Culture

Le kebab robotisé est arrivé

Temps de lecture : 2 min

Une invention va peut-être venir révolutionner les habitudes gastronomiques des innombrables étudiants et autres noctambules amateurs de kebabs: le découpeur de kebab automatique. Sans surprise, cette innovation technologique a été présentée en exclusivité à Berlin, le berceau de cette recette de fast-food devenue très populaire un peu partout en Europe.

Avec un marché annuel de plus de 2,5 milliards d'euros, le kebab est le fast-food préféré de beaucoup d'allemands depuis de longues années. Mais il a fallu attendre 2010 pour voir le premier salon international avoir lieu à Berlin. Et quoi de mieux pour fêter cette première que la présentation du premier robot à kebab du monde?

La machine est l'œuvre d'un businessman chypriote habitant à Vienne, Ahmet Kalyoncu, qui compte bien profiter des quelques 15.500 vendeurs de kebabs répertoriés dans toute l'Allemagne pour faire fortune, rapporte le site du Spiegel International. Le principe est simple: une caméra digitale installée en haut d'une cage d'acier inoxydable guide une lame le long de la broche de viande, le tout pouvant être actionné à distance grâce à une télécommande.

Outre la rapidité, le principal atout de cette machine est l'hygiène, explique l'AFP, qui a interrogé son créateur: les vendeurs de kebab «transpirent beaucoup quand ils coupent la viande parce qu'ils sont près du grill. On résout ce problème, et c'est mieux au final pour le client».

Mais les pionniers du kebab allemand, qui ont commencé à vendre le fameux sandwich dans les années 1970, ne sont pas tous convaincus par cette innovation, et assurent qu'un découpeur expert fera toujours mieux qu'une machine. «C'est juste quelque chose à montrer aux clients, confie l'un d'entre eux au journal allemand. On peut mieux couper la viande à la main, car on enlève tout le jus

Quoiqu'il en soit, l'Association des producteurs turcs de Döners en Europe (ATDID) espère que cette convention sera la première d'une longue série, et espère même attirer Angela Merkel et le maire de Berlin, qui n'ont pas pu venir cette année, lors des prochaines éditions, pour célébrer ce véritable produit «de la culture allemande».

[Lire l'article complet sur spiegel.de]

A LIRE AUSSI SUR SLATE: «Pourquoi commande-t-on un grec chez le turc?»

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

(Photo: Alex Kehr, Flickr, CC)

Newsletters

«Nous n'oublierons pas»: comment se transmet la mémoire de la Shoah au sein des familles de survivants

«Nous n'oublierons pas»: comment se transmet la mémoire de la Shoah au sein des familles de survivants

L'éditeur David Moscovici publie dans un nouveau format «910 jours à Auschwitz», le témoignage de son grand-oncle Lazar Moscovici, seul survivant de sa famille déportée au camp.

Alain Damasio oralise «Les Furtifs», une prouesse à mi-chemin entre le concert rock et le théâtre épique

Alain Damasio oralise «Les Furtifs», une prouesse à mi-chemin entre le concert rock et le théâtre épique

Dans son concert-lecture «Entrer dans la couleur», l'écrivain donne à voir un spectacle caméléon, inclassable.

Wendy Carlos: la femme trans qui a repoussé les limites du synthé

Wendy Carlos: la femme trans qui a repoussé les limites du synthé

Née dans un corps d'homme, cette grande dame de l'expérimentation électronique a notamment travaillé avec Robert Moog et signé l'album «Switched-on Bach» qui demeura longtemps le plus vendu de l'histoire.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio