Politique

Les municipales 2020, le dégagisme à la sauce écolo

Temps de lecture : 4 min

Les alliances nouées localement entre socialistes et écologistes privent potentiellement le président de son «en même temps», déjà mal en point depuis deux ans.

Emmanuel Macron en Mauritanie, le 30 juin 2020. | Ludovic Marin / POOL / AFP
Emmanuel Macron en Mauritanie, le 30 juin 2020. | Ludovic Marin / POOL / AFP

Le dégagisme de 2017 est descendu dans les communes. Celles et ceux qui sont allés voter dimanche, après le covid, le confinement, les déclarations de Macron, les discussions sur «l'après», ont été nombreux à choisir de renverser la table. Comme toujours, on peut penser qu'il y a eu plus de participation chez l'électorat qui avait quelque chose à affirmer dans ce scrutin, et que ceux des partis ou des personnalités installées ont eu moins envie d'aller voter. Mais ce qui domine est la diversité des situations: ici on remet en selle les socialistes (Montpellier), là on les chasse (Poitiers); ici on finit par donner raison à une maire (Paris), là on le sanctionne (Lyon).

Ce second tour a bien été municipal, avec une tendance nationale écologiste, dans la roue de laquelle se sont mis ici des socialistes, là des mélenchonistes, ailleurs des «divers» divers. Naturellement, il s'est fait sur la base des résultats du premier tour, qui ont conditionné les alliances nouées ou pas dans l'intervalle, c'est-à-dire en fait dans les toutes dernières semaines, après la sortie du confinement. Ces alliances ont été déterminées, donc, par les rapports de force du premier tour, mais aussi par l'ambiance générale résultant de la crise covid, du confinement, des polémiques sur l'action du gouvernement, des annonces du président de la République.

Il est remarquable de constater, d'une part, des comportements électoraux cohérents ou cohésifs dans les électorats anciennement structurés –socialiste, conservateur, écologiste, extrême droite, extrême gauche– et, d'autre part, l'arrivée à la direction de grandes villes et communautés urbaines d'un personnel jusque-là inconnu ou cantonné dans les minorités des conseils municipaux ou communautaires. Les forces disruptives de 2017 sont absentes: les macronistes, certes, mais aussi bien les lepénistes (le cas unique de Perpignan venant plutôt souligner que contredire cet effacement) et les mélenchonistes. Les dégagistes patenté·es ne profitent pas de ce dégagement.

Un mouvement de déconsidération

Ce découplage entre implantation locale et tendances nationales tient à plusieurs causes. Les élections législatives de 2017 en ont été à la fois la traduction et un facteur puissamment démultiplicateur, avec l'arrivée au Palais-Bourbon d'une majorité de député·es à l'expérience limitée ou nulle dans les assemblées ou les exécutifs municipaux ou régionaux. Souvent inconnu·es de l'électorat, ils et elles n'ont pas réussi ou pas cherché à s'enraciner dans leurs territoires, ou n'en ont pas eu le temps. L'ébranlement qui leur a réussi a ouvert la voie à d'autres. Les «gilets jaunes» ont amplifié ce mouvement de déconsidération pour les élus en place, à tous les niveaux et jusqu'au plus élevé. Le Grand débat a mis en scène, pour les télévisions, le brouillage des frontières entre mandants et mandataires. Les filières partisanes de formation et de sélection des candidat·es ont été démonétisées au profit d'initiatives extérieures, se prévalant d'une virginité «citoyenne» qui, certes, ne refuse pas l'expertise de militant·es chevronné·es –ou qui récompense leur savoir-faire.

L'espace territorial, qui est aussi bien celui des grandes villes et des quartiers que celui des villes plus petites et des zones rurales, s'est dégagé dans la crise des «gilets jaunes», représentatif de la seconde catégorie, et dans le confinement imposé par la pandémie, particulièrement dans la première catégorie. Ces phénomènes ont contribué –on le voit avec le scrutin de dimanche– à la recomposition du champ politique local engagée de multiples manières depuis la décentralisation Raffarin (2003), la loi NOTRe (2015), ces modifications se combinant avec les évolutions économiques et sociales auxquelles elles cherchent, pour une part, à adapter les institutions.

Une explication du décalage entre politique nationale et politique locale se trouve dans la conscience que chacun·e prend du caractère décisif du niveau européen. La crise sanitaire l'a montré à la fois par les carences de la coopération au sein de l'Union et par les initiatives prises pour y remédier. Mais les Français·es ont compris de longue date que c'est dans le système européen, ou en relation avec lui, que se bâtit leur avenir et celui de leurs enfants. Les forces et les personnalités auxquelles vont leurs suffrages à l'élection présidentielle et aux législatives qui en résultent sont donc celles qui présentent des choix clairs en matière européenne.

Les unes s'inscrivent dans la construction communautaire, avec des variantes plus ou moins intégratrices, plus ou moins sociales, plus ou moins dérégulatrices et libre-échangistes, plus ou moins écologistes. Les autres, nationalistes revendiquées ou souverainistes, sont hostiles à l'Union dans son principe, ou bien la refusent au nom du combat contre le capitalisme.

Le second tour de l'élection présidentielle de 2017 avait logiquement opposé les deux termes du choix principal, pour assumer et réformer l'Union européenne ou pour s'opposer à elle. Et ce n'est certes pas par mauvaise humeur que Jean-Luc Mélenchon n'avait pas voulu, alors, prendre parti, mais bien parce que son entreprise politique est fondée sur l'ambiguïté, démontrée par son refus même.

Une victoire sans gloire

Les alliances nouées localement entre socialistes (ou divers gauche) et écologistes privent potentiellement Emmanuel Macron de son «en même temps», déjà mal en point depuis deux ans. Il risque, en effet, de ne pouvoir intéresser à sa réélection ni les électeurs soucieux avant tout de justice sociale, ni ceux que préoccupent prioritairement l'état de la planète. La victoire d'Édouard Philippe au Havre place en outre le président de la République dans une situation impossible. Reconduire un Premier ministre aussi bien placé dans les sondages d'opinion et aussi bien élu dans sa ville, n'est-ce pas lui donner les clés du camion? Mais comment et par qui le remplacer?

Sans abuser de comparaisons historiques futiles, il est tentant, en cette période de commémoration gaullienne, de rapprocher la situation d'Emmanuel Macron de celle du général après l'élection de décembre 1965. De Gaulle l'avait emporté sans gloire, les Français·es n'ayant pas trop le choix, mais la vérité était qu'il avait fait son temps. Le vrai patron au gouvernement était le Premier ministre, Georges Pompidou, réunissant autour de lui la majorité politique au Parlement et dans la société, tandis que le président continuait à se vouloir l'élu du pays au-dessus des frontières des partis. Le match se joua en trois sets et fut gagné comme on sait.

Newsletters

L'ambassadeur des États-Unis au Mexique est devenue une star de Twitter

L'ambassadeur des États-Unis au Mexique est devenue une star de Twitter

La communication friendly de Christopher Landau révèle le rôle complexe des réseaux sociaux en diplomatie.

«Le Liban c'est la famille de la France»

«Le Liban c'est la famille de la France»

Pour témoigner de son soutien, Emmanuel Macron s'est rendu à la capitale à la suite de l'explosion dramatique qui l'a secouée. Il en faudra certainement davantage au peuple libanais pour se relever.

Et si les médias anglo-saxons contribuaient (sans le savoir) à la réélection de Donald Trump?

Et si les médias anglo-saxons contribuaient (sans le savoir) à la réélection de Donald Trump?

Quatre ans après leur autocritique à l'issue de la victoire inattendue du président américain en 2016, il semblerait que les journalistes retombent dans le même travers.

Newsletters