Sciences

Les neurosciences ignorent les personnes gauchères

Temps de lecture : 2 min

Les études sur le fonctionnement du cerveau ne s'intéressent qu'aux individus qui se servent de préférence de la main droite dans l'exécution de la majorité des tâches.

L'une des «règles de base» enseignées aux étudiant·es en neurosciences est qu'il est mauvais d'inclure les personnes gauchères. |  Free-Photos via Pixabay 
L'une des «règles de base» enseignées aux étudiant·es en neurosciences est qu'il est mauvais d'inclure les personnes gauchères. |  Free-Photos via Pixabay 

Un article de Vice explique comment les personnes gauchères sont exclues de la recherche en neurosciences et les conséquences que cela peut avoir sur leur vie.

«Beaucoup de personnes gauchères sont extrêmement frustrées par le peu d'études [scientifiques] auxquelles elles peuvent participer», déplore Lyam Bailey, doctorante en psychologie et neurosciences. Elle mène des recherches à l'université Dalhousie au Canada et inclut les personnes gauchères dans les travaux qu'elle mène.

Environ 10% des gens sont gauchers et pourtant ils sont souvent, sinon presque toujours, exclus des protocoles de recherche sur le cervau.

«C'est l'une de ces “règles de base” que les étudiants apprennent quand ils commencent à faire des neurosciences: inclure des gauchers est mauvais», nous apprend Emma Karlsson, postdoctorante en psychologie et neurosciences cognitives à l'université Bangor au Pays de Galles.

Pour leurs recherches, les scientifiques priviligient des sujets qui peuvent être comparés les uns aux autres, afin de pouvoir calculer des moyennes de groupe et tirer des conclusions sur le fonctionnement global du cerveau. Celui des individus gauchers peut fonctionner légèrement différemment pour certaines tâches, comme le traitement du langage et la motricité, en raison d'une caractéristique appelée latéralisation.

Le cerveau est formé de deux hémisphères, gauche et droit, dont l'anatomie et la fonction ne sont pas complètement identiques. Pour certaines actions, comme celles liées au langage, l'un des deux hémisphères fait l'essentiel du travail. Chez la plupart des personnes qui privilégient la main droite, la majorité du traitement du langage a lieu dans l'hémisphère gauche du cerveau, alors que les personnes gauchères peuvent utiliser à la fois le gauche et le droit ou, parfois, principalement le côté droit.

Impact sur les connaissances scientifiques

Les gens qui se servent de la main gauche ne sont pas seulement exclus de la recherche sur le langage ou la motricité. Il leur est également interdit de participer à des études d'imagerie cérébrale. Une étude co-écrite par Bailey a révélé que dans plus de 1.000 articles scientifiques publiés en 2017, seuls 3,2% des 30.000 sujets de recherche n'étaient pas des personnes qui utilisent la main droite.

Lorsque nous essayons de comprendre comment fonctionne le cerveau, nous devons tenir compte de toutes les façons dont un cerveau sain peut fonctionner, relève Emma Karlsson. Inclure les personnes gauchères pourrait nous aider à en savoir davantage sur cet organe, comme la façon dont les hémisphères gauche et droit se divisent le travail et la génétique qui détermine les asymétries du cerveau.

Newsletters

Christopher Havens, «Breaking Bad» à l'envers

Christopher Havens, «Breaking Bad» à l'envers

Contrairement au héros télévisuel joué par Bryan Cranston, l'Américain est passé par la méthamphétamine et le meurtre avant de devenir un prodige des sciences.

La pandémie du Covid-19 fait resurgir des peurs populaires

La pandémie du Covid-19 fait resurgir des peurs populaires

Malgré les acquis et les avancées scientifiques, la raison a-t-elle laissé place à la passion?

On sait précisément d'où vient l'odeur de transpiration

On sait précisément d'où vient l'odeur de transpiration

Des scientifiques ont identifié l'enzyme responsable de cette effluve corporelle.

Newsletters