Société / Culture

Les Illuminati sont nés d'une vaste (mauvaise) blague

Temps de lecture : 2 min

L'une des théories du complot les plus populaires n'était, à l'origine, qu'une galéjade prônant la désobéissance civile.

L'œil de la providence est l'un des symboles des Illuminati. | Thought Catalog via Unsplash
L'œil de la providence est l'un des symboles des Illuminati. | Thought Catalog via Unsplash

C'est la théorie du complot qui éclipse toutes les autres. Les Illuminati sont les prétendus seigneurs suprêmes qui contrôlent les affaires du monde, opérant secrètement pour établir un nouvel ordre mondial. La BBC relate leur histoire.

La plupart des gens qui essaient de se pencher sur l'histoire de cette société secrète, retrouvent ses origines en Allemagne avec l'Ordre des Illuminati de l'époque des Lumières. Il s'agissait d'une société secrète bavaroise, fondée en 1776, qui permettait aux intellectuel·les de se regrouper en privé et de s'opposer à l'influence que la religion et les élites faisaient peser sur la vie quotidienne. Il comprenait plusieurs progressistes connu·es à l'époque mais, avec les francs-maçons, ces gens ont été progressivement mis hors la loi par les chantres du conservatisme et du christianisme. Le groupe a finalement disparu.

Juste pour rire

Tout a (re)commencé dans les années 1960 lorsqu'un petit texte imprimé a vu le jour: Principia Discordia. Cet écrit comique prônait une foi parodique, le Discordianisme, était porté par des anarchistes pour inciter le lectorat à vénérer Eris, déesse du chaos. Le mouvement discordien était en fin de compte un collectif qui souhaitait provoquer la désobéissance civile, les blagues et les canulars.

Le texte lui-même n'a jamais été qu'une curiosité de la contre-culture. Mais l'un des principes de cette foi parodique, selon lequel de telles activités mécréantes pouvaient entraîner un changement social et forcer les individus à remettre en question les paramètres de la réalité, a été immortalisé par un écrivain, Robert Anton Wilson.

À l'époque, l'homme travaille pour le magazine masculin Playboy. Il commence à envoyer de fausses lettres de lecteurs parlant de cette organisation secrète composée de membres de l'élite appelée «les Illuminati». Puis ils en envoie d'autres afin de contredire les lettres précédentes.

Effet paradoxal

L'idée de Robert Anton Wilson était de donner suffisamment de points de vue opposés sur une histoire pour pousser la population à remettre en question ces récits qui leur tenaient lieu de vérité. Il concevait sa démarche comme un moyen idéaliste d'amener les gens à prendre conscience des réalités qu'ils vivaient.

Le chaos du mythe des Illuminati a alors fait le tour du monde. Robert Wilson et un autre auteur de Playboy ont publié en 1975 The Illuminatus!, une trilogie qui attribue aux Illuminati les dissimulations de notre époque, comme l'origine de l'assassinat de John F. Kennedy. Ces livres ont connu un immense succès.

Aujourd'hui, l'existence des Illuminati est l'une des théories conspirationnistes les plus répandues dans le monde. Même des célébrités comme Jay-Z et Beyoncé ont repris la symbolique du groupe, levant la main dans le triangle des Illuminati lors de concerts. On est assez loin de l'épiphanie hallucinante et de la prise de conscience des mystifications de l'histoire que les partisan·es du Discordianisme avaient prévu à l'origine.

Newsletters

La NASA supprime ses appellations jugées «indélicates» et «offensantes»

La NASA supprime ses appellations jugées «indélicates» et «offensantes»

Certains surnoms donnés par l'agence spatiale américaine à ses découvertes scientifiques et faisant référence à des termes coloniaux ou racistes ne seront plus utilisés.

L'isolement social est néfaste pour notre santé mentale et physique

L'isolement social est néfaste pour notre santé mentale et physique

Le nombre de proches à qui se confier est en baisse.

À quoi rêvent les statues en tombant de leur piédestal?

À quoi rêvent les statues en tombant de leur piédestal?

La ville postcoloniale et son imaginaire sont à inventer.

Newsletters