Monde

Le cheveu indien, roi des perruques

Temps de lecture : 2 min

Saviez-vous que les coiffures improbables de Lady Gaga proviennent d'un temple indien de l'Etat d'Andhra Pradesh, et qu'une de ses perruques peut valoir jusqu'à 10.000 dollars?

C'est le prix à payer pour porter ce que l'on nomme du «remy hair» (c'est-à-dire du cheveu humain naturel), explique une enquête parue dans le magazine américain d'investigation Mother Jones. Un cheveu qui ne provient pas seulement de la tête de jeunes Indiennes vierges, mais aussi de simples dévots venus de tout le pays et d'Asie du sud-est pour se faire raser tête et barbe dans le temple Tirumala Tirupati Devasthanams.

Le cheveu est ensuite vendu aux enchères (entre 24,50 et 170 dollars le kg, selon l'article) à des entreprises qui vont le laver au détergent, le peigner et le tresser, ce qui va lui donner un aspect soyeux et naturel.

 

«La vraie valeur de notre industrie est là, lorsque nous séparons le cheveu selon sa qualité et le faisons passer de déchet à objet de valeur»explique George Cherian, président de Raj Impex, l'une des plus grosses entreprises d'exportation de cheveux en Inde. Pour lui, le fait que l'Inde soit le plus grand exportateur de cheveux s'explique aussi par le coût extrêmement bas de la main-d'oeuvre. Où part le cheveu? «La règle est simple: le remy hair s'en va aux Etats-Unis, le reste part en Afrique.»

Car le plus gros marché se trouve aux Etats-Unis, où la folie des tresses et tissages a inspiré à l'acteur Chris Rock le documentaire Good Hair, sorti en 2009.

 

[Lire l'article sur le site de Mother Jones]

Photo de une: à la New York Fashion Week, Reuters/Lucas Jackson.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr


Slate.fr

Newsletters

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Newsletters