Sports / Monde

Des Redskins aux Indians, les équipes sportives américaines se débarrassent de leurs noms racistes

Temps de lecture : 2 min

Controversé depuis longtemps pour son caractère raciste, le nom de l'équipe de football américain de la NFL devrait prochainement changer.

Un supporter des Redskins brandit un drapeau de l'équipe de la NFL lors d'un match à Green Bay, dans le Wisconsin, le 8 décembre 2019. | Stacy Revere / Getty Images North America / AFP
Un supporter des Redskins brandit un drapeau de l'équipe de la NFL lors d'un match à Green Bay, dans le Wisconsin, le 8 décembre 2019. | Stacy Revere / Getty Images North America / AFP

«Nous ne changerons jamais de nom. C'est aussi simple que ça. JAMAIS –vous pouvez l'écrire en lettres capitales», avait déclaré Daniel Snyder, le propriétaire de l'équipe des Redskins de Washington, de la NFL, dans une interview de 2013.

C'était sans doute moins simple qu'il n'y paraissait: ce vendredi 3 juillet, la célèbre équipe de football américain au nom très controversé (littéralement «les peaux-rouges»), pour ce qu'il véhicule de clichés racistes à l'encontre des autochtones, a annoncé qu'elle lançait une réflexion pour changer à la fois de nom et de mascotte.

Cette décision, qui devrait aboutir avant le début de la saison 2020, prévu au 10 septembre, intervient dans la foulée du débat national qui anime les États-Unis sur la fracture raciale et la reconnaissance de l'histoire des populations opprimées dans le récit national, dont l'un des éléments déclencheurs a été le meurtre de George Floyd par un policier. Surtout, elle intervient alors qu'un grand nombre de sponsors de l'équipe ont fait pression sur la franchise afin qu'elle se débarrasse enfin de son nom, considéré de longue date comme insultant envers les Amérindiens.

Nike avait retiré ce jeudi les produits Redskins de sa boutique en ligne, cependant que FedEx, PepsiCo et la Bank of America, les sponsors principaux de la franchise, publiaient des communiqués appelant à un changement.

Mascottes racistes

Le club de baseball des Cleveland Indians, dont le nom a également fait l'objet de polémiques aux États-Unis, a annoncé quelques heures après les Redskins qu'il examinerait de nouvelles pistes allant dans le sens d'un changement de nom. Il y a deux ans, le club avait déjà abandonné son logo, qui présentait la caricature d'un représentant des Premières Nations surnommé Chef Wahoo, le remplaçant par la lettre «C», en rouge.

«Les récents troubles sociaux dans notre communauté et notre pays n'ont fait que souligner la nécessité pour nous de continuer à nous améliorer en tant qu'organisation sur les questions de justice sociale», a déclaré l'équipe.

Carla Fredericks, la directrice de l'ONG First Peoples Worldwide, qui a également fait pression pour un changement, a pour sa part demandé à ce que la réflexion sur l'avenir des Redskins soit menée par des voix autochtones:

«Nous ne pensons pas qu'un long processus d'examen soit nécessaire pour une insulte raciale définie dans le dictionnaire. Et quel que soit le processus de révision entrepris, il devrait l'être avec des dirigeants autochtones au premier plan.»

Newsletters

Le football français a encore des buts à se fixer en matière d'écologie

Le football français a encore des buts à se fixer en matière d'écologie

Alors que les supporters comptent les jours précédant la reprise du championnat français, le sport le plus populaire de l'Hexagone n'a pas encore pris conscience de son impact environnemental.

Le vélo électrique à la conquête du grand public

Le vélo électrique à la conquête du grand public

Attrayant mais plus cher, le grand frère de la bicyclette traditionnelle cherche à s'imposer.

Être mascotte sportive est un métier à part entière (et peut rapporter gros)

Être mascotte sportive est un métier à part entière (et peut rapporter gros)

Les plus performantes et célèbres de ces personnes cachées derrière un costume peuvent toucher un salaire annuel à six chiffres.

Newsletters