Société / Économie

Vers la fin de la semaine de cinq jours au bureau?

Temps de lecture : 2 min

La pandémie de Covid-19 a montré aux personnels et aux directions que le télétravail est une alternative envisageable.

Le télétravail pourrait entrer dans les habitudes après la crise du Covid-19. | You X Ventures via Unsplash
Le télétravail pourrait entrer dans les habitudes après la crise du Covid-19. | You X Ventures via Unsplash

La plupart des employé·es de bureau ne sont pas pressé·es de retourner sur leur lieu de travail à plein temps, même une fois l'épidémie de Covid-19 derrière nous. Mais cela ne traduit pas un souhait de travailler exclusivement à domicile. L'avenir, comme le montrent de nouvelles études, sera probablement une semaine de travail répartie entre le bureau et la maison, suggère The New York Times.

Selon une enquête réalisée par Morning Consult, 43% des personnes travaillant à distance déclarent que leur pratique idéale serait de continuer à travailler chez elles un à quatre jours par semaine, 32% tous les jours, et seulement 24% retourneraient au bureau à temps plein.

Les individus préférant travailler à domicile possèdent un niveau d'éducation et des revenus plus élevés. Ils ont jusqu'à présent échappé aux pertes d'emploi, conséquences de l'épidémie. Mais cela pourrait changer à mesure que la contraction économique perdure dans le temps.

Plus d'efficacité

Dans une enquête réalisée par la Fed d'Atlanta, Stanford et l'Université de Chicago, des entreprises ont prédit qu'après la pandémie, 27% de leurs employé·es à temps plein continueraient à travailler à domicile, la plupart quelques jours par semaine. D'autres enquêtes auprès des entreprises ont montré qu'elles s'attendent à ce qu'au moins 40% des effectifs continuent de travailler à distance.

Dans toutes les organisations, le travail s'est avéré plus efficace lorsque les employé·es étaient à la maison un ou deux jours par semaine. «Cela crée un changement, où le temps au bureau est consacré au travail collaboratif, au travail innovant, à la tenue des réunions, et le temps à la maison est consacré au travail ciblé», commente Stefanie Tignor, directrice des données et de l'analyse chez Humu, une société qui fabrique des outils pour inciter les gens à optimiser leur temps au travail.

Vers un régime hybride?

Aujourd'hui, la pandémie a obligé les entreprises à mener une expérience à grande échelle sur le travail à distance. Et jusqu'à présent, les résultats ont été largement positifs. Certain·es spécialistes affirment que le travail à distance serait même propice à la génération d'idées. Il permet de prendre des pauses, de faire de l'exercice ou de réfléchir en silence.

40% des personnes interrogées dans le cadre de la nouvelle enquête ont déclaré que la qualité de leur travail s'était améliorée lorsqu'elles travaillaient à distance pendant la pandémie, contre 27% pour qui ce n'était pas le cas et 29% qui ne savaient pas.

La configuration de travail idéale est celle où chacun·e travaille à domicile ou au bureau les mêmes jours chaque semaine, et où chacun·e sait quels jours sont consacrés à la collaboration et quels jours sont consacrés au travail ciblé. Il faudra malheureusement attendre la fin de l'épidémie pour expérimenter ce régime hybride de travail...

Newsletters

Une vie sauvée vaut 37 fois le coût du sauvetage par les pompiers

Une vie sauvée vaut 37 fois le coût du sauvetage par les pompiers

Dans les Bouches-du-Rhône, une opération sanitaire permettrait d'économiser, en moyenne et en valeur de vie humaine, 38.991 euros.

Le pèlerinage de Shikoku, l'un des plus beaux sentiers du Japon

Le pèlerinage de Shikoku, l'un des plus beaux sentiers du Japon

Similaire à Saint-Jacques-de-Compostelle par sa longueur, environ 1.200 kilomètres, le pèlerinage de Shikoku fait le tour de l'île japonaise du même nom. Depuis 1.200 ans, les pèlerins relient quatre-vingt-huit temples et cheminent...

Pourquoi le racisme a cessé d'être envisagé comme une question de santé publique

Pourquoi le racisme a cessé d'être envisagé comme une question de santé publique

Jusqu'à Richard Nixon, les États-Unis étudiaient officiellement les liens entre problèmes sociaux et santé mentale.

Newsletters