Culture

Qui a sculpté les moaï de l'île de Pâques?

Temps de lecture : 2 min

Les «longues-oreilles» les auraient façonnés à leur image.

Les moaï de premier style semblent beaucoup plus anciens que l'âge qui leur est généralement donné. | Emerson Moretto via Unsplash
Les moaï de premier style semblent beaucoup plus anciens que l'âge qui leur est généralement donné. | Emerson Moretto via Unsplash

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Qui a sculpté les moaï de l'île de Pâques?»

La réponse de Raphael Steinmetz:

Selon la tradition orale, deux races d'hommes auraient coexisté pendant un temps sur l'île: les Hanau-Momoko, ce qui signifierait les «oreilles-courtes» (selon l'ethnologue Francis Mazière les «hommes affaiblis») et les Hanau-Eepe, les «longues-oreilles» (selon Mazière les «hommes forts» ou les «hommes corpulents»).

Les Hanau-Eepe, premiers habitants de l'île, auraient sculpté les moaï, peut-être d'après leur propre image. Les Hanau-Momoko seraient arrivés bien plus tardivement depuis les îles polynésiennes. Selon la légende, ils auraient été un temps au service des «longues-oreilles» autochtones qui étaient alors en petit nombre, à l'état de derniers survivants de leur race. Les Hanau-Momoko les auraient ensuite massacrés lors d'une révolte.

Un Pascuan aurait dit à Francis Mazière: «Les premiers habitants de l'île sont les survivants de la première race du monde. De couleur jaune, très grands, longs bras, vaste corpulence du thorax, oreilles énormes mais pas de lobe distendu, cheveux blond pur.»

Il est à noter que les moaï de premier style semblent, par leur érosion et la couche de sédiments accumulés autour d'eux (il est très peu probable qu'il aient été enfouis volontairement à une telle profondeur), beaucoup plus anciens que l'âge qui leur est généralement donné.

Le type pré-incas sur l'île de Pâques

L'explorateur hollandais Jakob Roggeveen débarqua sur l'île le dimanche de Pâques 1722 (d'où le nom de l'île, qui s'appelle en fait Rapa Nui). Il décrivit les insulaires comme étant de toutes les couleurs («bruns, jaunes, blancs») et affirma qu'ils se distendaient les oreilles avec de grands disques. Roggeveen nota également que certains habitants étaient de très haute taille (deux mètres voire plus), notamment des hommes roux de type caucasien.

Cela est intéressant car les Espagnols qui explorèrent l'empire inca trouvèrent également des hommes au teint clair, aux cranes dolichocéphales, de très haute stature, qui se présentèrent comme les derniers descendants de la race qui précéda les Incas, celle qui aurait édifié Tiahuanaco et les autres sites mégalithiques.

Il faut se rappeler que si les Incas se laissèrent si facilement dominer par les Espagnols, c'est parce qu'ils crurent à l'origine voir en eux le peuple de Viracocha, ce dieu civilisateur légendaire, blanc et barbu, qui serait apparu avec les siens près du lac Titicaca après un déluge et qui serait reparti par la mer, vers l'ouest.

On trouve sur l'île de Pâques un mur de même type que les murs pré-incas: pierres massives, à l'assemblage complexe, parfaitement ajustées.

Newsletters

12 nouvelles séries qu'on a hâte de regarder cet été

12 nouvelles séries qu'on a hâte de regarder cet été

Si vous êtes comme nous, l'été ne rime pas qu'avec glaces fondues et bains de soleil, mais aussi avec occasion rêvée de rester au frais pour mieux se plonger dans des séries addictives.

Les podcasts sur la littérature pour bien remplir sa valise

Les podcasts sur la littérature pour bien remplir sa valise

De la science-fiction aux grands classiques, les livres se découvrent désormais sur les ondes mais se dévorent toujours en vacances.

Ce que «Game of Thrones» doit à la Guerre des Deux-Roses

Ce que «Game of Thrones» doit à la Guerre des Deux-Roses

Pour sa saga, George R. R. Martin s'est inspiré de la Guerre des Deux-Roses, un conflit impitoyable de l'Angleterre du XVe siècle, qui opposa les Lancaster et les York.

Newsletters