Monde

Quelles origines européennes sont les plus représentées aux États-Unis?

Temps de lecture : 2 min

En 2010, les personnes d'origine européenne représentaient environ 72% de la population totale du pays.

Des enfants d'immigrant·es à Ellis Island en 1908. | Brown Brothers via Wikimedia
Des enfants d'immigrant·es à Ellis Island en 1908. | Brown Brothers via Wikimedia

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Quelles origines européennes sont les plus représentées aux États-Unis?»

La réponse d'Alexandre Sombardier, titulaire d'un DEA de géopolitique et sciences politiques:

En 2010, les personnes d'origine européenne représentaient environ 72% de la population totale des États-Unis, soit environ 222 millions d'humains.

Selon l'enquête American Community Survey de 2010–2015, les principaux groupes ancestraux européens parmi la population américaine se répartissaient comme suit:

  1. Les personnes d'origine allemande (46 millions, 14,7% de la population totale américaine).
  2. Les personnes d'origine irlandaise (33 millions, 10,9% de la population totale américaine).
  3. Les personnes d'origine anglaise (25 millions, 7,2% de la population totale américaine).
  4. Les personnes d'origine italienne (17 millions, 5,5% de la population totale américaine).
  5. Les personnes d'origine française (10 millions, 3.1% de la population totale américaine).
  6. Les personnes d'origine polonaise (9 millions, 2,8% de la population totale américaine).
  7. Les personnes d'origine écossaise (5 millions, 1,7% de la population totale américaine).
  8. Les personnes d'origine norvégienne (4 millions, 1,4% de la population totale américaine).
  9. Les personnes d'origine néerlandaise (4 millions, 1,4% de la population totale américaine).
  10. Les personnes d'origine suédoise (3.9 millions, 1,2% de la population totale américaine).

Bien évidemment, il s'agit là de données issue de déclaratifs et qui peuvent prêter à confusion. Ainsi dans cette enquête, comme souvent aux États-Unis, beaucoup de personnes ont répondu être d'ascendance américaine (22 millions, 7,2% de la population) sans se rattacher à aucun autre groupe ethno-culturel.

Quoi qu'il en soit, ces chiffres donnent un bon ordre idée des apports des différentes nations européennes à la population américaine actuelle.

Les personnes d'origine allemande sont effectivement le groupe d'origine européen le plus représenté, même si la très grande majorité des Américain·es d'origine allemande ont abandonné leur culture et leur langue après la Seconde Guerre mondiale, au plus tard. Ne reste en pratique qu'un folklore et une fierté ethno-culturelle, assez déconnectée des réalités européennes, mais très courante aux États-Unis.

Quelques Germano-Européens célèbres:

  • Le président (et général) Dwight D. Eisenhower (ironiquement l'un des plus grands artisans de la défaite allemande pendant la Seconde Guerre mondiale).
  • Le président Donald Trump (sa famille est allemande du côté de son père).
  • William E. Boeing (mère autrichienne et père allemand), le fondateur du groupe aéronautique Boeing.

La liste pourrait s'allonger à loisir, tellement ces personnes sont nombreuses.

Newsletters

Avec le «Senate Bill 1», le Texas essaie-t-il vraiment d'empêcher les minorités de voter?

Avec le «Senate Bill 1», le Texas essaie-t-il vraiment d'empêcher les minorités de voter?

Ses soutiens y voient une réponse à la fraude électorale. L'opposition dénonce quant à elle une entrave au droit de vote.

Au Liberia, l'impossible devoir de mémoire

Au Liberia, l'impossible devoir de mémoire

Meurtri par une guerre civile sanglante qui a fait 200.000 morts et 2 millions de déplacés entre 1989 et 2003, le Liberia tente toujours, tant bien que mal, de composer avec son passé douloureux. Comment une nation se reconstruit-elle sans mémoire...

La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

Pour Canberra, le dilemme était simple: se conduire en nation souveraine et respecter le contrat passé avec la France, ou privilégier sa sécurité et son lien de longue date avec Washington.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio