Santé / Sciences

«Nous nous câlinons la nuit lorsque la maison dort»

Temps de lecture : 4 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Yaël, qui vit une histoire cachée avec le fils de la compagne de son père.

«Nous restons comme ça, la nuit dans le même lit et le jour en colocataires qui ne s’apprécient pas.» | Mirøslav Hristøff via Flickr 
«Nous restons comme ça, la nuit dans le même lit et le jour en colocataires qui ne s’apprécient pas.» | Mirøslav Hristøff via Flickr 

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c'est par là.

Chère Lucile,

Je ne sais pas vraiment si je suis amoureuse (je ne pense pas) mais je sais que j'éprouve un réel attachement pour un garçon. Je m'appelle Yaël, j'ai 18 ans, et ce garçon, c'est mon demi-frère, Mathias.

Techniquement il n'est pas mon demi-frère car il n'est que le fils de la compagne de mon père. Ça fait maintenant six ans que nous vivons tous ensemble, avec mes deux frères et les trois enfants de ma belle-mère. Mathias et moi sommes les deux derniers, nous avons le même âge. Il fait désormais des études en apprentissage et ne revient que rarement les week-ends.

Je l'ai toujours trouvé très mignon, dès la première fois que je l'ai vu, mais c'était inconcevable de penser à plus parce qu'il faisait partie de ma famille. On n'a jamais été complices, au contraire: lui est très peu sociable et a toujours l'air agacé de tout, et moi je suis un peu excentrique mais avec toujours la peur de déranger. Nous ne nous parlions jamais et c'était très bien comme ça.

Jusqu'en août dernier où il est revenu pour fêter un événement familial et où nous avons fait la fête en famille (donc alcoolisée). Nous avons commencé à danser ensemble collés serrés tout en restant discrets, puis nous nous sommes mis à l'écart et nous nous sommes embrassés. Une excitation s'est emparée de moi, (je pense de lui aussi). Le côté interdit et secret c'était très excitant et nous avions envie l'un de l'autre, alors nous avons fini ensemble au lit. Bien sûr je ne suis pas restée, je suis retournée dans mon lit pour ne pas éveiller les soupçons. Nous n'avons pas reparlé de ce qui c'était passé cette nuit là mais nous avions juré que ça ne se reproduirait pas.

Nous avons repris le cours de nos vie chacun de notre côté, toujours sans prendre de nouvelles l'un de l'autre. Jusqu'au moment de son retour, où les regards ne trompaient pas lors du repas, et où la nuit tombée, nous nous sommes retrouvés de nouveau dans le même lit.

Et depuis, chaque fois qu'il revient, nous nous câlinons la nuit lorsque la maison dort. Et le jour nous nous ignorons totalement.

Nous avons déjà discuté de notre situation, j'aimerais apprendre à le connaître vraiment et partager d'autres choses avec lui, avoir une vraie relation. Je l'admire beaucoup, il est loin d'être parfait. Au contraire, il a plein de défauts mais je ne sais pas… je le trouve très attirant et quand j'en pense à lui je souris instinctivement. Son naturel me fait rire, je sais qu'il se donne un genre de personne mature, mais au fond c'est un vrai enfant et j'aime beaucoup. Je l'admire un peu car nous avons le même âge, et pourtant j'ai l'impression d'avoir 16 ans quand je suis à ses côtés, il est très solitaire et débrouillard.

Nous pourrions nous exposer car ce n'est pas de l'inceste! Mais je crois que lui en a honte et c'est vrai que ce n'est pas facile de vivre avec. Alors nous restons comme ça, la nuit dans le même lit et le jour en colocataires qui ne s'apprécient pas.

Yaël

Chère Yaël,

En réalité, nombreuses sont les personnes qui démarrent leur vie sentimentale ou sexuelle avec un·e proche sans que le tabou de l'inceste ne soit sérieusement abîmé. Est-ce que votre histoire mérite qu'on la juge? Je ne pense pas. Je pense en fait que des adultes consentants devraient avoir le droit de faire ce qu'ils veulent dans l'intimité sans que la société ne se mette à pousser des cris d'orfraie. Et la situation que vous vivez actuellement est en réalité un fantasme bien connu, puisque la littérature regorge d'incestes romantiques, avec ou sans lien de sang. Et que les sites gratuits de films pornographiques en ligne, les tubes, proposent des centaines de clips où les acteurs et actrices incarnent des membres d'une même famille, souvent demi-soeur et demi-frère mais aussi belle-mère et beau-père.

Vous couchez donc avec ce jeune homme, avec lequel vous n'avez aucun lien du sang. Pour l'instant les sentiments ne semblent pas s'en mêler, même si vous confessez nourrir une certaine tendresse pour lui. Je crois qu'il y a deux éléments auxquels vous devez faire particulièrement attention. D'abord, la contraception. S'amuser quand la maison dort est une chose, mais toute la situation serait grandement plus compliquée si une grossesse venait à s'en mêler. Là, à n'en pas douter, vous auriez droit aux jugements et aux réprimandes. Si vous désirez continuer à profiter l'un·e de l'autre, vous devez vous assurer que cette histoire reste entre vous, et donc garder le contrôle au maximum de la situation.

Ensuite, vous devez faire attention à vos sentiments. C'est un élément que je mettrais en lumière pour n'importe quelle autre situation de plan cul. Même si vous partagez des moments d'intimité, vous ne semblez pas communiquer ensemble sur les suites de cette histoire ou sur vos potentiels sentiments. Vous avez donc plus de chance de ne pas avoir les mêmes désirs. Vous avez aussi une oreille de moins à qui partager vos doutes… et comme l'histoire est secrète, c'est la seule oreille dont vous disposez à la base.

Il existe donc un risque important que l'un de vous deux s'en sorte avec des bleus au cœur... et que ces blessures persistent avec les années, puisque vous faites partie de la même famille. Impossible de faire comme si l'autre n'existait plus, de tourner la page du jour au lendemain ou de voir s'effacer rapidement les souvenirs tendres quand ils ne seront plus d'actualité.

Mon double conseil se résume en une seule phrase: protégez-vous. Il est fort probable que cette histoire ne soit qu'une parenthèse dans vos vies, essayez de faire en sorte l'un et l'autre qu'elle soit la plus douce possible y compris dans son final.

«C'est compliqué», c'est aussi un podcast. Retrouvez tous les épisodes:

Newsletters

Deal sur ordonnance: «Si je revends mes prescriptions, ça me rapporte plus de 1.000 euros»

Deal sur ordonnance: «Si je revends mes prescriptions, ça me rapporte plus de 1.000 euros»

Les opiacés sont désormais la première cause de mortalité des toxicomanes devant l'héroïne, dont ils sont les produits de substitution. Pour s'en faire prescrire, certain·es sont prêt·es à tout.

Pourquoi le racisme a cessé d'être envisagé comme une question de santé publique

Pourquoi le racisme a cessé d'être envisagé comme une question de santé publique

Jusqu'à Richard Nixon, les États-Unis étudiaient officiellement les liens entre problèmes sociaux et santé mentale.

Une Américaine poursuivie pour avoir traité des enfants mal nourris en Ouganda sans compétences médicales

Une Américaine poursuivie pour avoir traité des enfants mal nourris en Ouganda sans compétences médicales

En quelques années, 105 enfants sont décédés dans son centre de soin.

Newsletters