Monde / Culture

La division SS musulmane en Bosnie, entre mythes et réalités

Temps de lecture : 3 min

La 13e division SS en Bosnie a généré nombre d'analyses. Le dépouillement des archives permet aux historien·nes de remettre en perspective les faits et la réalité.

Des soldats de la 13e division Handschar pendant l'entraînement; lecture d'une brochure Islam et judaïsme, vers l'été 1943. | Mielke / German Federal Archives via Wikimedia Commons
Des soldats de la 13e division Handschar pendant l'entraînement; lecture d'une brochure Islam et judaïsme, vers l'été 1943. | Mielke / German Federal Archives via Wikimedia Commons

L'ouvrage de Xavier Bougarel propose une réévaluation de l'histoire de la 13e division SS créée en Bosnie-Herzégovine, et qui par sa composition majoritairement musulmane, a suscité de nombreuses interrogations, publications et polémiques. Son livre repose sur le dépouillement des archives souvent inédites de Bosnie-Herzégovine, de Croatie, de Serbie et d'Allemagne. Il se compose de cinq grands chapitres thématiques permettant de remettre en perspective et d'interroger les formes extrêmes de la collaboration en Bosnie, le poids de l'islam, le choix de la participation à la SS, les massacres commis et les avantages offerts à ses combattants par l'appareil nazi.

La division Handschar, un objet historique et politique

En raison de l'actualité, à savoir la guerre dans l'ancien espace yougoslave puis l'émergence du terrorisme islamiste, la 13e division SS est l'objet d'une attention soutenue. Elle est analysée à travers sa composition religieuse. Pour lui donner un caractère encore plus sanguinaire, son surnom est Handschar (le poignard), qui n'existe qu'à partir de mai 1944. Elle est définie ainsi dans la majeure partie des enquêtes alors qu'elle est née un an auparavant sous le simple nom de 13e division SS. L'exploitation systématique des archives permet d'approfondir et de réévaluer plusieurs aspects de son histoire en insistant sur la dimension sociale de cette entreprise.

Il s'agit pour le dictateur d'utiliser les notables musulmans dans la lutte anticommuniste.

La 13e division SS est fondée en 1943 sur une décision et un décret personnel d'Hitler. Les raisons reposent sur une dimension géostratégique et une politique. Il s'agit pour le dictateur d'utiliser les notables musulmans dans la lutte anticommuniste, dans son projet génocidaire tout en leur faisant miroiter des avantages sociaux. Si une partie des responsables musulmans de Bosnie répond favorablement, la collaboration des musulmans de Bosnie demeure relativement réduite et le nombre de volontaires dans la SS est faible, un peu plus de 20.000 hommes y ont participé. Les Allemands représentent 15 à 20% de l'unité mais 50% de l'encadrement et 90% de la direction.

Parmi les recrues dans l'espace yougoslave, 90% sont musulmans, 65% des hommes sont enrôlés de force, 35% sont volontaires. Ses viviers de recrutement sont les personnes déplacées et les soldats prisonniers. Le recrutement de la division comme le non-respect des engagements pris par les autorités nazies avec le déplacement de la division en France entraînent sa mutinerie en 1943. L'examen de la révolte montre qu'il s'agit pour l'essentiel d'une protestation contre les mauvaises conditions de vie et surtout pas d'une révolte antifasciste.

Le grand mufti de Jérusalem, Hadj Amin al-Husseini, passant en revue une unité de la 13e division SS Handschar, en Silésie, en novembre 1943. | Mielke / German Federal Archives via Wikimedia Commons

De retour en Bosnie, les conditions de vie sont directement à l'origine de la désertion massive qui existe dans cette division, près du quart des effectifs. Inversement, un autre quart choisit de participer à la division pour des raisons idéologiques. Ces SS se sont battus jusqu'au bout sous l'uniforme allemand: alors que même la division est dissoute, ils suivent les troupes allemandes en Hongrie et en Autriche contre l'Armée rouge pour rentrer combattre dans l'ex-Yougoslavie.

De la lutte contre les partisans au génocide

La participation de la division à l'entreprise génocidaire est réelle mais limitée. Elle commence en mars et s'achève en novembre 1944, date de la dissolution de l'unité. Puisqu'elle a été formée tardivement, 90% de la population juive a déjà été exterminée quand la 13e division intervient en Bosnie. L'antisémitisme est certes présent, mais la carte des opérations montre qu'ils ont principalement agi contre les partisans massacrant plusieurs centaines de villageois·es et plusieurs milliers de partisan·es dans les Monts Majevica, la forêt de Bosut et les Monts Birac.

Les engagés dans la division ont en échange bénéficié d'avantages matériels.

La participation aux opérations anti-partisanes de la division s'achève par l'extermination des Juifs à Zahirocivi selon une modalité opératoire proche de celle des commandos mobiles de tuerie. Les membres de la division tuent également les Juifs revenus ou aidant les partisan·es, comme les médecins lors des massacres de villages suspectés d'aider ces derniers. Enfin, plusieurs centaines des membres de la 13e division SS poursuivent l'œuvre de mort en participant aux massacres contre des Juifs.

Les engagés dans la division ont en échange bénéficié d'avantages matériels. Une sorte d'utopie SS dans laquelle les volontaires sont chargés de faire régner l'harmonie au village et de jouer un rôle pacificateur dans les conflits internes aux communautés villageoises. La dernière phase de la guerre aidant, leur statut change et les combattants se servent sur le dos des populations et contrôlent l'espace pour leur propre profit.

Cette riche étude permet de relativiser la place de l'islam dans la formation et le développement de cette division SS dans le système nazi. Elle existe et est indéniable mais a été survalorisée par plusieurs travaux. Une autre caractéristique de la division est son indiscipline, non pas tant face à l'idéologie nazie que vis-à-vis des promesses faites par l'Allemagne et des comportements militaires. Enfin, l'auteur rappelle que la dimension sociale est un élément déterminant, même si, en conséquence, on peut se demander en élargissant le propos si la question sociale ne justifie pas d'autres formes de collaborations, mais c'est une autre histoire.

La division Handschar – Waffen-SS de Bosnie, 1943-1945

Xavier Bougarel

2020

Éditions Passés composés

437 pages

24 euros

Newsletters

En Chine, un village bouclé à cause de la peste

En Chine, un village bouclé à cause de la peste

C'est le deuxième cas de la maladie dans le pays cette année, et le premier décès.

Au Ghana, porter plainte pour viol coûte minimum 2 mois de salaire

Au Ghana, porter plainte pour viol coûte minimum 2 mois de salaire

Le pays est loin de constituer une exception.

«Le Liban c'est la famille de la France»

«Le Liban c'est la famille de la France»

Pour témoigner de son soutien, Emmanuel Macron s'est rendu à la capitale à la suite de l'explosion dramatique qui l'a secouée. Il en faudra certainement davantage au peuple libanais pour se relever.

Newsletters