Société / Tech & internet

Les visioconférences sont plus fatigantes que les vraies réunions

Temps de lecture : 2 min

L'impression d'être observé·e et l'absence de frontières entre la sphère privée et le travail induisent un niveau d'anxiété plus important qu'à l'accoutumée.

«Quand vous êtes en visioconférence, vous savez que tout le monde vous regarde.» | Chris Montgomery via Unsplash
«Quand vous êtes en visioconférence, vous savez que tout le monde vous regarde.» | Chris Montgomery via Unsplash

Avec la pandémie de Covid-19, les visioconférences sont devenues pour beaucoup un outil de travail régulier. Et à la longue, elles sont exténuantes.

Selon Gianpiero Petriglieri, professeur associé à l'Institut européen d'administration des affaires (Insead), qui étudie l'apprentissage et le développement durable sur le lieu de travail, un appel vidéo demande plus de concentration qu'une discussion en face à face. Notre cerveau travaille plus dur pour analyser les signaux non verbaux, les expressions faciales, le ton et la hauteur de la voix ou encore le langage corporel, rapporte la BBC. Nous sommes nettement moins à même de nous détendre que lors d'une conversation de visu.

À cela s'ajoute la gestion du silence. «Alors qu'il crée un rythme naturel dans une conversation de la vie réelle, lorsqu'il se produit dans un appel vidéo, vous devenez anxieux et vous êtes mal à l'aise», note le spécialiste.

Enfin, nous faisons moins preuve de tolérance dans nos rapports sociaux lorsque nous nous trouvons derrière un écran. Une étude réalisée en 2014 par des universitaires allemandes a montré que les retards lors de visioconférences influençaient négativement notre perception des autres. Un retard de 1,2 seconde (!) suffit à être perçu·e comme moins amical·e ou moins concentré·e.

Big Brother

Autre facteur qui joue sur l'anxiété et l'épuisement mental: le fait d'être observé·e et d'en avoir particulièrement conscience. «Quand vous êtes en visioconférence, vous savez que tout le monde vous regarde. Vous êtes sur scène, donc il y a la pression sociale et le sentiment que vous devez vous produire. Devoir être performant est éprouvant et plus stressant», explique Marissa Shuffler, professeure associée à l'Université de Clemson, qui étudie le bien-être sur le lieu de travail et l'efficacité du travail en équipe.

Notre lassitude de Zoom et autres outils de visioconférence pourrait aussi reposer sur l'effacement des frontières: le fait que des aspects de notre vie qui étaient autrefois séparés –le travail, les amis, la famille– se déroulent maintenant tous dans le même espace, perturbe notre organisation habituelle et nous rend plus vulnérables aux sentiments négatifs.

Droit à la déconnexion

Gianpiero Petriglieri et Marissa Shuffler suggèrent de limiter les appels vidéo à ceux qui sont nécessaires. La mise en marche de la caméra devrait être facultative ou temporaire. Avoir son écran éteint et posé à côté plutôt que face à nous pourrait également favoriser la concentration, en particulier lors de réunions de groupe, détaille le professeur associé à l'Insead.

S'assurer des périodes de transition entre les réunions vidéo peut aussi aider à s'aérer la tête. Essayez de faire des étirements, de boire un verre d'eau ou de faire un peu d'exercice. Il s'agit de créer des moments qui nous permettent de mettre une identité de côté et de passer à une autre lorsque nous alternons travail et vie privée.

Newsletters

Des avions ne vont nulle part mais pourtant ils sont pleins

Des avions ne vont nulle part mais pourtant ils sont pleins

Prendre l'avion leur manquent: ils et elles achètent des tickets pour un avion qui atterrit au même endroit qu'il décolle.

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

L'université de Californie du Sud a suspendu un professeur de management qui a prononcé un mot en chinois - «ne-ga» - jugé trop proche du mot nègre en anglais.

Avoir ses règles en camp de concentration

Avoir ses règles en camp de concentration

Jo-Ann Owusu, jeune historienne britannique aborde pour la première fois ce sujet dans le magazine History Today.

Newsletters