Monde

Joe Biden à Obama: un «putain d'accord»

Temps de lecture : 2 min

Dans un pays où chaque «fuck» rédigé ou télévisé est biffé et recouvert d'un sonore «bip», le lâchage d'une «F-bomb» en direct par le vice-président américain Joe Biden a fait un sacré boucan.

Mardi soir, quelques secondes avant que Barack Obama n'appose sa signature sur la loi sur la réforme du système de santé fraichement adoptée par les parlementaires, le VP accueille le président, le congratule, et avant de lui céder la parole, le serre dans ses bras dans une accolade très familière et très américaine. Le tout est bien sûr filmé et retransmis par les télés américaines, car la signature d'Obama sur cette loi symbolique marque la fin d'une violente bataille politique qui a enflammé les Etats-Unis et divisé le camp démocrate lui-même. Jusque-là, rien d'anormal. Sauf que Biden, habitué des gaffes, n'a pas bien mesuré la puissance du micro ouvert et la portée de sa voix en félicitant Obama:

«Tu as réussi. C'est un putain d'accord !» («You did it. It's a big fucking deal»)

Evénement majeur de la politique intérieure américaine, la victoire d'Obama peut évidemment justifier l'enthousiasme, explique David Herszenhorn sur le blog politique du New York Times. Sauf pour les républicains, absents de cette cérémonie et les télés conservatrices comme Fox qui ont condamné l'utilisation du «Fuck» Bip.

La séquence tourne en boucle sur les télévisions et les internautes se sont emparés de la petite phrase, s'en inspirant avec génie pour la détourner, et la remixer, en faire des tee-shirts, des blagues sur une gaffe non couverte par la nouvelle assurance médicale, etc.

Embarrassante sortie pour la Maison Blanche qui a eu du mal à faire accepter ce texte? Pas pour l'instant semble-t-il. Quelques minutes après le largage de la F-Bomb, le responsable de la communication de Barack Obama a publié sur la réponse officielle sur Twitter : «Et oui, monsieur le Vice-Président, vous avez bien raison».

Image de une: Zazzle

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

Le site de partage de vidéos est l'un des outils de radicalisation les plus puissants.

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Les deux camps avaient tort.

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

Les propriétaires des quartiers chics londoniens ne veulent plus des extensions souterraines démesurées des résidences de leur voisinage.

Newsletters