Boire & manger / Économie

Le Covid-19 a modifié la façon dont nous faisons nos courses

Temps de lecture : 2 min

Deux tendances de consommation alimentaire, a priori opposées, se sont développées durant et après le confinement.

«Tout ce qui peut être associé à l'immunité se vend davantage, même si c'est plus cher.» | Alexas Fotos via Pixabay 
«Tout ce qui peut être associé à l'immunité se vend davantage, même si c'est plus cher.» | Alexas Fotos via Pixabay 

Un article du HuffPost décrypte comment le Covid-19 a modifié nos habitudes de consommation alimentaire. Alors que les effets de la pandémie se manifestent par l'omniprésence des masques et du gel hydroalcoolique, d'autres changements plus subtils s'opèrent, comme dans notre façon de faire les courses.

Dans les habitudes de consommation alimentaires américaines, deux tendances fortes se dégagent. La première: de nombreuses personnes achètent des produits qui, selon elles, stimuleront leur système immunitaire, dans l'espoir de mieux se défendre contre les maladies. La seconde: l'apparition d'une augmentation des ventes d'aliments dits «réconfortants», motivée par les niveaux en hausse d'anxiété et de stress (et d'ennui?) liés à la maladie et au confinement.

Immunité et confort

«Les fortes tendances que nous avons remarquées avant la pandémie se maintiennent, mais pour des raisons différentes», commente Frances Zelazny, directrice marketing de la plateforme d'analyse Signals Analytics. «Avant le Covid, les produits végétaliens étaient en hausse et le moteur de cette tendance était un mélange entre une recherche de bien-être, de mode de vie sain, d'entretien de sa forme physique ou encore un souci écologique et du bien-être animal.»

Mais avec le coronavirus, ces produits sont de plus en plus consommés dans l'espoir de fortifier le système immunitaire. «Tout ce qui peut être associé à l'immunité se vend davantage, même si c'est plus cher», déclare Frances Zelazny.

L'autre nouvelle grande attitude de consommation se situe presque à l'opposé. Selon un rapport de Bloomberg, le mois de mars a entraîné une augmentation de 48% des ventes de pop-corn, de 47% des ventes de bretzels, et de 30% des ventes de chips. Beaucoup de personnes, confrontées au chômage, à l'isolement ou même tout simplement à l'incertitude générale, ont cherché du réconfort dans la nourriture, se tournant vers des produits industriels gras ou sucrés.

«Il y a beaucoup d'incertitude et dans ce genre de moments, les gens ont tendance à se replier sur ce qui leur est familier et ce qui les réconforte», explique Jennifer Bartashus, analyste chez Bloomberg Intelligence au New York Post . «Les gens se replient dans leurs habitudes de confort.»

Parmi les autres changements alimentaires induits par le Covid-19, et qui pourraient perdurer, on note une augmentation des ventes de produits surgelés ainsi que le changement de nature des déjeuners en semaine, modifiés par le télétravail.

Newsletters

Peut-on manger du porc vegan quand on est musulman?

Peut-on manger du porc vegan quand on est musulman?

Ça a l'air tellement bon.

Manger épicé, un symbole de virilité (selon les hommes)

Manger épicé, un symbole de virilité (selon les hommes)

Le piment serait-il un pénis de substitution?

Aux Lyonnais, près de l'Opéra Comique, et dix autres excellents bistrots parisiens

Aux Lyonnais, près de l'Opéra Comique, et dix autres excellents bistrots parisiens

Des adresses hautement recommandables pour faire vibrer les papilles et se réchauffer le cœur.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio