Économie

Bono est le pire investisseur des Etats-Unis

Temps de lecture : 2 min

Comment être génial dans un domaine et catastrophique dans un autre? Demandez à Bono, le chanteur de U2, superstar du rock, nommé pire investisseur des Etats-Unis selon le journal en ligne 24/7 Wall Street.

Une piteuse distinction qu'il doit à sa participation dans le fonds privé d'investissement Elevation Partners, dont il est l'un des créateurs et un des principaux associés. Ce groupe a pris ces derniers mois une série de décisions désastreuses que même la malchance ne peut expliquer.

Parmi les pires, Elevation Partners a choisi en 2007 de soutenir à hauteur de 100 millions de dollars le constructeur de smartphones Palm. Alors qu'une action de l'entreprise valait 18$ en septembre dernier, elle en vaudrait désormais... 3.65 $. «Il y a 90% de chances pour que Palm fasse banqueroute ou soit racheté cette année», a même assuré Whitney Tilson, directeur d'un fonds de couverture à New York.

Et le désastre financier ne s'arrête pas là. Le fonds d'investissment de Bono a également pris des parts dans les magazines Forbes Online et Move.com, qui auraient perdu respectivement 80% et 50% de leurs valeurs depuis qu'Elevation Partners s'y est engagé.

Enfin, dernière victime de cette malédiction, la société Yelp, dans laquelle la bande à Bono avait investit 25 millions de dollars en janvier. Depuis, Yelp est poursuivi en justice pour fraude... ce qui aurait causé des dommages en termes d'image encore non chiffrés.

De quoi donner au chanteur irlandais l'envie de se concentrer sur la musique.

[Lire l'article sur 247wallst.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo de une: Bono-World Economic forum annual meeting Davos 2008 par World economic forum via Flickr/Licence CC by

Newsletters

Réforme des retraites: la fermeté pour séduire l'électorat de droite?

Réforme des retraites: la fermeté pour séduire l'électorat de droite?

Le gouvernement s'est mis tous les partenaires sociaux à dos, hormis le Medef.

La bourde finale d'Édouard Philippe dans son discours sur la réforme des retraites

La bourde finale d'Édouard Philippe dans son discours sur la réforme des retraites

L'ultime exigence posée par le Premier ministre risque de rendre plus compliquée la sortie de crise, alors que le reste de son intervention était plutôt de nature à calmer le jeu.

Du Danemark à la Chine, la folle croissance du sapin de Noël

Du Danemark à la Chine, la folle croissance du sapin de Noël

L'arbre qui brillera dans un foyer français sur quatre fin décembre n'est pas épargné par les turbulences de la mondialisation.

Newsletters