Santé / Société

Certaines personnes savent mieux s'ennuyer que d'autres

Temps de lecture : 2 min

Ne pas supporter l'ennui peut être le signe d'autres pathologies, comme l'anxiété ou le narcissisme caché.

Vivre des situations ennuyantes active les zones du cerveau associées à l'errance mentale. | Johnny Cohen via Unsplash.
Vivre des situations ennuyantes active les zones du cerveau associées à l'errance mentale. | Johnny Cohen via Unsplash.

Nous avons tendance à considérer l'ennui comme un penchant naturel aux activités fastidieuses. Mais des décennies de recherche ont révélé que cet état est aussi mystérieux qu'angoissant et qu'il existe des variations surprenantes dans le degré de monotonie que chaque personne peut supporter, comme le rapporte la BBC.

En 2014, une équipe de psychologues sociaux de l'université de Virginie a découvert, au cours d'une série d'expériences sur l'errance mentale, que beaucoup de volontaires, environ 25% des femmes et 67% des hommes, s'électrocutaient délibérément lorsqu'ils et elles étaient laissé·es seul·es dans une pièce pendant 15 minutes, uniquement pour s'occuper.

À l'autre extrémité du spectre, certaines personnes recherchent activement des situations qui pourraient normalement être considérées comme ennuyeuses. L'ermite Christopher Knight, qui s'est rendu en voiture dans une forêt du Maine en 1986 et n'en est pas ressorti avant vingt-sept ans, affirme qu'il ne s'est jamais ennuyé une seule fois.

Errance mentale

Quel que soit le type d'ennui que vous ressentez, des recherches ont montré qu'il laisse une trace dans le cerveau. Dans le cadre d'une étude menée par James Danckert, qui dirige un laboratoire sur l'ennui, et la psychologue Colleen Merrifield, un scanner cérébral a été effectué sur un groupe de volontaires mis·es dans une situation d'ennui immense.

Les spécialistes ont découvert un lien entre l'ennui et l'activité de certaines régions cérébrales interconnectées, normalement associées à l'errance mentale.

Ce que le signal de l'ennui révèle, explique James Danckert, c'est que vous n'arrivez pas à interagir avec le monde, vous avez perdu le contrôle de votre environnement et vous n'êtes pas efficace.

Si c'est le cas, cela pourrait expliquer pourquoi certaines personnes peuvent supporter des années de solitude, alors que d'autres sont prêtes à s'électrocuter après seulement 15 minutes. Certains environnements offrent la possibilité de s'ennuyer, mais seuls quelques individus s'autorisent à le faire.

Pathologies connexes

La mauvaise nouvelle pour ceux et celles qui s'ennuient facilement, dit James Danckert, c'est que cette susceptibilité est potentiellement liée à toute une série d'autres problèmes, tels que le comportement impulsif, la toxicomanie, la dépendance au jeu, l'utilisation compulsive du téléphone portable, la dépression... La liste est longue.

Avoir l'ennui facile peut également être en lien avec plusieurs troubles de la personnalité, comme le narcissisme caché, soit le fait que les gens se sentent fabuleusement talentueux et estiment qu'on ne leur accorde pas le crédit mérité.

Parmi les autres traits de personnalité qui peuvent être liés à l'incapacité de s'ennuyer, on peut citer la colère et le névrosisme, qui impliquent des niveaux élevés d'anxiété, de culpabilité et de jalousie. Dans l'ensemble, être sujet·te à l'ennui est généralement un mauvais signe et peut être en partie causé par un mauvais contrôle émotionnel.

Newsletters

Deal sur ordonnance: «Si je revends mes prescriptions, ça me rapporte plus de 1.000 euros»

Deal sur ordonnance: «Si je revends mes prescriptions, ça me rapporte plus de 1.000 euros»

Les opiacés sont désormais la première cause de mortalité des toxicomanes devant l'héroïne, dont ils sont les produits de substitution. Pour s'en faire prescrire, certain·es sont prêt·es à tout.

Pourquoi le racisme a cessé d'être envisagé comme une question de santé publique

Pourquoi le racisme a cessé d'être envisagé comme une question de santé publique

Jusqu'à Richard Nixon, les États-Unis étudiaient officiellement les liens entre problèmes sociaux et santé mentale.

Une Américaine poursuivie pour avoir traité des enfants mal nourris en Ouganda sans compétences médicales

Une Américaine poursuivie pour avoir traité des enfants mal nourris en Ouganda sans compétences médicales

En quelques années, 105 enfants sont décédés dans son centre de soins.

Newsletters