Culture

«Wind of Change» de Scorpions, la CIA et la propagande par la pop

Temps de lecture : 6 min

On pourrait penser que la diplomatie par la culture n'a plus d'impact dans un monde où la musique circule partout. Pourtant, l'usage de cette dernière comme arme politique reste efficace.

Clip officiel de «Wind of Change» de Scorpions. | Capture d'écran via YouTube
Clip officiel de «Wind of Change» de Scorpions. | Capture d'écran via YouTube

En 1990, alors que le bloc soviétique est sur le point de s'effondrer, le groupe Scorpions sort une chanson qui devient le symbole de la révolution. Il est pourtant possible que «Wind of Change» ne soit pas l'œuvre du groupe allemand, mais de la CIA.

De cette improbable rumeur (qu'il tient d'une source interne à l'agence), le journaliste Patrick Radden Keefe va réaliser une longue enquête sur plusieurs années et plusieurs pays, pour essayer de savoir si oui ou non, une des chansons les plus vendues de tous les temps est en fait la création des services secrets américains.

Le résultat de son travail, une série documentaire en podcast vient de sortir le 11 mai dernier (disponible partout mais déjà en intégralité sur Spotify).

En huit épisodes et près de cinq heures d'entretiens avec des membres de la CIA, des journalistes, un manager, et même le chanteur de Scorpions, on découvre tous les moyens par lesquels l'agence aurait pu user de son influence. Les ingrédients d'un film d'espionnage sont réunis: la Guerre froide, la CIA, le KGB, un groupe allemand qui chante en anglais, dont les chansons sont interdites mais connues à l'Est, et au milieu un morceau qui ne ressemble pas au style habituel du groupe, un énorme succès juste avant la chute du bloc soviétique.

Surtout, le doute. Un doute constant que tout soit évidemment lié, ou qu'au contraire notre fascination pour la conspiration nous fasse voir des mirages, avec pour décor un trafic de drogue dans les Caraïbes, un dîner privé de la CIA avec une rockstar, ou encore un festival de rock à Moscou en 1989.

Le passif de la CIA

Des chansons de propagande, on en trouve un peu partout dès qu'un État a besoin de persuader efficacement sa population du bien-fondé de sa doctrine. C'est toujours plus simple de vendre une image parfaite en musique: c'est fédérateur et ça reste en tête. Mais ça fonctionne surtout dans les régimes dictatoriaux. Quand on se vante d'être un État démocratique, on ne peut pas manipuler ouvertement la culture sans perdre sa crédibilité.

Pour que la propagande fasse effet, il vaut souvent mieux qu'elle ne ressemble pas à de la propagande. Ce n'est pas un ordre, juste un idéal un peu abstrait. C'est d'autant plus important quand on ne cherche pas à convaincre son propre peuple, mais bien le monde extérieur. Il est alors plus simple de tirer discrètement profit du succès des artistes à des fins politiques.

Si l'histoire de «Wind of Change» est aussi passionnante, c'est parce qu'on part du principe que le renseignement américain peut inciter Scorpions à les laisser faire. Tout simplement parce qu'il a déjà utilisé des méthodes similaires par le passé.

Avant même la création de la Central Intelligence Agency [«Agence centrale de renseignement» en français] en 1947, l'Office of Strategic Services (OSS, «Bureau des services stratégiques» créé à la suide de l'entrée en guerre des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale) a lancé les «black radio programs», diffusés à travers l'Europe pour diviser et démoraliser les membres de l'Axe.

Leur principal atout: une célèbre actrice allemande opposée au régime nazi. Marlene Dietrich interprète plusieurs chansons pour l'OSS, dont «Lilli Marlene», enregistrée en allemand, dans le but de saper le moral des soldats. Goebbels l'a fait personnellement interdire de diffusion, sans réel succès. Dietrich recevra une médaille de la Liberté de la part du président Truman en 1945.

À l'aube de la Guerre froide, c'est le jazz, déjà utilisé contre l'Allemagne nazie, qui va servir de porte-étendard d'une certaine supériorité américaine.

Dizzy Gillespie, Duke Ellington, Dave Brubeck et surtout Louis Armstrong vont être engagés par le département d'État pour diffuser la culture des États-Unis à travers le monde, notamment en Afrique et en Europe. On diffuse avec fierté la musique noire alors même que la ségrégation raciale bat son plein à la maison[1].

Et puis, il y a le cas Nina Simone: via l'American Society of African Culture (AMSAC, «Société américaine pour la culture africaine»), qui visait à faire connaître l'héritage africain des communautés afro-américaines, elle a participé à un concert historique à Lagos au Nigeria en 1961.

On apprendra en 1967 que l'AMSAC était financée et en partie encadrée par la CIA. Un comble pour la pianiste, qui pour ses engagements politiques fut longtemps surveillée par le renseignement. Était-elle au courant de cette opération? Rien ne le prouve.

Les États-Unis n'ont cessé tout au long du conflit avec les Soviétiques d'utiliser des méthodes indirectes pour influencer le reste du monde. Dans Historical Dictionary of American Propaganda [«Dictionnaire historique de la propagande américaine»], Martin Manning rappelle l'existence de stations de radios clandestines, en Iran contre l'ayatollah Khomeini ou à Taïwan pour discréditer le pouvoir chinois, qui se sont avérées plus tard être gérées par la CIA.

Bien sûr, Washington n'a pas eu le monopole de la propagande culturelle, juste plus de moyens et d'ambition. Le renseignement américain s'est construit une légende interventionniste depuis ses débuts, en s'appuyant sur des genres musicaux fédérateurs, énergiques, libertaires qui s'exportaient très bien.

De là à influencer le processus créatif d'un groupe de rock allemand, c'est une autre affaire.

Méthodes modernes

On pourrait penser que cette diplomatie par la culture est obsolète, qu'elle n'aurait plus le même impact dans un monde où la musique peut circuler partout. Pourtant, encore aujourd'hui, l'usage de la musique populaire comme arme politique reste efficace. Elle est juste beaucoup plus transparente.

Il n'y a qu'à voir le cas de la Corée du Sud et de la K-pop. Jusqu'en 2018, elle a été employée comme outil pour déstabiliser le voisin nord-coréen, diffusée sur d'immenses enceintes à différents postes de la zone démilitarisée entre les deux pays. Les discours s'oublient mais les chansons optimistes et entraînantes restent dans la tête des citoyen·nes du Nord. Plusieurs transfuges ont d'ailleurs reconnu que la musique avait joué un rôle majeur dans leur désillusion et leur choix de fuir.

D'autre part, la pop coréenne est devenue officiellement un outil diplomatique. Pour reprendre les paroles d'un professeur interrogé par The Outline, «elle est consciemment fabriquée pour plaire à un public global. Je ne pense pas que ce soit facile de façonner la perception d'un étranger, mais il est juste d'affirmer que les politiciens et bureaucrates sud-coréens s'accrochent à la K-pop pour développer la “puissance douce” de la Corée du Sud –montrer comme le pays est moderne, sophistiqué et avancé.»

Les artistes, considéré·es comme des ambassadeurs et des ambassadrices, doivent donc mener une vie exemplaire, et leur musique ne doit aborder aucun sujet controversé (sans quoi la censure agit).

Il ne faut pas non plus sous-estimer le poids de l'Eurovision: si la compétition est censée prôner l'unité de l'Europe et ne porter aucun message politique, elle est une excellente vitrine pour promouvoir ses valeurs et opinions à travers le continent.

Ainsi, en 2016, la chanteuse ukrainienne Jamala a remporté le concours avec «1944», dont les paroles renvoient à l'expulsion des Tatars de Crimée par le pouvoir stalinien. La Russie, favorite, a terminé troisième. En plein conflit entre les deux pays sur la propriété de la Crimée, le propos n'est pas passé inaperçu. Comme les chansons politiques ne sont pas acceptées à l'Eurovision, le choix de «1944» a attiré les foudres des Russes.

«La victoire a été violemment débattue et disputée, il y a toujours de fortes rumeurs et croyances que l'Ukraine a gagné du fait de la situation en cours en Crimée avec la Russie», résume une étude sur le sujet. Pays organisateur en 2017, l'Ukraine a interdit de séjour la chanteuse sélectionnée pour représenter la Russie pendant trois ans, pour être entrée illégalement en Crimée à l'occasion d'un concert. Moscou a décidé de ne pas participer à l'édition, ni de la diffuser.

On pourrait aussi citer les cas de la Bosnie-Herzégovine ou de la Croatie qui, en 1993 en pleine guerre de Yougoslavie, ont interprété des chansons relatant la violence du conflit. La chanson croate «Don't Ever Cry» raconte ainsi dans une ballade gentillette (en anglais) la mort d'un jeune homme à la guerre, et appelle à la paix.

Enfin, dans une moindre mesure, le département d'État américain a continué ce qu'il faisait avec le jazz dans les années 1950 et 1960, en l'adaptant au hip-hop au milieu des années 2000. Un journaliste d'Al Jazeera relatait en 2011 comment Washington a envoyé des rappeurs, danseurs et DJ, tous musulmans, au Moyen-Orient et en Afrique, pour donner des concerts et parler à la presse locale du fait d'être musulman aux États-Unis. «Ces tours n'avaient pas seulement pour but de parler de leur intégration mais, selon les organisateurs, de promouvoir la démocratie et encourager la dissidence», écrivait-il.

Interrogée sur le programme mis en place en Syrie, la secrétaire d'État Hillary Clinton avait été claire: «Il faut parier qu'au bout du compte, les gens préféreront la liberté à la tyrannie si on leur donne le choix», en expliquant que la diplomatie culturelle est un «jeu d'échecs à plusieurs dimensions». Et le hip-hop aurait pu jouer un rôle dans cette partie? «Absolument!»

1 — Les jazzmen ne supporteront pas longtemps cette hypocrite opération de séduction, Brubeck et Armstrong s'en inspireront pour composer le spectacle The Real Ambassadors. Retourner à l'article

Newsletters

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

La comédie de Jean-Pascal Zadi et John Wax convie un grand nombre de têtes d'affiche issues des dites «minorités visibles» pour interroger les impasses du communautarisme.

Les fans de films d'horreur semblaient mieux préparés à la pandémie de Covid-19

Les fans de films d'horreur semblaient mieux préparés à la pandémie de Covid-19

Maîtriser la peur n'a pas été difficile pour ces adeptes des frissons.

12 nouvelles séries qu'on a hâte de regarder cet été

12 nouvelles séries qu'on a hâte de regarder cet été

Si vous êtes comme nous, l'été ne rime pas qu'avec glaces fondues et bains de soleil, mais aussi avec occasion rêvée de rester au frais pour mieux se plonger dans des séries addictives.

Newsletters