Tech & internet

Les emojis en disent beaucoup sur nous

Temps de lecture : 2 min

Les marques l'ont remarqué et les emojis font aujourd'hui partie du panel d'outils marketing à la disposition des publicitaires.

Montage Slate
Montage Slate

Cela fait maintenant vingt ans que ces pictogrammes numériques d’origine japonaise ponctuent nos conversations virtuelles. Il en existe plus de 3.000 différents et la sortie de nouveaux emojis est scrutée avec attention. Universels et simples à utiliser, ils ont conquis toutes les générations, parfois à contre-emploi, en particulier sur l'emoji «pleurs de joie». Aujourd'hui, les personnes qui terminent leurs messages par de simples points de ponctuation sont considérées comme d’étranges individus.

Ils sont devenus des outils de lutte dans le combat des minorités avec la réclamation d'emojis plus inclusifs: une plus large gamme de couleur de peau, des personnes LGBT, des personnes handicapées, une femme portant le voile...

Emoji «marque»

Depuis quelques années, les publicitaires se sont emparés de ce langage pour faire leur promotion mais aussi pour tenter de saisir un peu mieux le ressenti des utilisateurs et utilisatrices vis-à-vis des produits. Ils sont si importants que plusieurs entreprises se battent pour la création de nouveaux emojis.

En 2019, nous apprend le magazine Recode, Ford a mené une action en secret pour faire approuver l’emoji «pick-up» par le consortium Unicode qui s’occupe de sélectionner la centaine de nouveaux emojis annuels.

Avant eux, la chaine de restauration Taco Bell avait lancé une pétition pour demander la création d’un emoji «taco». Une grande marque de vin a tout essayé pour qu’un emoji «verre de vin blanc» soit créé, sans succès. Durex a mené campagne pour un emoji «préservatif» et Kit Kat pour un emoji «barre de chocolat».

Militer pour un nouvel emoji est souvent une réussite en soit, peu importe le résultat final. Les marques assoient ainsi une image «fun» dans l’air du temps et s'offre une mise en avant dans la sphère publique.

Analyser nos ressentis

Depuis quelques années, certaines analyses dites «de sentiments» réalisées par les publicitaires s’intéressent aux emojis attachés aux mots clés recherchés. Ils permettent aux algorithmes de déterminer beaucoup plus facilement le ton de la personne.

Depuis 2016, Twitter autorise la publicité ciblée sur emojis. Ainsi, en 2018, Toyota avait développé douze versions différentes de sa publicité en fonction des emojis utilisés par les internautes.

Newsletters

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

En août 1968, l'ingénieure en informatique Lynn Conway était virée en dépit de son travail prometteur et reconnu.

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Avec la généralisation du télétravail, on oublie encore un peu plus à quoi ressemblaient nos métiers avant internet.

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

L'entreprise s'est beaucoup améliorée pour empêcher la haine de se manifester. Mais les modérateurs sont mécontents d'être poussés à retourner au bureau.

Newsletters