Sports

Être mascotte sportive est un métier à part entière (et peut rapporter gros)

Temps de lecture : 2 min

Les plus performantes et célèbres de ces personnes cachées derrière un costume peuvent toucher un salaire annuel à six chiffres.

La NBA est manifestement le meilleur club pour exercer cette activité.| Edgar Chaparro via Unsplash. 
La NBA est manifestement le meilleur club pour exercer cette activité.| Edgar Chaparro via Unsplash

Être une mascotte à l'effigie d'un club sportif, facile non? Pas tant que ça. Cette activité requiert un bon nombre de qualités, et pas seulement physiques. Des personnes exerçant ce métier, original mais véritable, racontent à ABC NEWS leur vie de mascotte. Et ce n'est pas de tout repos.

Avoir une formation en gymnastique et une bonne forme physique ne suffisent plus. La mascotte du XXIe siècle doit savoir faire rire, danser et incarner l'esprit de l'équipe et de la ville qu'elle représente. «C'est extrêmement difficile», déclare Raymond qui a porté le costume de Phillie Phanatic pour l'équipe de baseball de ligue major de Philadelphie pendant quinze ans. «Malheureusement, même aux plus hauts niveaux de certains sports, il y a des gens qui pensent qu'en tant que mascotte, on ne fait que s'amuser avec les enfants et que ce n'est pas un métier sérieux.»

Révolution sportive

Les tâches demandées aux mascottes sont pourtant nombreuses et demandent une véritable adaptabilité, doublée d'une endurance à toute épreuve. Il faut par exemple gérer les changements de tenues et répéter les sketchs préparés pour divertir le public entre les matchs.

En plus de promouvoir la culture fan d'un club et l'attachement du public à une équipe, ces personnes rapportent énormément d'argent. Lorsque Gritty, la mascotte des Flyers de Philadelphie, a rencontré le succès en 2019, la publicité en ligne de la créature orange a été évaluée à 151,3 millions de dollars [151 millions d'euros] en seulement trente jours.

Il y a aussi le cas de Benny, la mascotte des Chicago Bulls. «La popularité de Benny se prouve par les ventes de ses produits dérivés, qui figurent parmi les 10 articles les plus vendus dans le magasin de l'équipe», se réjouit Michelle Harris, directrice principale du divertissement et des événements des Chicago Bulls en 2016. «Ce fut une révolution dans le marketing sportif.»

Un gros salaire

Les salaires de ces emblèmes à taille humaine sont ceux de véritables stars du sport. Ils peuvent atteindre de 30.000 à 50.000 dollars [26.000 à 43.000 euros] dans le hockey, le baseball et le football. Et environ un tiers des plus performantes et célèbres d'entre elles touchent un salaire annuel à six chiffres.

La NBA est le meilleur club pour exercer en tant que mascotte, s'accordent à dire celles interrogées par ABC News. Non seulement les salaires y sont élevés, mais la ligue nationale de basketball prend cette fonction très au sérieux, en proposant notamment des stages d'entraînement.

Newsletters

Les Tokyoïtes hésitent quant aux JO

Les Tokyoïtes hésitent quant aux JO

La cérémonie d'ouverture est toujours prévue pour le 23 juillet 2021.

En Argentine, le footing devient un acte politique

En Argentine, le footing devient un acte politique

Dans le contexte de confinement sans fin que traverse Buenos Aires, l'adepte de la course à pied est peut-être devenu·e un·e opposant·e à la politique du gouvernement central.

Stimuler le cerveau permettrait de doper les performances sportives

Stimuler le cerveau permettrait de doper les performances sportives

C'est ce que promet le «neuropriming», une technique visant à améliorer la phase d'apprentissage et la récupération.

Newsletters