Société

Onfray, Raoult, Zemmour, le trio de choc d'une France à côté de ses pompes

Temps de lecture : 2 min

[BLOG You Will Never Hate Alone] Les trois font la paire et incarnent une forme de pensée radicale qui plaît autant à l'homme de la rue qu'au réactionnaire forcené.

Ils ont leur cour, leurs fans, leurs admirateurs acharnés. | Nad X via Unsplash
Ils ont leur cour, leurs fans, leurs admirateurs acharnés. | Nad X via Unsplash

Difficile de nos jours d'ouvrir un journal sans tomber sur l'un de ces trois lascars. Que ce soit en mal ou en bien, on les évoque comme s'il s'agissait de figures incontournables de la scène médiatique hexagonale, ce qu'ils sont à plus d'un titre. L'un se prend pour la réincarnation de Nietzsche, l'autre pense que la médecine n'existait pas avant sa naissance et le troisième, ma foi, le troisième, ce cancre de Zemmour, voit des barbus partout et des barbares à chaque coin de verdure.

Les trois font la paire et incarnent une forme de pensée radicale qui plaît autant à l'homme de la rue qu'au réactionnaire forcené. Ah! Cette pétulance, cette gourmandise dans leur regard quand ils osent dire tout haut ce que la rumeur publique chuchote tout bas! Ah! Cet aplomb qu'ils ont lorsqu'ils pourfendent la médiocrité de leurs semblables dans une langue féroce où se reflète leur amour inné de l'humanité! Ah! Cette audace qui est la leur de s'attaquer aux statues indéboulonnables de la pensée contemporaine, ces petits marquis de l'orthodoxie politico-médico-culturelle dont ils se plaisent à ridiculiser en autant d'interventions cinglantes le comportement moutonnier.

Eux ne font pas dans la demi-mesure, ils parlent comme ils pensent au point de provoquer à chacune de leurs interventions des séries de mini-scandales dont on se gargarise dans les dîners en ville comme autrefois les excentricités d'une actrice friande en partenaires masculins donnaient des rougeurs béates aux notables des beaux quartiers.

Ils ont leur cour, leurs fans, leurs admirateurs acharnés qu'ils séduisent à coups de discours triomphateurs où ils exaltent la profondeur de leur pensée atypique. Ce sont les hors-la-loi de l'exégèse cathodique quand ils dénoncent la médiocrité des uns, les privilèges des autres, l'aveuglement des classes dirigeantes si raides de conformisme qu'elles en oublient les aspirations du peuple, de ces masses incomprises dont nos trois compères prétendent incarner, chacun à leur manière, le goût pour les choses carrées en dénonçant les charlatans de tous bords, du médecin en toc au penseur en vrac, en passant par l'arabe de service, coupable de tous les maux de la terre.

Ce sont tous trois des illuminés de leur propre savoir. Souvent quand ils s'expriment, ils ont le regard fixe de l'élu qui pense avoir été choisi pour montrer la voie et dire la parole divine. Possédés au point de se considérer comme le centre de l'univers, d'une arrogance folle, d'un orgueil démesuré, ils se croient au-delà de toute obédience, ivres d'une liberté qui est celle que la nature accorde aux êtres d'exception.

L'un est philosophe comme certains se pensent romanciers une fois qu'ils ont appris par cœur la Correspondance de Flaubert ou les Journaux de Kafka. L'autre s'imagine comme la réincarnation de Louis Pasteur qui aurait inventé le pastis et le troisième, perdu dans son judaïsme, glorifie un génie français qui de toute éternité vomit la juiverie et ses affidés israélites.

Les trois forment le visage d'une France populiste complètement à côté de ses pompes qui de reculades en reculades, de crises en crises, de rébellions en rébellions, dessine le visage d'un pays perdu à lui-même où la peur de l'avenir se conjugue avec la glorification d'un passé prestigieux dont on chercherait désespérément l'écho à travers l'évocation de personnalités aux comportements aussi troubles que rances.

Onfray, Raoult, Zemmour, quand les psychotiques sont parmi nous.

Pour suivre l'actualité de ce blog, c'est par ici: Facebook-Un Juif en cavale

Newsletters

Soirées à la maison, bamboches clandestines, apéros sauvages... La fête se réinvente au temps du Covid

Soirées à la maison, bamboches clandestines, apéros sauvages... La fête se réinvente au temps du Covid

Dans les lieux clandestins, sur le trottoir ou en appartement, la bamboche ne semble pas terminée, même si elle n'est plus tout à fait la même. De quoi vraiment changer et mieux revenir?

D'où vient l'obsession des hommes pour des abdos parfaits?

D'où vient l'obsession des hommes pour des abdos parfaits?

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, elle n'est pas liée au culte de la performance de la décennie 1980.

«Les mâles du siècle», les hommes face à la remise en question de leurs privilèges

«Les mâles du siècle», les hommes face à la remise en question de leurs privilèges

Tenter d'observer l'influence des vagues féministes successives sur les hommes: c'est le pari ambitieux du documentaire Les Mâles du siècle, fruit de la collaboration entre le réalisateur Laurent Metterie et sa conseillère scientifique, Camille...

Newsletters