Culture

Qu'est-ce qui rend un méchant intéressant au cinéma?

Temps de lecture : 2 min

L'ennemi, c'est toujours l'autre.

Joaquin Phoenix dans Joker, de Todd Phillips. | Capture d'écran via YouTube
Joaquin Phoenix dans Joker, de Todd Phillips. | Capture d'écran via YouTube

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Qu'est-ce qui rend un méchant intéressant au cinéma?»

La réponse de Thomas Labat:

Une chose simple, rarement respectée: le méchant ne se pense pas en méchant. Jamais!

Il a ses raisons, parfois valables.

Il s'est construit à partir d'un système de valeurs qui l'a mené là. Il se dit qu'il n'a pas le choix et se voit en victime. Ou bien il est fou de douleur et de colère, des sentiments qui l'aveuglent. Au pire, il jouit de la domination. Il sera identifié, ou non, comme «malade».

Certains sont méchants au nom de la vertu; ils se croient des anges, ce qui les rend extrêmement dangereux. Ils se permettent de mettre telle ou telle catégorie d'êtres humains au ban de l'humanité: quand on pense ainsi, toutes les digues peuvent céder.

Mais le méchant, c'est toujours l'autre! L'ennemi est toujours en face.

On parlera plus volontiers d'antagoniste.

Même le démon que l'on trouve dans la Bible, c'est l'«adversaire», le «contradicteur» de Dieu, en aucun cas le prince (princeps… principe…) du mal.

Je pense que le succès d'un film comme Joker (2019) tient à ceci qu'on nous montre comment, à la suite d'une trajectoire logique, compréhensible et même touchante, quelqu'un en vient à se sentir le droit de nuire aux autres.

Et confusément, on sent que c'est ça, la réalité: la menace qui vit aussi en nous-mêmes, la tentation de riposter à la dureté du monde sans s'encombrer de distinctions, de nuances.

Voilà un bon méchant: on regardait en face, mais vu d'en face, c'est nous! On s'est reconnus…


«Il pleut toujours sur moi!»

Newsletters

Calendrier de l'Avent des podcasts: la culture G vulgarisée

Calendrier de l'Avent des podcasts: la culture G vulgarisée

[J-20] Slate.fr propose un calendrier de l'Avent 100% podcasts avec des programmes qui ont marqué l'année 2020. Aujourd'hui, un programme de culture générale qui n'a pas sa langue dans sa poche.

Celui où Anaïs découvre le pilote de «Friends» (et où Marie se moque d'elle)

Celui où Anaïs découvre le pilote de «Friends» (et où Marie se moque d'elle)

L'une n'a jamais regardé Friends. L'autre a vu, revu et re-revu la série culte des dizaines de fois, dans son intégralité. Anaïs Bordages et Marie Telling sont amies et critiques de séries télé: dans AMIES, Marie va faire découvrir à Anaïs sa...

Anne Sylvestre était bien plus qu'une chanteuse pour enfants

Anne Sylvestre était bien plus qu'une chanteuse pour enfants

Ouvertement féministe, engagée malgré elle, Anne Sylvestre a écrit des centaines de chansons plus poétiques, militantes et drôles les unes que les autres. Un répertoire trop complexe pour un public assoiffé de simplisme?

Newsletters