir plus seul·es qu'au départ. Management Science a publié une enquête sur les rencontres en ligne en 2017 qui a mis en évidence le paradoxe du choix, notant que l'augmentation du nombre de rencontres potentielles a un effet positif dû à un choix plus large, mais aussi un effet négatif dû à la concurrence.

Oublier le réel

Matt Lundquist, un thérapeute relationnel installé à New York, affirme que beaucoup de ses patient·es célibataires sont devenu·es tellement habitué·es à rencontrer des partenaires via internet qu'ils finissent par ignorer les autres possibilités.

Selon le spécialiste, l'essor de cette pratique a coïncidé avec un déclin des espaces sociaux dans lesquels les gens avaient l'habitude de trouver des partenaires sexuels et des rendez-vous potentiels. Les bars gays ferment à un rythme rapide dans le monde entier, notamment à Londres, à Stockholm et aux États-Unis. Et la moitié des boîtes de nuit du Royaume-Uni ont fermé leurs portes entre 2005 et 2015, selon une étude réalisée pour l'émission Newsbeat de la BBC.

Les rencontres au travail ont également moins le vent en poupe. Certains travaux de recherches suggèrent que moins de salarié·es sortent ensemble qu'il y a dix ans, et qu'ils et elles ont davantage tendance à se sentir mal à l'aise à l'idée que leurs collègues aient une relation sur le lieu de travail.

Déconnectez-vous!

Pour Matt Lundquist, toute personne refusant d'utiliser ces outils réduit donc considérablement ses chances de rencontrer quelqu'un, puisqu'ils restent le moyen le plus répandu de trouver l'âme sœur, du moins aux États-Unis pour l'instant.

Damona Hoffman, coach spécialisée en rencontres basée à Los Angeles et animatrice du podcast Dates & Mates, conseille de consacrer environ cinq heures par semaine à discuter de rencontres potentielles ou à la manière d'aborder des gens dans la vie réelle, d'être plus conscient·e du type de personne que vous recherchez et de penser à des endroits pertinents où vous pouvez parler directement à des femmes ou des hommes.

En attendant la réouverture des boîtes de nuit, posez-vous la question de l'utilité de vos applications de rencontres.

Newsletters

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

En août 1968, l'ingénieure en informatique Lynn Conway était virée en dépit de son travail prometteur et reconnu.

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Avec la généralisation du télétravail, on oublie encore un peu plus à quoi ressemblaient nos métiers avant internet.

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

L'entreprise s'est beaucoup améliorée pour empêcher la haine de se manifester. Mais les modérateurs sont mécontents d'être poussés à retourner au bureau.

Newsletters