Monde

Par erreur, la Pologne a envahi la République tchèque en mai

Temps de lecture : 2 min

Cette brève occupation était un simple «malentendu» a expliqué le ministère polonais de la Défense.

Des forces polonaises auraient traversé par erreur la frontière entre les deux pays. Ici, des soldats montent la garde dans le nord de la Pologne en 2016. | Wojtek Radwanski / AFP Photo / AFP 
Des forces polonaises auraient traversé par erreur la frontière entre les deux pays. Ici, des soldats montent la garde dans le nord de la Pologne en 2016. | Wojtek Radwanski / AFP Photo / AFP 

Quand à la fin du mois de mai dernier, un ingénieur est venu superviser la réparation d’une chapelle située au nord-est de la République tchèque, la stupeur a été totale: des soldat·es polonais·es armé·es de mitrailleuses avaient installé un barrage routier sur le chemin de l’église, empêchant quiconque de passer.

Ces forces polonaises auraient en fait traversé par erreur la frontière entre les deux pays, avant de se déployer sur le territoire tchèque, rapporte BBC News. Ils y seraient restés plusieurs jours, refoulant tour à tour les citoyen·nes tchèques qui tentaient de visiter la chapelle dans leur propre pays.

L’édifice religieux se trouve en effet à 30 mètres côté tchèque de la frontière, non loin de Pielgrzymow, un petit village du sud de la Pologne.

«Un malentendu»

Cette brève occupation n’a pas manqué de faire réagir l’ambassade tchèque à Varsovie, qui a informé le gouvernement voisin de la situation. Tout est finalement rentré dans l'ordre, ajoute CNN.

«Le placement du poste-frontière est le résultat d'un malentendu, et non d'un acte délibéré. ​​Il a été corrigé immédiatement et l'affaire a été résolue», a précisé le 12 juin au média américain le ministère polonais de la Défense.

De son coté, le ministère tchèque des affaires étrangères a fait savoir que les soldat·es polonais·es n'étaient plus présent·es sur leur territoire et que les citoyen·nes pouvaient de nouveau se rendre librement sur les lieux.

En revanche, le gouvernement tchèque a précisé que la Pologne n’avait pas su expliquer cette bévue. Pour le ministère polonais de la Défense, les troupes qui se sont retrouvées sur le territoire tchèque étaient déployées en soutien des gardes frontaliers.

Depuis le mois de mars, la Pologne a en effet fermé ses frontières pour contrôler la propagation du coronavirus sur son sol. Cette interdiction de passage a été levée le 13 juin pour les citoyen·nes de l'Union européenne, ajoute Le Point. Une telle mésaventure ne devrait donc pas se reproduire de sitôt.

Newsletters

Le calvaire d’une journaliste philippine en dit long sur l'état démocratique du pays asiatique

Le calvaire d’une journaliste philippine en dit long sur l'état démocratique du pays asiatique

L’expérimentée Maria Ressa est une cible dans le pays d’Asie du Sud-Est. Elle est visée par dix mandats d’arrêt et est victime de torrents de haine misogyne et de menaces de viol ou de mort.

L’Union américaine pour les libertés civiles accusée de «racisme systémique»

L’Union américaine pour les libertés civiles accusée de «racisme systémique»

L’ACLU défend les droits de l’homme aux USA et ses actions ont parfois changé le droit constitutionnel américain. Mais un ancien directeur clame avoir été licencié pour avoir dénoncé le racisme interne dans l’organisation.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 5 au 11 juin 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 5 au 11 juin 2021

Victoire de la judokate Clarisse Agbegnenou aux Championnats du monde, sécheresse en Californie et émoi après la découverte des ossements de 215 enfants autochtones au Canada... La semaine du 5 au 11 juin 2021 en images.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio