Santé / Sciences

Avoir eu le Covid-19 ne vous immunise pas forcément

Temps de lecture : 2 min

La communauté scientifique travaille sur le rôle des anticorps, mais rien n'indique qu'un individu ne puisse pas attraper deux fois le coronavirus.

Les personnes remises du Covid-19 pourraient ne pas être définitivement protégées contre une deuxième infection. | Fernando Zhiminaicela via Pixabay
Les personnes remises du Covid-19 pourraient ne pas être définitivement protégées contre une deuxième infection. | Fernando Zhiminaicela via Pixabay

On entend beaucoup parler de l'immunité contre le Covid-19, avec cette idée que si l'on a souffert du virus une fois, on est immunisé·e. Certaines personnes testées positives au Covid-19 ont développé des anticorps dans leur sang, des molécules produites par le système immunitaire pour lutter contre l'infection. En théorie, on pourrait penser qu'elles seraient capables de combattre le virus si elles l'attrapaient à nouveau.

Un article du HuffPost fait état de la recherche scientifique actuelle sur ce sujet et interroge un expert en immunologie, pour tenter d'y voir plus clair.

Aucune preuve attestée

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) énonce qu'il n'existe «aucune preuve» que les personnes qui se sont remises du Covid-19, et qui ont donc des anticorps, soient définitivement protégées contre une deuxième infection.

Cela dit, les experts croient de plus en plus que les anticorps peuvent protéger du virus. Des scientifiques de Harvard ont mené une étude avec des macaques auxquels ils ont délibérément inoculé le virus. Un mois plus tard, les singes ont été réinfectés et ne sont pas tombés malades. Les scientifiques ont découvert qu'ils avaient développé des anticorps.

Des expériences in vitro ont également montré que seul un certain type d'anticorps, parmi tous ceux produits, «les anticorps neutralisants», peut empêcher le virus de pénétrer dans les cellules.

Le nombre d'anticorps présents est aussi à prendre en compte: plus il est élevé, mieux c'est. Une étude sur des personnes ayant guéri du Covid-19 a révélé que seulement 1% d'entre elles avaient des niveaux d'anticorps assez élevés pour neutraliser le virus.

Enfin, une nouvelle étude du King's College de Londres (KCL) a révélé, grâce à des tests sérologiques (tests portant sur les anticorps), une forte baisse des niveaux d'anticorps des patient·es trois mois après l'infection. Si 60% des personnes avaient une réponse en anticorps «puissante» lors du premier développement du virus, seulement 17% conservaient la même puissance trois mois plus tard. Dans certains cas, les niveaux d'anticorps sont même devenus indétectables. Cela pourrait signifier qu'après quelques mois d'immunité, vous êtes de retour à la case départ et pourriez être réinfecté·e par le virus.

Une réponse variable

Chez certaines personnes testées positives au Covid-19, on a même constaté une absence totale d'anticorps. Ce cas de figure n'est «pas rare», assure le professeur Altmann.

Initialement, notre système immunitaire essaie de combattre le virus avec des globules blancs. Si la charge virale est initialement assez faible, le système immunitaire inné (la première ligne de défense du corps) peut combattre le virus sans avoir à déclencher une réponse humorale (c'est-à-dire avec anticorps). La réponse humorale est donc essentiellement la deuxième ligne de défense de votre corps, qui a tendance à se déclencher une semaine après avoir été infecté.

Newsletters

Deal sur ordonnance: «Si je revends mes prescriptions, ça me rapporte plus de 1.000 euros»

Deal sur ordonnance: «Si je revends mes prescriptions, ça me rapporte plus de 1.000 euros»

Les opiacés sont désormais la première cause de mortalité des toxicomanes devant l'héroïne, dont ils sont les produits de substitution. Pour s'en faire prescrire, certain·es sont prêt·es à tout.

Pourquoi le racisme a cessé d'être envisagé comme une question de santé publique

Pourquoi le racisme a cessé d'être envisagé comme une question de santé publique

Jusqu'à Richard Nixon, les États-Unis étudiaient officiellement les liens entre problèmes sociaux et santé mentale.

Une Américaine poursuivie pour avoir traité des enfants mal nourris en Ouganda sans compétences médicales

Une Américaine poursuivie pour avoir traité des enfants mal nourris en Ouganda sans compétences médicales

En quelques années, 105 enfants sont décédés dans son centre de soins.

Newsletters