Égalités / Monde

Le président polonais veut rendre inconstitutionnelle l'adoption par les couples de même sexe

Temps de lecture : 2 min

Pour la dernière ligne droite de l'élection présidentielle, Andrzej Duda, le président sortant, multiplie les attaques contre les droits des personnes LGBT+.

Le président polonais Andrzej Duda, après l'annonce des résultats du premier tour des élections, le 28 juillet 2020, à Lowicz, en Pologne. | Wojtek Radwanski / AFP
Le président polonais Andrzej Duda, après l'annonce des résultats du premier tour des élections, le 28 juillet 2020, à Lowicz, en Pologne. | Wojtek Radwanski / AFP

C'est dans la Constitution qu'Andrzej Duda, le président polonais sortant, candidat à sa réélection, souhaite inscrire l'interdiction pour les couples de même sexe d'adopter des enfants.

Affilié au parti conservateur et nationaliste Droit et justice (PiS), le président a annoncé ce samedi 4 juillet qu'il prévoyait de proposer au Parlement un amendement constitutionnel dès lundi. Le calendrier est serré, puisqu'il suit celui de l'élection présidentielle: Duda est arrivé en tête du premier tour dimanche dernier, et affrontera le 12 juillet Rafal Trzaskowski, actuel maire de Varsovie et candidat du parti libéral-conservateur Plateforme civique (PO), qui avait apporté un soutien modéré à la communauté LGBT+ par le passé.

La rhétorique homophobe a été une constante dans la campagne d'Andrzej Duda, qui avait déclaré le mois dernier vouloir se battre contre «l'idéologie LGBT», qu'il décrivait comme «une nouvelle idéologie encore plus destructrice» que le communisme.

Campagne sur fond d'homophobie

En voulant interdire l'adoption pour les couples homosexuels, Duda s'adresse, à quelques jours du scrutin, à sa base électorale conservatrice et catholique, devant laquelle il se présente comme la «colonne vertébrale» morale de la Pologne.

Lors d'un meeting électoral dans la ville de Szczawno-Zdrój, il a ainsi déclaré que «dans la Constitution polonaise, il devrait être explicitement indiqué qu'il est interdit d'adopter un enfant à toute personne se trouvant dans une relation homosexuelle».

«Pour assurer la sécurité de l'enfant et une éducation appropriée, pour que l'État polonais protège les droits des enfants […], je crois qu'une telle disposition devrait exister», a-t-il ajouté.

Son rival, Rafal Trzaskowski, s'est également déclaré opposé à l'adoption, bien qu'il se dise favorable à l'idée de partenariats civils pour les couples de même sexe –ce qui est actuellement interdit en Pologne.

Selon un sondage d'opinion réalisé par l'institut CBOS en 2019, seulement 9% des Polonais·es estiment que les couples homosexuels devraient avoir accès au droit à l'adoption, et 29% sont favorables au mariage pour tous.

Newsletters

La moitié des hommes britanniques de la génération Z se sentent menacés par le féminisme

La moitié des hommes britanniques de la génération Z se sentent menacés par le féminisme

Un cinquième d'entre eux avouent avoir une mauvaise image des féministes.

Sexe virtuel, et si on était déjà en plein dedans?

Sexe virtuel, et si on était déjà en plein dedans?

L'impression que la grande époque du sexe virtuel est encore à venir est sans doute erronée: en réalité, tout est là.

Le syndrome de l'imposteur touche les femmes, et plus encore celles racisées

Le syndrome de l'imposteur touche les femmes, et plus encore celles racisées

Les stéréotypes négatifs, la culture d'entreprise et le manque de modèles ne favorisent pas leur intégration professionnelle.

Newsletters