Monde

Des affrontements meurtriers à la frontière entre l'Inde et la Chine

Temps de lecture : 2 min

Les combats auraient causés 20 morts du côté indien et 43 du côté chinois. Il s'agit du premier affrontement mortel entre les deux pays depuis 1975.

Des soldats indiens à la frontière chinoise, à Gagangir le 17 juin 2020. | Tauseef Mustafa / AFP
Des soldats indiens à la frontière chinoise, à Gagangir le 17 juin 2020. | Tauseef Mustafa / AFP

La frontière sino-indienne de l'Himalaya est le théâtre de tensions grandissantes entre les deux plus grandes puissances militaires mondiales depuis le mois dernier. Dans la nuit du 15 au 16 juin, des affrontements meurtriers ont fini par éclater dans la vallée de Galwan, dont l'appartenance est très contestée depuis la guerre qui a opposé les deux pays en 1962.

L'Inde, qui a déploré la perte de 20 soldats et de 76 blessés, vient d'affirmer que la Chine avait perdu au moins 43 soldats de son côté –un chiffre que les autorités chinoises refusent de confirmer jusqu'à présent. Les médias officiels chinois se sont contentés de déclarer qu'il y avait eu des victimes, sans donner de détails.

Frontière floue

À l'origine de l'affrontement, il y a un litige territorial: les deux partis s'accusent mutuellement d'avoir franchi la frontière, dont la ligne est mal définie.

S'il s'agit du premier affrontement mortel depuis 1975, aucun coup de feu n'aurait été tiré: les patrouilles indiennes et chinoises se sont battues avec des barres de fer et des pierres –une résolution de longue date qui devait empêcher les heurts meurtriers. La zone de combat, située à plus de 4000 mètres d'altitude, a favorisé la chute de soldats, dont plusieurs seraient morts par noyade après avoir dévalé des pentes pierreuses.

De son côté, le gouvernement indien envisage des représailles sous forme de sanctions économiques contre la Chine. New Dehli prévoit notamment d'exclure les entreprises chinoises de ses contrats de télécommunication, d'annuler un gros contrat d'installations ferroviaires chiffré à 55 millions d'euros, et de suspendre tous ses vols en direction du territoire chinois.

Newsletters

Le commerce équitable: un levier de résilience et d’adaptation aux effets du changement climatique

Le commerce équitable: un levier de résilience et d’adaptation aux effets du changement climatique

Les producteurs des pays en voie de développement sont les premiers touchés par les conséquences du réchauffement climatique. Ils se trouvent souvent en première ligne face à aux cyclones, aux ouragans, aux épisodes de sécheresse ou aux inondations qui réduisent le volume des récoltes et vont parfois jusqu’à les décimer. L’ONG Max Havelaar met tout en œuvre pour que les producteurs et productrices soient plus fort.e.s et résilient.e.s face aux aléas climatiques et leurs conséquences, mais aussi pour les accompagner dans la réduction de leur impact sur l'environnement.

Des nourrissons hospitalisés à cause de la pénurie de lait infantile aux États-Unis

Des nourrissons hospitalisés à cause de la pénurie de lait infantile aux États-Unis

Parents et médecins ne cessent de tirer la sonnette d'alarme face à une situation qui s'aggrave.

Préserver le patrimoine culinaire ukrainien, un acte de résistance

Préserver le patrimoine culinaire ukrainien, un acte de résistance

C'est ce qu'a entrepris Olga Koutseridi, originaire de Marioupol, en archivant le plus grand nombre de recettes possible.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio