Monde

Quatre policiers de San José suspendus pour des insultes racistes sur Facebook

Temps de lecture : 2 min

Le maire de cette ville de Californie a déclaré qu'il s'attend «à ce que tout commentaire raciste, antimusulman ou menaçant exprimé par tout officier actuel du SJPD entraîne un licenciement».

Des policiers de San José face à une foule protestant contre un meeting de Donald Trump, le 2 juin 2016. Josh Edelson/AFP
Des policiers de San José face à une foule protestant contre un meeting de Donald Trump, le 2 juin 2016. Josh Edelson/AFP

«Je propose de transformer les hijabs en noeuds coulants». C’est le genre de messages qu’on peut retrouver sur un groupe Facebook privé de policiers de la police de San José en Californie, présente NBC News. D’après une enquête publiée sur le site de blogs Medium, par un auteur anonyme – qui prétend être proche d’un officier de police de San Francisco – de nombreux commentaires racistes et islamophobes y sont publiés par des policiers actifs ou à la retraite.

Les captures d’écran publiées sur Medium montrent un de ces derniers qui critique les manifestants de Black Lives Matter comme des «idiots racistes», «anti-américains» et «ennemis». Un autre officier de San José, en poste, indique que «les vies noires n’ont pas vraiment d’importance», pour faire écho au slogan BLM.

Suite à cette enquête, quatre policiers de San José ont été suspendus pendant que le département de police enquête sur ces posts racistes et islamophobes. Le FBI a été invité à participer à l’enquête. Le chef de la police, Eddie Garcia, a déclaré dans un communiqué: «Même si je n'ai aucun contrôle sur ce que d’anciens employés publient en ligne, je peux exprimer mon indignation après avoir entendu parler de ces commentaires». Le maire de San José a lui déclaré qu'il s'attend «à ce que tout commentaire raciste, antimusulman ou menaçant exprimés par tout officier actuel du SJPD entraînent un licenciement».

En France, le site StreetPress avait révélé début juin des propos racistes et sexistes sur deux groupes Facebook qui comptaient 8.000 et 9.000 policiers. Après ces révélations, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait saisi la justice. Mais aucun policier n’a pour le moment été suspendu.

Newsletters

En Chine, un village bouclé à cause de la peste

En Chine, un village bouclé à cause de la peste

C'est le deuxième cas de la maladie dans le pays cette année, et le premier décès.

«Le Liban c'est la famille de la France»

«Le Liban c'est la famille de la France»

Pour témoigner de son soutien, Emmanuel Macron s'est rendu à la capitale à la suite de l'explosion dramatique qui l'a secouée. Il en faudra certainement davantage au peuple libanais pour se relever.

Les États-Unis connaîtront-ils le destin de la république de Weimar?

Les États-Unis connaîtront-ils le destin de la république de Weimar?

Identification d'un ennemi extérieur, repli identitaire, patriotisme émotionnel... sont souvent à l'origine du déclenchement d'une guerre.

Newsletters