Société

«N'ayant pas obtenu ce qu'il voulait de moi, il m'a effacée de son portable»

Temps de lecture : 5 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Rose, qui peine à se sortir d'une relation avec un homme marié qui ne la respecte pas.

«Je suis tentée de le rappeler, mais j'aurais l'impression de ne pas me respecter.» | J Stimp via Flickr.
«Je suis tentée de le rappeler, mais j'aurais l'impression de ne pas me respecter.» | J Stimp via Flickr.

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c'est par là.

Chère Lucile,

J'ai 33 ans et je suis une jeune femme autonome et célibataire. J'ai toujours été timide et en manque de confiance, mais je me suis améliorée et je me tourne plus vers les autres.

Il y a plus d'un an et demi, j'ai fait la rencontre d'un homme en intégrant un groupe sportif. C'est lui qui m'a proposé qu'on s'échange nos numéros et qu'on s'entraîne ensemble. Naïve, j'ai accepté, ne voyant là qu'un début d'amitié. Je reconnais que j'ai ressenti une attirance envers lui, mais comme il était marié, j'ai préféré en rester au stade amical.

Au début, il m'envoyait des SMS accompagné de selfies. Il me parlait de ses projets professionnels, me racontait des blagues, se confiait, ce qui me flattait, car les gens se tournent rarement vers moi. Puis il a commencé à se faire rare lors de nos séances sportives, auxquelles je continuais à me rendre. Je prenais régulièrement de ses nouvelles, sans être intrusive. Je lui ai fait une demande d'amis sur Facebook, qu'il a acceptée.

Quelque temps plus tard, il a commencé à m'envoyer des messages osés, dans lesquels il me racontait ses fantasmes. Gênée, je lui ai dit que le considérais comme un ami, ce à quoi il m'a rétorqué qu'il plaisantait. Plus tard, alors que nous nous sommes revus, il a recommencé, et croyant qu'il me faisait encore une blague, j'en ai ri avec lui. Jusqu'au jour où il a franchi la limite en m'embrassant dans la nuque.

Assez gênée, je n'ai pas su comment réagir. Comme je ne l'ai pas repoussé, il m'a proposé un rendez-vous dans une petite brasserie où il a recommencé et j'ai laissé faire (mon attirance pour lui a pris le pas sur la raison). Je n'ai pas eu envie d'aller plus loin, alors il m'a bloquée sur les réseaux sociaux, en m'accusant d'être collante (alors que c'était lui qui voulait qu'on se voie). Ce fut assez brutal et je l'ai mal vécu, car j'étais attachée à lui, mais j'ai fait mon bonhomme de chemin, en continuant d'y penser.

Huit mois plus tard, il m'a recontactée. N'étant pas rancunière, je lui ai pardonné. Néanmoins, il a recommencé à m'envoyer des sextos, mais je lui ai tenu tête. N'ayant pas obtenu ce qu'il voulait de moi, il m'a effacée de son portable. Mais cette fois, j'ai surmonté.

Et puis rebelote. Chassez le naturel, il revient au galop. Nous nous sommes revus il y a peu de temps, avant le confinement et il m'a redemandé mon numéro. Cette fois, c'est allé plus loin. Il m'envoyait des photos de son intimité (que j'effaçais) afin de m'exciter (et ça a marché). Nous nous sommes contentés de préliminaires, mais cette fois, il m'a demandé plus, des pratiques plus osées (c'est un consommateur de pornos). Comme j'ai refusé, il ne m'adresse plus la parole, en me reprochant de ne pas assez m'investir et je n'ai pas cédé à ses caprices, car soyons francs, c'est du chantage.

Seulement, je n'arrive plus à me l'enlever de la tête. Je me sens prisonnière de cette relation, en sachant qu'il n'y a rien à en tirer (il ne m'a fait aucune promesse). Je suis tentée de le rappeler, mais j'aurais l'impression de ne pas me respecter. D'autant que même si c'est basé sur du sexe, je suis attachée à lui. Je me sens aussi coupable vis-à-vis des gens qui m'ont avertie de son comportement déviant (il est réputé pour avoir une mauvaise réputation et d'être un dragueur lourd) et que je n'ai pas écoutés.

Je ne cherche pas à me dédouaner, je suis responsable de mes choix. Mais il y a également cette sensation qui ne me quitte pas: d'avoir été une poupée gonflable pour lui, car il voulait qu'on fasse des choses qu'il ne se voyait pas faire avec sa femme. Je ne me considère pas non plus comme étant dépendante affective, il m'arrive de faire des choses seule.

Je me sens perdue.

Rose

Chère Rose,

De toute évidence, cet homme ne respecte pas grand-chose. Il vous a en effet utilisée quand il en avait l'envie et la disponibilité, sans jamais prendre en compte ni vos sentiments ni vos désirs. Il a profité de votre timidité et de votre inclinaison pour lui et il pourrait bien le faire à nouveau, même si vous êtes forte. Une solution serait de vous rendre indisponible pour lui en lui faisant peur: s'il revient à la charge, menacez-le de dévoiler son manège à son épouse. Il y a de fortes chances qu'il prenne enfin ses distances.

De votre côté, vous devez comprendre que vous avez été victime d'une personne vraisemblablement malfaisante et égoïste. Cette histoire n'est pas une faiblesse de votre part. Il vous a tout simplement manipulée. Ce type de manipulation s'installe sur le long cours et altère le jugement de la victime. Et vous avez eu le courage et la force de lui tenir tête plusieurs fois. De ça, vous pouvez être fière.

Vous devez aussi comprendre que toutes les personnes ne sont pas aussi toxiques. Avoir autour de soi un maillage solide de proches permet d'avoir une protection supplémentaire contre ces profils manipulateurs. Cette histoire doit vous donner envie de vous ouvrir plus encore au monde, de ne pas de vous refermer. Ce courage là, il ne doit pas vous l'enlever.

N'ayez pas honte de votre expérience et partagez-la, si vous le pouvez. Ajoutez votre voix à celles et ceux qui avaient tenté de vous prévenir. Si cet homme a déjà une réputation et que les témoignages abondent, peut-être qu'une prochaine victime pourrait être protégée. Peut-être que le fameux maillage social dont je vous parlais plus haut contribuerait à l'isoler de votre entourage. Il n'y a que ça qui pourrait protéger les femmes qu'il pourrait prendre pour cible, mais également ses précédentes victimes: l'ostracisation.

Vous, Rose, vous méritez d'être entourée d'amour et de compréhension. Vous êtes une femme forte. Beaucoup plus que vous ne semblez le croire. Et vous pouvez avoir confiance en vous. Quand cela a été nécessaire, vous avez su vous protéger et éloigner le danger. Vous ne pouviez pas faire plus. Vous devez vous inspirer de cette force qui est en vous pour vivre plus fort, rencontrer plus de monde. Vous verrez alors que ce genre de prédateur n'est pas la norme.

«C'est compliqué», c'est aussi un podcast. Retrouvez tous les épisodes:

Newsletters

Après l'assassinat de Samuel Paty, repenser l'école et combattre l'anonymat

Après l'assassinat de Samuel Paty, repenser l'école et combattre l'anonymat

[TRIBUNE] Sur internet, l'anonymat permet de se soustraire à la responsabilité individuelle.

Le discours des pouvoirs publics détermine nos réactions aux attentats

Le discours des pouvoirs publics détermine nos réactions aux attentats

Que les attaques terroristes déclenchent ou non une dynamique autoritaire au sein de l'opinion dépend de la manière dont les élites politiques, au sens large, construisent leur mise en récit.

Faut-il absolument montrer des caricatures de Charlie Hebdo pour expliquer aux collégiens la notion de blasphème?

Faut-il absolument montrer des caricatures de Charlie Hebdo pour expliquer aux collégiens la notion de blasphème?

[BLOG You Will Never Hate Alone] L'école doit demeurer un lieu de rassemblement où chacun se sent comme chez lui.

Newsletters