Santé / Monde

Un reconfinement serait peu efficace en cas de deuxième vague de Covid-19 aux États-Unis

Temps de lecture : 2 min

Les conditions, différentes de la première quarantaine en mars, ne sont plus propices à cette mesure, selon les spécialistes.

Selon une étude, le premier confinement aux États-Unis aurait permis d'éviter jusqu'à 60 millions d'infections. | Adam Nieścioruk via Unsplash
Selon une étude, le premier confinement aux États-Unis aurait permis d'éviter jusqu'à 60 millions d'infections. | Adam Nieścioruk via Unsplash

En Chine, au Portugal, en Allemagne ou dans certains états des États-Unis, le Covid-19 commence à ressurgir. Se pose alors la question de la stratégie à employer si une nouvelle vague refaisait surface. Dans le cas des États-Unis, les expert·es sont mitigé·es et ne sont pas certain·es de l'effet que pourrait produire un reconfinement.

En mars et avril dernier, les effets des premières injonctions à rester chez soi avaient donné de bons résultats aux États-Unis. Les scientifiques expliquent que le succès de cette mesure était dû au faible taux de transmission entre les personnes à ce moment-là. «Les premiers ordres de confinement ont été donnés quand nous avions seulement environ 200 cas par jour», affirme Will Humble, ancien directeur du département de Santé d'Arizona.

Mais le 15 mai, le gouverneur de l'État de la côte Ouest a décidé de retirer l'injonction à se confiner pour l'adoucir en simple incitation à rester à la maison. Le résultat a été sans appel: «Nous explosons désormais les records, avec environ 1.500 cas par jour», regrette Will Humble.

Tester, tracer et isoler

Une récente étude menée par la chercheuse Hannah Druckenmiller affirme que le confinement a permis de prévenir jusqu'à 60 millions d'infections au Covid-19 aux États-Unis. Pourtant, au stade où en est le pays dorénavant, un reconfinement fonctionnerait proportionnellement moins bien que celui qui a déjà été décrété, selon les expert·es.

Si le confinement avait pour vocation de limiter la transmission du virus, il avait aussi pour but de faire gagner du temps aux scientifiques américain·es. Mais selon un certain nombre de ces dernièr·es, cette occasion a été gâchée. La piste du «testing, tracing and isolation» (tester, tracer, isoler) était à l'étude, mais les moyens mis en œuvre pour la développer ont été insuffisants.

Reconfiner pour gagner à nouveau du temps afin de développer cette méthode est envisageable, mais les expert·es ne sont pas certain·es de l'utilité de la méthode. La confiance générale envers les institutions a diminué après le fiasco de la communication publique en temps de crise sanitaire dans le pays.

Dans l'attente d'une évolution et pour éviter tout risque de deuxième vague et de reconfinement, les Américain·es peuvent s'appliquer à suivre les conseils dispensés par les autorités de santé américaines.

Newsletters

Enfin un traitement efficace contre l'insomnie

Enfin un traitement efficace contre l'insomnie

Le programme Sleepio a permis à des insomniaques de dormir en moyenne six heures de plus par semaine.

Le Botox pourrait soulager la dépression

Le Botox pourrait soulager la dépression

Ces injections peuvent faire plus qu'effacer les signes de l'âge ou prévenir les migraines.

L'obésité ne diminue pas au Royaume-Uni

L'obésité ne diminue pas au Royaume-Uni

Le bilan des politiques publiques en la matière n'est pas brillant.

Newsletters