Sciences

Comment les odeurs ravivent des souvenirs

Temps de lecture : 2 min

La preuve que Proust avait raison avec sa madeleine.

Certaines odeurs nous rappellent l'époque où nous ressentions ces parfums pour la première fois. | Debby Hudson via Unsplash
Certaines odeurs nous rappellent l'époque où nous ressentions ces parfums pour la première fois. | Debby Hudson via Unsplash

Beaucoup d'entre nous ont vécu ces expériences où une certaine odeur –celle du chlore, des biscuits tout juste sortis du four ou de l'air marin– fait remonter des souvenirs dans notre conscience.

Des études scientifiques utilisant diverses approches ont été menées pour tenter d'expliquer le phénomène décrit par Proust avec ses petites madeleines. La docteure Rachel Herz est l'une des premières à avoir tenté de répondre à ses hypothèses dans une recherche menée au sein de l'université de Brown en 2004. Cette psychologue et neuroscientifique a découvert qu'un groupe de cinq femmes présentaient une activité cérébrale plus importante lorsqu'elles sentaient un parfum auquel elles associaient un souvenir positif que lorsqu'on leur présentait un parfum témoin qu'elles ne connaissaient pas, expose le magazine Scientific American.

Des scientifiques à l'origine d'une étude datant de 2013 ont pour leur part constaté une plus grande activité cérébrale associée à des stimuli olfactifs (tels que l'odeur d'une rose) qu'à des stimuli visuels (comme la vue d'une rose). Quel mécanisme explique cette faculté qu'a notre odorat d'actionner notre mémoire et de provoquer nos émotions?

Voyage au centre du cerveau

Lorsque nous entrons en contact avec une odeur ou des molécules de substances volatiles dérivant dans l'air, les neurones qui composent les cellules réceptrices olfactives envoient un signal à la partie de notre cerveau appelée bulbe olfactif.

Richard Axel et Linda Buck, prix Nobel de médecine en 2004, ont découvert qu'environ 1.000 gènes jouent un rôle dans le codage de différents types de récepteurs olfactifs, chacun se concentrant sur un petit sous-ensemble d'odeurs. Ainsi, chaque récepteur ne permet pas de percevoir à lui seul toutes les odeurs qui existent.

Ces signaux sont ensuite transmis à des microrégions du bulbe olfactif, chacune spécialisée dans un type d'odeur. Le bulbe olfactif, parce qu'il centralise et interprète les informations envoyées par l'ensemble de ces signaux, nous permet de percevoir les odeurs.

Ce bulbe va du nez à la base du cerveau. Il est directement relié à l'amygdale (la zone du cerveau responsable du traitement des émotions) et à l'hippocampe (une zone liée à la mémoire et à la cognition). Les neuroscientifiques suggèrent que cette connexion physique étroite entre les régions du cerveau liées à la mémoire, aux émotions et à l'odorat pourrait expliquer pourquoi le cerveau de l'être humain apprend à associer les odeurs à certains souvenirs émotionnels.

Si un grand nombre de ces souvenirs liés aux odeurs pourraient remonter à l'enfance, c'est parce qu'à cette période nous ressentons la plupart des odeurs pour la première fois.

Newsletters

La NASA supprime ses appellations jugées «indélicates» et «offensantes»

La NASA supprime ses appellations jugées «indélicates» et «offensantes»

Certains surnoms donnés par l'agence spatiale américaine à ses découvertes scientifiques et faisant référence à des termes coloniaux ou racistes ne seront plus utilisés.

Le confinement a repoussé la réintroduction d'un papillon rare en Angleterre

Le confinement a repoussé la réintroduction d'un papillon rare en Angleterre

Un projet sur trois ans doit permettre à ce spécimen de déployer de nouveau ses ailes dans les forêts britanniques.

8 astuces pour survivre à la canicule

8 astuces pour survivre à la canicule

Lorsqu'il fait très chaud, il est utile de connaître certaines techniques pour faire baisser la température.

Newsletters