Santé / Société

La théorie des cinq étapes du deuil n'est pas une recette pour vaincre le chagrin

Temps de lecture : 2 min

Connue dans le monde entier, cette théorie n'est pourtant pas à prendre au pied de la lettre.

«Les cinq étapes sont censées être un cadre lâche, ce n'est pas une recette pour vaincre le chagrin» | Ulrike Mai via Pixabay
«Les cinq étapes sont censées être un cadre lâche, ce n'est pas une recette pour vaincre le chagrin» | Ulrike Mai via Pixabay

Tout le monde ou presque connaît cette théorie selon laquelle lors d'un deuil, nous traversons un certain nombre d'étapes. Avec la pandémie de Covid-19 et les morts qu'elle a engendrées, le deuil a frappé de nombreuses personnes. Mais vivons-nous vraiment tous le deuil de la même manière? Un article de la BBC tente de répondre à cette question.

C'est la psychiatre suisse Elisabeth Kübler-Ross qui a élaboré cette théorie des cinq étapes du deuil. Lorsqu'elle arrive aux États-Unis en 1958, elle est choquée par la façon dont les hôpitaux traitent les patients mourants. «Tout était très dépersonnalisé, très technique», avait-t-elle déclaré à la BBC dans une interview datant de 1983.

En 1969, elle publie un livre intitulé On Death and Dying [Sur la fin de vie et la mort]. Elle commence par décrire la perception qu'ont les patient·es de la mort et explique comment les soins palliatifs peuvent être améliorés.

Mais ce qui est princiaplement resté dans l'imaginaire collectif, c'est l'idée que lorsqu'une personne est diagnostiquée porteuse d'une maladie en phase terminale, elle passe par une série d'étapes émotionnelles: le déni, la colère, la négociation, la dépression et enfin l'acceptation.

Cinq étapes mais pas que

Il n'y a pourtant jamais eu uniquement cinq étapes. Alors que chacune d'elles possède un chapitre consacré, un graphique dans le livre décrit dix voire treize étapes comme le choc, le deuil préparatoire ou encore l'espoir.

Ken Ross, le fils d'Elisabeth Kübler-Ross, rappelle que «les cinq étapes sont censées être un cadre lâche, ce n'est pas une recette pour vaincre le chagrin. Si les gens voulaient utiliser différentes théories ou différents modèles, elle s'en fichait. Elle voulait juste commencer la conversation».

On Death and Dying est devenu un best-seller. Les cinq étapes ont pris leur propre envol. Elles ont été utilisées pour former des médecins et des thérapeutes, transmises aux patient·es et à leurs familles.

Elles s'appliquent également à nous tous pendant la pandémie de coronavirus, explique l'expert en deuil David Kessler. Il a travaillé avec Elisabeth Kübler-Ross et a co-écrit son dernier livre, On Grief and Grieving [Sur le chagrin et le deuil].

«Il y a eu beaucoup de déni au début de la pandémie, de la colère ensuite quant aux restrictions sanitaires puis il y a eu négociation: “Si je respecte les distanciations physiques, tout ira mieux”. C'en est suivi de la tristesse quant à la durée de cette crise. Et enfin il y a eu acceptation: “Je peux me laver les mains. Je peux apprendre à travailler virtuellement”.»

Le deuil est difficile à contrôler et angoissant, l'idée qu'il existerait une feuille de route est apaisante, même si c'est une illusion. Dans son dernier livre, la psychiatre a rappelé que sa théorie des étapes n'était pas «destinée à mettre des émotions désordonnées dans des cadres pré-définis».

Le deuil est différent pour tout le monde, même si il y a parfois des similitudes, chacun·e doit se frayer son propre chemin.

Newsletters

Une méthode simple pour optimiser votre attention

Une méthode simple pour optimiser votre attention

Connue sous le nom de GYLIO, elle permet de se libérer du temps de cerveau disponible.

L'isolement social est néfaste pour notre santé mentale et physique

L'isolement social est néfaste pour notre santé mentale et physique

Le nombre de proches à qui se confier est en baisse.

Pourquoi les antivax se méfient du vaccin contre le Covid-19

Pourquoi les antivax se méfient du vaccin contre le Covid-19

Une enquête a révélé qu'entre 20 et 32% des Français·es ne se feraient pas immuniser si un sérum existait.

Newsletters