Sports

Les Tokyoïtes hésitent quant aux JO

Temps de lecture : 2 min

La cérémonie d'ouverture est toujours prévue pour le 23 juillet 2021.

À gauche, le président honorifique du comité olympique, à droite Yoshiro Mori, le président des JO 2020, 30 mars 2020 | Issei Kato / POOL / AFP
À gauche, le président honorifique du comité olympique, à droite Yoshiro Mori, le président des JO 2020, 30 mars 2020 | Issei Kato / POOL / AFP

En théorie, il ne reste plus qu'un an à patienter avant la cérémonie d'ouverture des JO de Tokyo. En pratique, cela semble bien court pour garantir le show habituel.

Même si le Japon connaît des taux d'infections et de décès liés au Covid-19 plutôt bas, la ville de Tokyo comptabilise plus d'un tiers des malades répertoriés au Japon: 9.233 cas dont 290 nouveaux le samedi 19 juillet. De plus, la pandémie continue de gagner du terrain ailleurs dans le monde comme au Brésil ou aux États-Unis.

Face à cela, le comité d'organisation doit repenser les Jeux de manière plus épurée pour réduire les coûts tout en assurant la sécurité des 11.000 athlètes en compétition pour 339 médailles.

Pourtant, dès l'annonce du report des JO pour un coût estimé entre 2 et 6 milliards de dollars (1,7 à 5,2 milliards d'euros), le Premier ministre japonais, Shinzō Abe, avait promis que les Jeux olympiques de l'été 2021 seraient une manière de célébrer la victoire du monde contre le Covid-19.

Pour le président des Jeux de Tokyo, Yoshi Mori, l'annulation est inenvisageable puisqu'elle «serait deux fois plus coûteuse que les Jeux eux-mêmes», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Au mois de juillet, la réélection de Yuriko Koike au poste de gouverneure de Tokyo a été perçue comme un symbole de l'engouement renouvelé des habitant·es, puisque ces adversaires défendaient une ligne anti-JO. Pourtant l'enthousiasme des habitant·es semble se faner puisqu'un récent sondage révèle que 51,7% des personnes interrogées pensent que les Jeux ne devraient pas avoir lieu en 2021, dont un quart qui sont en faveur de l'annulation pure et simple.

Certain·es scientifiques interrogé·es par le Guardian estiment que même au cas où un vaccin serait disponible à l'été 2021, il serait difficile de penser que sa distribution soit suffisante pour garantir la sécurité des JO.

Le comité n'a pas d'autre choix que de réfléchir à des solutions impliquant de plus petits rassemblements, un dépistage obligatoire des spectateurs, spectatrices et athlètes, de plus petites cérémonies et un relais de la flamme olympique raccourci.

Newsletters

Je suis nul aux échecs, mais ce n'est pas de ma faute

Je suis nul aux échecs, mais ce n'est pas de ma faute

[BLOG You Will Never Hate Alone] Devant un échiquier, je ne vois rien, si ce n'est une succession de carreaux, tantôt blancs, tantôt noirs.

Ouvrir les stations de ski, une équation impossible

Ouvrir les stations de ski, une équation impossible

La réouverture des stations, «préférable» courant janvier selon le président Emmanuel Macron, aggrave la situation d'un secteur qui souffre déjà de nombreux maux structurels.

Monsieur le président, Maradona n'est pas une vignette Panini

Monsieur le président, Maradona n'est pas une vignette Panini

Une enfilade de lieux communs et d'erreurs factuelles: on a corrigé l'hommage de l'Élysée au footballeur disparu.

Newsletters