Monde

Le sous commandant Marcos sans cagoule

Slate.fr, mis à jour le 27.03.2010 à 20 h 30

Est-ce bien le Sous-commandant Marcos, l'âme des révoltés du Chiapas, que l'on voit sur ces photos? Si les deux clichés, publiées par le quotidien mexicain Reforma et reprise par la Stampa, sont bien les siennes, c'est un petit scoop, car les photos du rebelle sont rares. Surtout quand elles le montrent sans sa traditionnelle et iconique cagoule!

 

Ces images auraient été transmises au journal par un déserteur de l'Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN), ainsi que des fichiers comportant des informations stratégiques sur le groupe rebelle, comme le type d'armes en leur possession, des numéros de téléphone et des sources de financement, ainsi que les noms de sympathisants étrangers.

L'homme identifié comme étant Marcos porte béret et barbe. Apparemment, la cagoule conserve puisqu'il fait plus jeune que les 53 ans que l'on attribue au chef spirituel des insurgés du Chiapas, Rafael Sebastian Guillen Vicente. Cet ancien professeur d'université, admirateur de Che Guevara, avait rejoint le mouvement néo-zapatiste, en 1984.

Son charisme et ses qualités de pédagogue ont fait de lui le chef des rebelles du Chiapas, un des Etats les plus pauvres du Mexique. Le 1er janvier 1994, les rebelles de l'EZLN font leur entrée sur la scène médiatique internationale, en occupant les principales villes de l'Etat, alors qu'entre en vigueur l'Alena, le traité économique signé par les Etats-Unis, le Canada et le Mexique, tournant libéral de la politique économique mexicaine.

Ces rebelles masqués, qui se réclament d'Emiliano Zapata, dénonçaient la pauvreté de la population indigènes et demandaient plus de libertés, des écoles, des hôpitaux, une réforme agraire, le respect des langues et traditions indiennes.

Ce mouvement sera très populaire en Europe, au moment où la dénonciation de la mondialisation libérale se fait de plus en plus forte. Les textes de Marcos, largement diffusés par le web tout juste naissant, lui assure une incroyable aura. Ces dernières années, le mouvement s'était essoufflé, et les apparitions du Commandante s'étaient faites plus rares. En janvier 2009, il était apparu publiquement pour dénoncer la politique du président mexicain, notamment sa guerre à la drogue, et la future politique de Barack Obama.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte