Santé

Pourquoi certaines personnes tombent toujours malades

Temps de lecture : 2 min

Ce sont nos gènes et notre mode de vie qui font la différence.

Il faut questionner son mode de vie si l’on a tendance à tomber régulièrement malade. | Brittany Colette via Unsplash
Il faut questionner son mode de vie si l’on a tendance à tomber régulièrement malade. | Brittany Colette via Unsplash

On connaît tous quelqu'un dans notre entourage qui, été comme hiver, tombe constamment malade. Du simple rhume à la grosse grippe, nous ne semblons pas tous égaux face à la maladie. De nouvelles recherches apportent quelques éléments de réponse à ce mystère, explique Discover Magazine.

Pour bien comprendre, il faut revenir à l'origine de la maladie. Quand le corps doit faire face à un virus ou bien une bactérie, il prépare sa défense en déployant notamment des antigènes des leucocytes humains, appelés HLA (de l'anglais Human Leukocyte Antigens). Ces derniers produisent des protéines qui déterminent si une cellule fait partie de l'organisme ou s'il s'agit d'un envahisseur, permettant ainsi une réponse adaptée du système immunitaire.

Selon le magazine scientifique américain, les différents gènes HLA sont comme des empreintes digitales, ils sont uniques et varient en fonction des personnes. Ainsi, en fonction de cette variation génétique, vous pouvez être plus résistant·e que certain·es face à un type de micro-organisme, mais aussi plus faible face à d’autres maladies. Et cela ne vaut pas que pour les gènes HLA, mais bien pour des dizaines de milliers d'autres gènes qui façonnent le système immunitaire, précise l’article.

Une étude publiée en 2013 dans la revue Cell montre également le rôle de la génétique dans la réponse immunitaire de chacun·e. Après avoir analysé près de 8,2 millions de variantes de gènes dans des échantillons de sang, la recherche en a conclu que certains systèmes immunitaires pouvaient être moins performants que d’autres, et que l’immunité se trouvait bel et bien dans les gènes.

L’environnement, l’autre facteur

Il ne faut pourtant pas mettre tout sur le compte des gènes, mais également questionner son mode de vie si l’on a tendance à tomber régulièrement malade.

Une mauvaise alimentation, les excès de caféine ou d’alcool, le stress, le manque d’exercice… l’environnement dans lequel on vit aurait une influence capitale sur notre état de santé.

«À force de ne pas prendre soin de nous, nous sommes en manque de sommeil, pas suffisamment hydratés et nous ne mangeons pas équilibré», explique au HuffPost la docteure Sarah Cook, médecin-chef au Centre de santé Intégra de Toronto. «Notre système immunitaire étant fragilisé, nous sommes plus sujets aux infections».

Par ailleurs, dans une étude scientifique publiée dans la revue Trends in Immunology, trois chercheurs en immunologie et microbiologie affiliés à l'université catholique néerlandophone de Louvain (KU Leuven) et au Babraham Institute de Cambridge ont montré qu'entre 60 et 80% des différences immunitaires individuelles sont liées à l'histoire et à l'environnement de chacun·e –les gènes se partageant le reste. Bref, vivre sainement c’est optimiser ses chances de se préserver de toute maladie.

Newsletters

Il faut isoler plus rapidement les personnes contagieuses pour mieux lutter contre le Covid-19

Il faut isoler plus rapidement les personnes contagieuses pour mieux lutter contre le Covid-19

Confiner toute la société est une mesure efficace pour faire baisser le nombre d'infections par le coronavirus. C'est aussi une des plus coûteuse, or d'autres solutions existent.

Les greffes d'organes de porc pourraient guérir bien des maladies humaines

Les greffes d'organes de porc pourraient guérir bien des maladies humaines

Si les essais cliniques démontraient l'efficacité de la xénogreffe de rein, des dizaines de milliers de vies seraient sauvées chaque année dans le monde.

Pourquoi le Téléthon pose problème

Pourquoi le Téléthon pose problème

Solidement ancré dans le paysage télévisuel français, l'événement permet de récolter des dizaines de millions d'euros pour la recherche en trente heures de direct. À quelques jours de sa 34​​​​​​​e édition, cette collecte ne fait plus l'unanimité.

Newsletters