Politique

Je ne soutiens pas Monsieur Darmanin, quoi qu'en écrive Monsieur Schneidermann

Temps de lecture : 2 min

Dans sa dernière chronique, Daniel Shneidermann fait une erreur factuelle que je suis contraint de rectifier.

Gérald Darmanin à l'Élysée le 15 juillet 2020. | Ludovic Marin / AFP
Gérald Darmanin à l'Élysée le 15 juillet 2020. | Ludovic Marin / AFP

Dans sa dernière chronique, Daniel Schneidermann me range parmi les soutiens de Gérald Darmanin. Hélas, je n'en suis pas. Je répète: je ne soutiens pas Monsieur Darmanin, quoi qu'en écrive Monsieur Schneidermann. Il s'agit donc d'une erreur factuelle, que je suis contraint de rectifier.

Ce que je pense du ministre de l'Intérieur est exprimé dans un texte que le journal en ligne Slate a publié le 13 juillet. J'en donne ici l'URL, Libération ayant omis de la signaler à ses lecteurs. Simple oubli, mais fâcheux, puisque c'est à partir de ce texte que Daniel Schneidermann m'impute un soutien («oblique», précise-t-il) à Monsieur Darmanin. Pour résumer: j'ai voulu réinscrire l'affaire Darmanin dans l'impatience avide des hommes, singulièrement politiques, quand ils convoitent un poste, un corps, un être humain. J'ai décrit une continuité entre le jeune apparatchik échangeant une intervention contre une relation sexuelle, et le ministre exigeant et obtenant une promotion, «d'homme à homme», comme je l'ai ensuite entendu.

Si je doute que Gérald Darmanin soit un jour condamné pour viol, son affaire est emblématique des «complaisances mâles» et d'une médiocrité politique; elle m'évoque d'autres abus.

Ce n'est pas ainsi que Daniel Schneidermann me lit. Il découpe des morceaux de mon texte pour le citer à l'opposé de ce qu'il exprime. Il m'impute une indulgence qui n'existe pas. «S'il n'était pas devenu le nom d'un scandale, Gérald D. ne nous inspirerait pas grand-chose. Il ne serait qu'un habile pressé parmi d'autres, il y a pléthore. Mais dans le scandale, cet empressement devient essentiel: une manière d'être un homme aux antipodes de Camus. On ne s'empêche pas, on prend sans attendre.» Lire ces lignes comme une défense de Gérald Darmanin relève-t-il de la simple incompréhension? Je vous épargne la vulgarité des leçons de déontologie.

Newsletters

Joe Biden le catholique est-il vraiment progressiste?

Joe Biden le catholique est-il vraiment progressiste?

À quelques jours de l'élection présidentielle américaine, troisième et dernière partie de notre examen du programme du candidat démocrate, avec un coup d'œil aux mesures sociétales: comment se positionne ce fervent catholique sur l'IVG? Quelles...

Joe Biden et Donald Trump ne sont pas les seuls candidats à l'élection présidentielle américaine

Joe Biden et Donald Trump ne sont pas les seuls candidats à l'élection présidentielle américaine

Ils ont face à eux une trentaine de personnes, peu connues, qui ne seront pas élues mais jouent un vrai rôle dans la course à la Maison-Blanche.

Jean-Pierre Chevènement: «Pour reconstruire la gauche, il faut relire Jaurès»

Jean-Pierre Chevènement: «Pour reconstruire la gauche, il faut relire Jaurès»

L'ancien ministre, qui publie ses mémoires, a répondu à Slate sur l'avenir des gauches en France aujourd'hui.

Newsletters