Monde

Plus de Pizza Hut pour les G.I. en Afghanistan

Slate.fr, mis à jour le 26.03.2010 à 10 h 31

Le chef des armées américaines en Afghanistan a ordonné la fermeture de plusieurs fast-foods sur la base aérienne de Kandahar, une décision qui ne ravira pas les unités en garnison dans cette base arrière, mais fera sourire les soldats qui vivent sur des rations dans les avant-postes.

«Ceci est une zone de guerre, pas un parc d'attraction» avait déclaré Michael Hall, un haut gradé de l'armée, sur le blog de l'ISAF (International Security Assistance Force).

À entendre la liste des magasins et restaurants qui bordent les planches de la base aérienne de Kandahar, il est vrai qu'on pourrait facilement confondre avec n'importe quelle petite ville de province américaine: un Burger King, un Subway, un Pizza Hut, un TGI Friday, trois cafés, un magasin de lunettes de soleil Oakley, une patinoire de hockey... «Un petit bout de confort matériel occidental où les habitants peuvent oublier momentanément qu'ils vivent dans un pays plongé dans l'obscurité comme peu d'autres dans le monde», comme le décrit l'Independent.

Hall explique que la décision n'a pas été prise pour aller à l'encontre du bien-être des troupes: «Certains diront que la décision d'en finir avec ces installations a pour unique but de rendre la vie plus dure aux soldats déployés, mais rien n'est moins vrai. Fermer ces commerces va aider à libérer de la place pour le stockage à Bagram et Kandahar, de l'espace qui sera vital aux 30.000 soldats américains et 7.000 soldats internationaux supplémentaires qui vont arriver en Afghanistan au cours des prochains moins

Pour le Guardian, ces fermetures mettront fin à une situation quelque peu irréelle: «A quelques centaines de mètres d'une piste d'atterrissage qui envoie tant d'avions de chasse, de drones téléguidés et d'hélicoptères pour des missions autour de Kandahar et dans le Helmand qu'elle est la plus fréquentée du monde, des soldats peuvent acheter du parfum, des cigares, des appareils électroniques dernier cri ou encore de la nourriture industrielle

Mais heureusement pour les troupes, tout ne va pas disparaître, rapporte le Miami Herald: le nouvel ordre ne concerne pas le café Green Bean, le magasin de téléphones, le centre de fitness, certaines échoppes afghanes et quelques autres commerces indispensables.

[Lire l'article sur miamiherald.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Marines américains en patrouille en Afghanistan Goran Tomasevic / Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte